Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Un prisonnier politique toujours en prison alors qu'il a déjà purgé sa peine!

Ali Moezi political prisoner in Iran

Bien que sa peine soit purgée depuis un mois, le prisonnier politique Ali Moezi est toujours emprisonné dans la prison du Grand Téhéran. Initialement, il devait être libéré en mai l’année dernière, mais au lieu de cela, il a été accusé d’actes « anti-gouvernementaux » et condamné à un an d’emprisonnement supplémentaire.

Ce qui veut dire qu’il a purgé sa peine complète cette année et donc qu’il devait être relâché. Pourtant, ce n’est pas le cas.

Malgré qu’il souffre de plusieurs maladies comme un kyste à la vessie, des troubles de la prostate, intestinaux et des reins, Moezi est obligé de rester en prison.

Avant son arrestation, Moezi a subi une chirurgie de la vessie et à cause du manque de personnel médical et des infrastructures dans la prison du Grand Téhéran, sa situation s’est aggravée. Pourtant, les autorités ont refusé de le relâcher ou même de le transférer dans un hôpital pour qu’il reçoive un traitement.

En novembre 2007, il avait été condamné à deux ans de prison. Peu après avoir purgé ses deux ans, il a été arrêté de nouveau en mai 2011, pour avoir soutenu l’Organisation des moudjahidines du peuple (aussi connu sous le nom de l’OMPI). Il a ensuite été condamné à 4 ans de prison. Il devait donc être relâché en avril 2015.

Cependant, en décembre 2015, la Cour révolutionnaire islamique (branche n°15) l’a accusé d’autres actes « antigouvernementaux ». Il a donc été condamné à deux ans de plus d’emprisonnements sans avoir accès à un avocat.

En septembre 2016, il a porté plainte contre les mauvaises conditions d’emprisonnement des prisonniers politiques, ce qui lui attiré plus de problèmes et il a ensuite été transféré de la prison d’Evin à la prison de Rajaei Shahr.

En janvier 2017, il a été accusé avec de nouvelles charges et transféré dans la section 209 de la prison d’Evin où il est désormais obligé de rester malgré avoir purgé sa peine depuis bien longtemps. Voici le sens de la justice islamiste qui sévit au nom de Dieu en Iran.

Multimedia

Contactez-nous

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés