samedi, septembre 26, 2020
Accueil Communiqués CNRI Communiqués CNRI :Droits humains Iran : 3,5 millions de travailleurs des ateliers du marché noir sont...

Iran : 3,5 millions de travailleurs des ateliers du marché noir sont oubliés

Iran : 3,5 millions de travailleurs des ateliers du marché noir sont oubliés

Dans un aveu scandaleux le 11 septembre, Ali Khoda’i, membre du Conseil suprême du travail du régime des mollahs, a déclaré à l’agence de presse Tasnim, affiliée à la Force terroriste Qods des Gardiens de la révolution (pasdaran) : « 3,5 millions d’ouvriers travaillent dans des ateliers clandestins. Leurs statistiques ne sont enregistrées nulle part.

Ces ateliers ne sont pas officiels et ne portent aucune inscription. Les tailleurs de la rue Jomhouri n’ont pas de carte d’identité d’artisan… Les ouvriers des ateliers non enregistrés sont parmi les oubliés. Il y a beaucoup de contrats temporaires dans ces ateliers… Les travailleurs engagés par les recruteurs associés à des entités gouvernementales, publiques et non gouvernementales sont parmi ceux qui signent des contrats temporaires avec ces entrepreneurs.
S’ils protestent, ils seront immédiatement virés. » Il a également déclaré que le salaire minimum pour les travailleurs « ne couvre que 35 % de leurs dépenses ».

Cet aveu offre une fenêtre sur les conditions de vie désastreuses de millions de travailleurs iraniens qui vivent dans les conditions économiques déplorable. La principale raison de cette situation est la politique du régime théocratique, qui n’a apporté que la corruption, la pauvreté et le chômage au peuple iranien.

Les protestations et les grèves des travailleurs contre la politique antisyndicale du régime, le non-paiement de leurs salaires et l’absence de garanties minimales au travail se poursuivent.

Le 12 septembre, les travailleurs des districts 4, 5 et 6 de la municipalité d’Ahvaz, dans le sud-ouest de l’Iran, ont arrêté de travailler et se sont rassemblés à l’extérieur des bureaux de la municipalité pour protester contre le non-paiement de leur salaire au cours des cinq derniers mois. Le même jour, les travailleurs de l’usine de canne à sucre Haft Tappeh ont organisé une manifestation pour la quatrième journée consécutive.

Le 12 septembre également, les travailleurs de l’usine Meter de Qazvin, dans l’ouest de l’Iran, ont organisé une manifestation comme ils l’ont fait ces dernières semaines. Ils se sont rassemblés devant le bureau du chef de la prière du vendredi de la ville et ont exigé le paiement de leurs salaires restés impayés depuis quatre mois.

La Résistance iranienne appelle les organisations internationales qui défendent les droits des travailleurs, en particulier l’Organisation internationale du travail, ainsi que les syndicats et associations de travailleurs, à condamner les politiques anti-ouvrières des mollahs et à exprimer leur soutien aux droits des travailleurs iraniens indigents.

La commission du travail de Conseil national de la Résistance iranienne
Le 13 septembre 2019

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe