lundi, janvier 17, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : 23 exécutions en quatre jours à la veille du voyage...

Iran : 23 exécutions en quatre jours à la veille du voyage de Rohani à New York

Le nombre des exécutions après la mascarade électorale se monte à 173

En quatre jours, le régime iranien a exécuté 23 prisonniers à Zahedan, Yazd, Tankabon et la prison de Gohardacht près de Téhéran. Ces peines capitales surviennent à la veille de la visite de Rohani, le nouveau président des mollahs, à New York pour l’Assemblée générale de l’ONU. Ainsi, le nombre d’exécutions après la mascarade électorale de juin, se monte à 173, d’après les médias officiels ou les informations qui ont filtré à l’extérieur.

Les bourreaux ont pendu le 21 septembre neuf prisonniers en deux groupes dans la prison de Zahedan (sud-est de l’Iran) et à Ghazvine (nord-ouest). Ahmad Issa Zehi, Rachid Sofian, Khaled Rigui, Hamid Reza Karimi et Ghafar Nourzehi, de la minorité sunnite, ont été exécutes à Zahedan. Pour empêcher la publication de ce crime, deux jours avant les exécutions, le régime avait coupé toutes les communications de la maison d’arrêt. Le même jour, il pendait quatre détenus à Ghazvine.

A l’aube du 19 septembre, huit détenus, dont trois femmes, ont été exécutés dans la prison centrale de Yazd (centre de l’Iran). Le même jour, deux prisonniers étaient exécutés à Tankabon (sud-ouest). Un des condamnés a été pendu en place publique (Agence Mehr des services de renseignement, 19 septembre). Le 18 septembre, au moins quatre personnes ont été pendues à la prison de Gohardacht, dans la ville de Karadj, en banlieue téhéranaise.

Des milliers de prisonniers, notamment 3000 à Ghezel-Hessar de Karadj, attendent dans le couloir de la mort.  Pour faciliter les exécutions collectives, le régime des mollahs y a mis en place des gibets par groupes de 24 personnes où il pend chaque semaine des prisonniers en toute clandestinité.

Pendant ce temps, la cour suprême du régime a confirmé les condamnations à mort de quatre Kurdes iraniens, les frères Jamchid et Jahanguir Dehghani, Hamed Ahmadi et Kamal Mola’i qui sont désormais menacés d’une exécution imminente.

La torture et les exécutions sont des conditions nécessaires à la survie du fascisme religieux en Iran et tant que ce régime existera, il continuera à sacrifier chaque jour et chaque heure la population iranienne, en particulier la jeunesse. Dans ces conditions, et alors qu’une multitude de jeunes, d’étudiants, d’ouvriers, de parents de Moudjahidine du peuple et d’Achrafiens sont détenus dans les prisons officielles et officieuses en Iran, la libération de 16 détenus, dont pour certains, une libération conditionnelle, et qui pour la plupart terminent leur peine, ne trompe personne.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 23 septembre 2013

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe