dimanche, février 21, 2021
Accueil Communiqués CNRI Communiqués CNRI :Droits humains Iran: la politique de complaisance de l’UE et ses conséquences

Iran: la politique de complaisance de l’UE et ses conséquences

La réponse internationale aux crises récentes crées par le régime iranien a clairement montré que le mythe de « factions modérés » au sein du régime reste d’actualité. Certains pays européens restent ouverts à l’idée de négocier avec des représentants du régime, en supposant qu’ils représentent une faction qui est en désaccord avec des extrémistes tels que le guide suprême Ali Khamenei et le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI). Mais cette hypothèse est sans fondement, et l’exploitation continue par Téhéran da la faiblesse de ses interlocuteurs étrangers est préjudiciable à la sécurité internationale.

Lorsque l’actuel président du régime, Hassan Rohani, a été élu en 2013, de nombreux décideurs occidentaux l’ont accueilli comme le signe qu’une réforme était en cours dans le pays. Certains ont même décrit l’élection comme une sorte de triomphe retardé pour les manifestations de 2009 qui avaient éclaté quatre ans plus tôt après la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad. Ces manifestations ont été brutalement réprimées et les demandes de la population ont été rejetées d’emblée. L’élection de Rohani a été une surprise car les quatre années qui ont suivi n’ont produit aucun changement significatif qui suggérait que la scène avait été préparée pour un leadership modéré.

Cela aurait dû être observé comme un indice que la référence de modération pour Rohani est illusoire. Mais même parmi ceux qui n’ont pas réussi à reconnaître les signes préexistants de son adhésion aux principes de la ligne dure, il aurait dû y avoir une perte rapide de confiance en la mythe de modération après que sa première année au pouvoir n’a pas réussi à démontrer le suivi de ses réformes promises. Pourtant, certains en Occident se sont contentés de croire que Téhéran s’orientait vers un compromis dans la sphère nucléaire, et qu’une fois cela réalisé, cela annoncerait un changement plus large.

Un accord nucléaire est finalement arrivé en 2015. Le préambule du Plan d’action global commun promettait de contribuer à un environnement plus pacifique au Moyen-Orient, sa mise en œuvre a coïncidé avec l’escalade continue de l’ingérence régionale de Téhéran. Les conditions intérieures en Iran n’ont pas non plus montré de signes de progrès pendant le premier mandat de Rohani. Au lieu de cela, l’ère semble être bientôt définie par une répression accrue de la dissidence politique et de la liberté d’expression en général.

Mostafa Pour-Mohammadi defends Iran's 1988 massacre

Vers la fin du premier mandat de Rohani, un enregistrement audio divulgué de 1988 a fait savoir que son premier ministre de la Justice, Mostafa Pourmohammadi, avait joué un rôle majeur dans le massacre de 30 000 prisonniers politiques cette année-là. Pourmohammadi a récidivé en déclarant publiquement qu’il se sentait fier d’avoir contribué à l’application du «commandement de Dieu» en exécutant les membres de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI-MEK). Bien qu’il ait été démis de ses fonctions avant le deuxième mandat de Rohani, il n’a fait face à aucune conséquence et il a été rapidement remplacé par Alireza Avaiee, un autre participant au même massacre.

Aujourd’hui, Rohani approche de la fin de son deuxième mandat, et il est largement prévu qu’il sera remplacé par un extrémiste à la suite du purge des «réformistes» lors des élections législatives de l’année dernière. Après les sept dernières années, le consensus international devrait tendre à comprendre que cela ne fait pas vraiment de différence. Il devrait être clair pour tous que les factions modérées et extrémistes représentent une distinction sans différence, et que l’accord nucléaire de 2015 n’est pas suffisant pour les distinguer les uns des autres, encore moins au lendemain des violations systématiques de l’Iran et sa récente décision – entièrement acceptée par les deux factions – de reprendre l’enrichissement de l’uranium à 20% de pureté.

C’est peut-être l’une des dernières décisions qui définissent l’héritage de Rohani, et pourtant de nombreux décideurs politiques occidentaux regardent vers la fin de cette ère tout en se tordant la main sur la perte imminente d’une vague opportunité qui ne s’est jamais vraiment fait connaître. Certains font même pression pour que la nouvelle administration américaine revienne rapidement dans l’accord sur le nucléaire dont l’administration précédente s’était retirée en 2018, même si cela implique la suspension renouvelée des sanctions économiques ou une offre d’autres concessions qui récompensent efficacement Téhéran pour ses activités malveillantes.

Ce n’est pas un régime composé de partisans de la ligne dure et de réformistes se bousculant pour la domination; c’est une dictature religieuse incorrigible dans laquelle les deux factions jurent fidélité à un théocrate au pouvoir tout en travaillant ensemble pour embobiner les adversaires étrangers en fermant les yeux sur son programme dans l’espoir de promouvoir des réformes nationales qui ne viendront jamais.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe