jeudi, mai 19, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran: Khamenei et Rohani interdisent le vaccin COVID-19 et laissent mourir la...

Iran: Khamenei et Rohani interdisent le vaccin COVID-19 et laissent mourir la population en masse

Vendredi, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a interdit l’importation de vaccins crédibles américains et britanniques pour le Covid-19 en Iran, confirmant l’intention du régime de laisser mourir les Iraniens en masse.

Le nombre de morts de Covid-19 approche rapidement les 200 000, en raison de la mauvaise gestion de l’épidémie par le régime et de l’inaction systématique des mollahs.

« Les gens voient que même dans des pays comme l’Irak et l’Afghanistan, l’épidémie de coronavirus s’est apaisée. Il y a une demande du public d’acheter ce vaccin», a déclaré Reza Mahboubfar membre du groupe de travail national contre le Covid-19. (le quotidien Jahan-e Sanat, le 17 décembre)

Pendant ce temps, partout dans le monde, des pays se procurent des vaccins crédibles américains et britanniques et les gouvernements vaccinent librement leur population.

Peu de temps après Khamenei, Hassan Rohani, le président du régime, qui après avoir écoué à présenter les sanctions internationales comme obstacle à l’achat de vaccins, a confirmé son rôle dans le plan de Khamenei de laisser mourir la population par le virus mortel. Il a répété la supercherie de Khamenei selon lesquelles les États-Unis et le Royaume-Uni avaient l’intention de tester leurs vaccins sur les Iraniens.

Rohani a reconnu samedi que le régime avait accès aux vaccins mais a refusé de les importer. « N0ous aurions pu importer plus tôt, il y avait des entreprises qui nous ont offert le vaccin », a-t-il déclaré.

La décision de Khamenei a été condamnée au niveau international. L’Organisation mondiale de la santé a répondu à l’affirmation de Khamenei en exhortant les pays à ne pas politiser la distribution des vaccins Covid-19.

Mansoureh Mills, chercheur à Amnesty International, a déclaré que l’interdiction imposée par le régime était «en phase avec le mépris des autorités pour les droits humains depuis des décennies, y compris le droit à la vie et à la santé».

Les Iraniens ont également utilisé les médias sociaux pour condamner les propos de Khamenei, le qualifiant de «méprisable» et pointant du doigt l’escroquerie du régime en matière de vaccination : «Vous disiez: Nous allons importer des vaccins. Que s’est-il passé maintenant ? » Les internautes ont écrit: «Votre régime est plus discrédité que jamais. Cela suffit pour votre destruction. »

Rohani et Khamenei sont conscients de la haine croissante de la population envers le régime. Les dirigeants du régime sont toujours hantés par ce qu’ils appellent «l’expérience amère» et le «cauchemar» du soulèvement de novembre 2019.

Khamenei avait qualifié la pandémie de «bénédiction divine» et de «test». L’inaction de son régime face à cette crise et désormais l’interdiction d’importer des vaccins fait partie de la stratégie du régime visant à contenir une société fébrile. Khamenei réalise également d’énormes profits en faisant la promotion du soi-disant «vaccin domestique», qui est produit par la fondation de « l’ordre de l’Imam Khomeini», une institution financière sous contrôle de Khamenei.

«Le bureau des aliments et des médicaments subit de fortes pressions pour approuver les vaccins et les médicaments anti-coronavirus produits au pays. Parce qu’obtenir l’approbation du ministère de la Santé signifie un énorme profit pour le propriétaire du médicament », a écrit le 14 décembre le gouvernement d’État Jahan-e Sanat, à cet égard.

Pourtant, la récente décision de Khamenei et la mauvaise gestion de l’épidémie par son régime ne seront pas oubliées par la population.

Le quotidien Setareh Sobh a écrit le 23 décembre : «l’amertume du retard dans l’achat du vaccin ne sera pas effacée de la mémoire du pays. Ne pas acheter le vaccin, même dans une situation où nous perdons environ deux cents personnes par jour, est ressenti comme une souffrance de plus dans le cœur des gens. »

Le 23 décembre, le quotidien Sharq a averti que la population «en a assez et a perdu patience (…) Même un jour de retard dans la vaccination peut avoir de graves conséquences pour notre société. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe