mardi, mai 24, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsArrestations massives d'étudiants les 7 et 8 décembre à travers l'Iran

Arrestations massives d’étudiants les 7 et 8 décembre à travers l’Iran

Téhéran 7 décembreLe régime reconnaît 204 arrestations

CNRI – Selon les informations du département social de l’OMPI à l’intérieur de l’Iran, des centaines d’étudiants ont été arrêtés dans diverses villes du pays lors de la révolte courageuses des 7 et 8 décembre.

A Téhéran, des dizaines d’étudiants ont été arrêtés, dont 4 filles de la faculté des sciences. A la faculté Amir Kabir, il y a eu 146 arrestations, dont Majid Tavakoli, un des orateurs de la cérémonie de la Journée des Etudiants, qui a été emmené vers une destination inconnue.

A l’université des Sciences de l’Industrie Charif, il y a eu sept arrestations, dont Mehdi Alhayari, en DEA de chimie, que les agents des services de renseignement ont transféré vers un lieu inconnu.

Au moins 20 étudiants de l’université libre de Téhéran-centre, et sept autres de l’université de Payam-Nour ont été arrêtés dans les manifestations du 7 décembre. Deux étudiants de la faculté Khajeh Nassir Toussi ont disparu depuis la matinée du 7 décembre. Kamran Assa, frère de Kianouch Assa, tombé martyr aux premiers jours du soulèvement en Iran, et deux autres camarades, ont été arrêtés pour avoir assisté à une cérémonie en souvenir de Kianouch le 7 décembre. Il y a encore beaucoup d’autres arrestations dans les établissements supérieurs de la capitale.

En province, des informations recensent 43 arrestations à Ahwaz, Tabriz, Racht, Chiraz, Hamedan, Sari, Machad et Ghorveh (Kurdistan).

Pour dissimuler l’ampleur des arrestations, Radjabzadeh, le chef des forces de sécurité, a été contraint de reconnaître le chiffre de 204 interpellations de protestataires. Selon lui, il s’agit de 165 hommes et 39 femmes. Mais il n’a donné aucune information sur leur lieu ni les conditions de leur détention.

La Résistance iranienne appelle l’ensemble des organisations internationales de défense des droits de l’homme, en particulier le Haut commissariat aux droits de l’homme et le Rapporteur spécial sur les arrestations arbitraires et la torture, à condamner cette répression sauvage. Elle leur demande de prendre des mesures urgentes pour faire libérer les prisonniers politiques et les étudiants emprisonnés.

Secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne
10 décembre 2009

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe