mardi, mai 24, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafIran /Irak : Obstacle à l’entrée des biens de première nécessité au...

Iran /Irak : Obstacle à l’entrée des biens de première nécessité au camp Liberty

Iran /Irak : Obstacle à l’entrée des biens de première nécessité au camp Liberty

Le 21 octobre 2015, le commandant Ahmed Khozair, un agent du Comité Gouvernemental chargé du harcèlement des habitants du Camp Liberty en Irak, a empêché l’entrée de biens de première nécessité pour les habitants, de ravitaillements et d’objets nécessaires à l’entretien et la réparation des infrastructures du camp.

Ces mesures répressives et le renvoi des articles achetés par les habitants sont implémentés sous la supervision du Conseiller irakien chargé de la Sécurité nationale Fameh Fayyad.

Les objets renvoyés sont entre autres des vêtements, papèterie, câbles électriques, pompes à eau, ventilateurs, réservoirs d’eau à pression, tuyaux et équipements d’exercice physique.

Simultanément, les agents de Comité ont empêché un entrepreneur irakien de venir au camp malgré le fait que sa visite ait été coordonnée avec l’UNAMI et des officiers irakiens. Cela fait plus de deux ans maintenant que le comité répressif empêche les entrepreneurs d’entrer dans le camp pour des réparations du système d’air conditionné et des infrastructures délabrées.

Cette mesure est une violation éhontée du Protocole d’Accord signé entre le gouvernement irakien et l’UNAMI le 25 décembre 2011, selon lequel les entrepreneurs peuvent signer des contrats d’entretien et de réparations dans le camp. Cette question a été soulevée à de nombreuses reprises avec l’UNAMI, mais aucune mesure efficace n’a été prise.

À l’occasion d’une nouvelle mesure répressive ces dernières semaines, le Comité a limité à trois heures par jour les heures d’utilisation quotidiennes des citernes d’eaux usées louées par les habitants pour vidanger les réservoirs. D’une part, le Comité retarde l’entrée des citernes d’eaux usées au camp en utilisant des excuses variées et d’autre part menacent les conducteurs pour qu’ils quittent le camp à 16h30. Par conséquent les réservoirs d’eaux usées décrépits ont débordé et contaminé l’environnement à cause de la pression s’y accumulant ; un problème qui compromet gravement l’hygiène publique.

Ces mesures participent du siège inhumain imposé aux habitants du Camp Liberté ces quatre dernières années à l’instigation du régime iranien et représentent une violation flagrante des droits de l’homme et des normes humanitaires, ainsi que de beaucoup de conventions internationales ; c’est un acte criminel.

La Résistance Iranienne appelle les Nations Unies et le gouvernement américain, qui se sont engagés par écrit au bien-être et à la sécurité des habitants de Liberty, à agir immédiatement pour mettre fin à ce blocus inhumain.

Secrétariat du Conseil National de la Résistance Iranienne
Le 22 octobre 2015

 

Lire aussi: 

Iran /Résistance – Camp Liberty : huit patients empêchés d’aller se faire soigner à l’hôpital

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe