jeudi, janvier 27, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafIran - Des marchands empêchés d’acheter les biens des résidents du camp...

Iran – Des marchands empêchés d’acheter les biens des résidents du camp Liberty, malgré l’accord donné par le gouvernement d’Irak

Iran - Des marchands empêchés d’acheter les biens des résidents du camp Liberty, malgré l’accord donné par le gouvernement d’Irak

CNRI – Le 19 mai 2016, sept marchands irakiens venus au camp Liberty pour acheter les biens des résidents de ce camp ont été refoulés, malgré le fait que la semaine dernière, pour la deuxième fois, les résidents du camp de Liberty ont été officiellement informés que le gouvernement irakien a donné son accord pour la vente de leurs biens.

Les marchands qui étaient venus au camp Liberty en bravant les conditions de sécurité draconiennes imposées par les autorités irakiennes ont été insultés par des officiers irakiens chargés de réprimer les résidents du camp de Liberty et ont été contraints de repartir après de longues heures d’attente.

En mars 2016, les résidents du camp Liberty ont été informés pour la première fois que le gouvernement irakien avait donné son accord pour la vente de leurs biens. On leur avait dit qu’ils avaient besoin simplement de fournir les noms des marchands. Jusqu’à présent, les résidents ont fourni à la partie irakienne, à l’ambassade des Etats-Unis et la Mission d’Assistance de l’ONU pour l’Irak cinq listes contenant les noms des marchands irakiens intéressés par l’achat des biens des résidents. Or, jusqu’à présent, les officiers irakiens ont empêché que les marchands venus à l’entrée du camp Liberty (24 en tout) entrent dans le camp.

Selon le plan conjoint, daté du 5 septembre 2013, de l’ambassade américaine en Irak et des Nations Unies – qui avaient également été acceptées par l’Irak – le gouvernement irakien « aurait dû permettre aux résidents de vendre leurs biens à tout moment. » Toutefois, les résidents n’ont pas été en mesure de vendre la moindre chose et les 99 marchands qui s’étaient rendus à l’entrée du camp Liberty n’ont pas été autorisés à y entrer.

Hier, la Résistance iranienne a révélé que Mahmoud Alavi (le ministre des Renseignements du régime iranien) lors de sa visite en Irak a informé Faleh Fayyad (le conseiller de sécurité nationale de l’Irak et le chef du comité gouvernemental chargé de réprimer les résidents du camp Liberty) que le régime iranien est opposé à la vente de biens de l’OMPI se trouvant au camp Liberty.

Ils avaient convenu que dans les apparences et « devant les yeux de l’ONU » Faleh Fayyad permettrait une vente limitée et sans conséquence de certains biens des résidents, de sorte que cette vente ne génère pas de revenu significatif pour l’OMPI. En empêchant les opérations de vente des biens des résidents du camp Liberty – lesquelles sont nécessaires pour financer le processus de réinstallation des résidents, les agents irakiens perturbent ce processus. Par ailleurs, ces obstructions ouvrent la voie au vol systématique et au pillage des biens des résidents.

Dans une résolution adoptée le 18 mai à l’unanimité, la Commission des Relations étrangères du Congrès des Etats-Unis a évoqué ce sujet en ces termes : « Les résidents du camp Liberty ont laissé des biens précieux au camp d’Achraf et en vertu d’un accord explicite, ils demeurent propriétaires de ces biens. Nous appelons le gouvernement des États-Unis à travailler avec le gouvernement irakien et faire tous les efforts raisonnables pour faciliter la vente des biens des résidents du camp Liberty, ainsi que la vente de leurs biens restés au Camps d’Achraf, dans le but de financer leurs dépenses courantes et financer également les coûts de leur réinstallation en dehors de l’Irak. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 20 mai 2016

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe