samedi, novembre 27, 2021
AccueilActualitésActualités: NucléaireL'accord sur le nucléaire iranien est mort, mais les dirigeants européens ne...

L’accord sur le nucléaire iranien est mort, mais les dirigeants européens ne veulent pas le lâcher

L'accord sur le nucléaire iranien est mort, mais les dirigeants européens ne veulent pas le lâcher
L’accord sur le nucléaire iranien est mort, mais les dirigeants européens ne veulent pas le lâcher

Il est temps que l’Union européenne et les trois signataires européens de l’accord nucléaire de 2015 avec l’Iran reconnaissent que cet accord est irrécupérable. Plus vite ils le feront, plus vite ils seront en mesure de formuler une politique alternative pour tenir l’Iran responsable de ses provocations croissantes et empêcher le régime de progresser davantage vers l’obtention d’une arme nucléaire.

Cela fait maintenant près de deux ans que Téhéran ne respecte plus du tout les termes du Plan d’action global conjoint (JCPOA). Au cours de cette période, il a non seulement rétabli les niveaux d’enrichissement nucléaire qu’il avait atteints avant les négociations qui ont abouti à l’accord de 2015, mais il les a aussi considérablement dépassés, enrichissant de l’uranium à 60 % de pureté fissile, ce qui le place à une courte distance technique des 90 % nécessaires pour une ogive nucléaire.

Le régime des mollahs a également dressé de plus en plus d’obstacles à la surveillance de cette activité nucléaire. Il a failli éjecter les inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique au début de l’année, avant de conclure un accord qui les autorisait à rester, mais leur interdisait l’accès aux caméras de surveillance et autres équipements de contrôle. Le nouveau chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique a récemment fait allusion à l’efficacité de ces barrages routiers en se vantant que l’Iran avait en fait accumulé beaucoup plus d’uranium enrichi à 20 % que ne l’estimait l’AIEA dans son dernier rapport trimestriel.

Les accords temporaires inefficaces entre l’Iran et l’AIEA sont représentatifs de la faible approche adoptée par les puissances occidentales sur la question nucléaire depuis le début des violations commises par l’Iran et surtout depuis que la transition présidentielle à Washington a mis fin à la stratégie américaine de « pression maximale ». Les États-Unis et l’Europe étant désormais alignés, la stratégie actuelle pourrait à juste titre être qualifiée de « pression minimale ». Elle n’entraîne aucune conséquence pour les actions de l’Iran dans ce domaine, qu’il s’agisse de nouvelles avancées dans son programme nucléaire ou de simples efforts passifs pour bloquer le processus de résolution et maintenir le JCPOA dans les limbes.

Cette semaine, l’administration du président iranien Ebrahim Raïssi a fait un nouveau pas audacieux dans cette direction en annonçant qu’au lieu de reprendre les pourparlers sur la restauration du JCPOA à Vienne, les signataires de l’accord tiendraient plutôt des discussions préliminaires à Bruxelles dans le but de fixer les conditions de discussions ultérieures à Vienne. Les responsables européens, dont le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, ont démenti l’annonce de Téhéran, mais ils ont également minimisé son importance, laissant ouverte la possibilité que les négociations de Vienne puissent reprendre d’un jour à l’autre.

De manière réaliste, cela ne se produira pas de sitôt. Depuis son entrée en fonction en août, l’administration Raïssi n’a répondu aux demandes occidentales qu’avec les plus vagues assurances. Et même avant cela, l’administration sortante a activement bloqué les plans pour le prochain cycle de négociations tout en réitérant la position radicale du régime à l’égard des États-Unis. Raïssi a fait de même lundi dans des propos tenus à la télévision officiel iranienne, déclarant : « Nous sommes sérieux en ce qui concerne les négociations axées sur les résultats… Si les Américains sont sérieux, ils devraient supprimer les sanctions injustes contre l’Iran. »

Les États-Unis, qui se sont retirés du JCPOA en 2018, ont présenté plusieurs options pour que les deux pays échangent des concessions jusqu’à ce qu’ils soient tous deux de nouveau en pleine conformité avec l’accord. Téhéran a insisté, encore et encore, sur le fait que toutes les sanctions doivent être suspendues au préalable avant même que l’Iran n’entame des négociations qui seraient censées faciliter le retour en arrière des nombreuses avancées nucléaires que le pays a réalisées au cours des deux dernières années. Même Rafael Grossi, le chef de l’AIEA et l’auteur de multiples accords temporaires avec le régime des mollahs, a rejeté cette perspective, soulignant que « l’Iran a accumulé des connaissances, a accumulé des centrifugeuses et a accumulé du matériel », autant d’éléments qui font de la simple restauration de l’accord antérieur une solution irréalisable.

Il est très évident que la simple restauration de l’accord antérieur est le meilleur résultat absolu que les puissances occidentales anticipent actuellement. L’issue la plus probable est que l’Iran continuera à faire traîner indéfiniment le processus de négociation, annonçant des pourparlers et des conditions de pourparlers avant d’autres pourparlers préliminaires, tout en faisant progresser régulièrement ses capacités nucléaires et en réduisant la fenêtre pour sa percée vers une arme nucléaire. L’issue préférable, bien sûr, est que la communauté internationale reconnaisse publiquement les tromperies évidentes de Téhéran, permette finalement la dissolution permanente du JCPOA et recommence à exercer une pression sérieuse sur le régime dans l’attente d’un autre accord beaucoup plus large et plus efficace.

Malheureusement, Josep Borrell a écarté de manière préventive tout changement de stratégie possible et a continué à placer tous les espoirs de l’UE dans un ensemble de négociations qui semblent s’éloigner de plus en plus. « Je ne veux pas penser à des plans B », a-t-il déclaré la semaine dernière, « car aucun plan B que je pourrais imaginer ne serait bon ».

Ce que Borrell et ses collègues décideurs européens doivent reconnaître, cependant, c’est que tout plan B sera beaucoup plus acceptable s’il est décidé à l’avance par un monde occidental unifié, plutôt que d’être bricolé par nécessité après que l’Iran a atteint le bord extrême de la capacité d’armement nucléaire. La vérité est que tant que Téhéran continuera à imposer quand et dans quelles circonstances le prochain cycle de négociations nucléaires aura lieu, les autres puissances négociatrices sont déjà en train de vivre le plan B, même si elles ne le savent pas encore.

Alejo Vidal-Quadras
Alejo Vidal-Quadras

Alejo Vidal-Quadras, professeur de physique atomique et nucléaire, a été vice-président du Parlement européen de 1999 à 2014. Il est président de l’International Committee In Search of Justice (ISJ)

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe