mardi, novembre 3, 2020
Accueil Communiqués CNRI Communiqués CNRI :Droits humains Conditions inhumaines à la prison de Mahabad en plein pandémie de coronavirus

Conditions inhumaines à la prison de Mahabad en plein pandémie de coronavirus

Iran – Conditions inhumaines à la prison de Mahabad en plein pandémie de coronavirus

Appel à des mesures internationales pour la libération temporaire des prisonniers jusqu’à la fin de la pandémie

La situation en matière d’hygiène et de santé à la prison de Mahabad est effroyable et les prisonniers sont extrêmement vulnérables au coronavirus.

Depuis trois mois, les autorités ont démantelé les toilettes et les douches, prétendant les réparer. Elles n’ont laissé que quatre toilettes pour 600 prisonniers, soit un WC pour 150 personnes. Par conséquent, les prisonniers doivent faire la queue pendant des heures pour utiliser les toilettes, ce qui entraîne des problèmes rénaux et digestifs. À l’approche de l’hiver dans les régions froides, le manque d’accès à l’eau chaude a multiplié les problèmes des détenus.

À sa capacité maximale, la prison de Mahabad peut accueillir jusqu’à 150 prisonniers. Mais, actuellement, il y en a quatre fois plus. Les prisonniers ont du mal à trouver un endroit pour dormir car l’espace est rare. La forte densité et l’absence des conditions sanitaires et d’hygiène les plus élémentaires ont fait qu’un certain nombre ont contracté le coronavirus, mais ils ne reçoivent aucun soin. Récemment, des employés et membres du personnel de la prison ont également contracté le COVID-19.

Il n’existe pas de chiffres précis sur le nombre de cas positifs et de décès. Mais un prisonnier identifié comme étant Ahmad Alipour, qui purgeait sa quatrième année à la prison de Mahabad, est mort du coronavirus en octobre 2020. Les autorités pénitentiaires ont déclaré qu’il était mort de complications cardiaques.

Se conformant aux ordres d’Ali Mehr, représentant du bureau du procureur et juge superviseur de la prison de Mahabad, les autorités refusent de libérer temporairement les prisonniers en pleine pandémie.

Comme dans d’autres prisons, les réseaux mafieux du régime sont impliqués dans l’achat, la vente et la distribution massive de drogues dans la prison de Mahabad. Cela constitue une source de revenus pour le système judiciaire du régime clérical.

La Résistance iranienne appelle une fois de plus le Secrétaire général des Nations unies, la Haut-Commissaire aux droits de l’homme, le Conseil des droits de l’homme, les rapporteurs spéciaux des Nations unies et les organisations internationales à agir immédiatement pour obtenir la libération temporaire des prisonniers dans le contexte de la pandémie, et à mettre en place une mission d’enquête pour visiter les prisons et rencontrer les prisonniers iraniens, en particulier les prisonniers politiques.

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 2 novembre 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe