samedi, juin 6, 2020
Accueil Communiqués CNRI Communiqués CNRI :Droits humains Iran : Les décès du Covid-19 dépassent les 43.300 dans 319 villes

Iran : Les décès du Covid-19 dépassent les 43.300 dans 319 villes

· Rohani et son ministre de la santé blâment la population pour la nouvelle vague de coronavirus en province

· En raison de la détérioration de la situation, le régime a annulé les misse en scène ridicules de la Journée de Qods

· Un porte-parole du ministère de la Santé a déclaré que le convoi de voitures prévu a été annulé

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) a annoncé dans l’après-midi du 21 mai 2020, que le bilan des victimes du coronavirus dans 319 villes d’Iran a atteint plus de 43.300 personnes. Le nombre de victimes dans les provinces de Khouzistan atteint les 3125, de Khorassan-Razavi 3060, d’Azerbaïdjan de l’Est 1520, de Sistan-Baloutchistan 1330, de Hamedan 1266, de Lorestan 1265 et du Kurdistan 815.

L’ampleur de la tragédie est telle qu’aujourd’hui le vice-ministre de la Santé a reconnu: « environ 10.000 membres du personnel médical du pays ont contracté le covid-19 » (agence ILNA 21 mai). Sur la base de cette déclaration, il est clair que les chiffres officiels des malades et des victimes ont été falsifiés.

Alors que le nombre de cas positifs, même selon les chiffres truqués du ministère de la Santé, est en constante augmentation et atteint aujourd’hui 2392 personnes, Rohani a déclaré hier que « la tendance de l’épidémie est la baisse et s’approche de sa phase de maitrise », et a blâmé sans vergogne la population pour le développement de la maladie dans plusieurs provinces, l’accusant de « ne pas respecter totalement les règles ».

Saïd Namaki, le ministre de la Santé, a remercié Rohani dans un appel et a exprimé sa préoccupation quant aux nouveaux pics de Covid-19 dont il a accusé la population : « au Khouzistan et dans d’autres provinces, où nous assistons à de nouvelles flambées de la maladie, cela correspond au non-respect des principes et protocoles sanitaires. Je demande aux gens de ne pas voyager pendant les vacances de l’Aïd al-Fitr, de nouveaux voyages signifient de nouvelles infections (…) Si quelque chose de nouveau se produit et provoque une nouvelle flambée de la maladie, il sera très difficile et épuisant pour moi et mes collègues de le contrôler. Ceux qui voyagent pour le plaisir apportent la maladie avec eux pour une longue période » (Agence Tasnim, 21 mai 2020).

« Il est possible que la situation empire », a déclaré à l’agence Fars hier Eshaq Jahanguiri, premier vice-président de Rohani, à propos de la prochaine année académique. « Des médecins pensent que nous pourrions assister à une grave épidémie de coronavirus à l’automne de cette année. Dans le cas le plus optimiste, le virus serait contrôlé dans une certaine mesure. On se trompe si l’on pense que l’on retournera à la situation d’avant. »

Contrairement aux affirmations de Rohani sur la maitrise de l’épidémie, les responsables du régime dans diverses provinces signalent des conditions de crise et une situation au rouge.

L’agence Ilna a rapporté aujourd’hui les propos du vice-gouverneur du Lorestan : « la province est désormais en état d’alerte et ces derniers jours, les cinq villes de Khorramabad, Boroujerd, Doroud, Azna et Cheguini sont entrées dans un état encore plus critique. »

A Boroujerd, le chef du réseau de santé a déclaré à l’agence Irna ce 21 mai : « Malheureusement, le nombre de cas positifs et le nombre de personnes hospitalisées augmentent chaque jour (…) Nous gérons ce virus et nous n’avons pas encore atteint le stade de contrôle. »

L’agence Tasnim a rapporté aujourd’hui dans une dépêche les déclarations des relations publiques de l’université des sciences médicales de Machad : « selon la nouvelle définition du statut des grandes villes du ministère de la Santé, Machad est à nouveau dans le rouge.»

La détérioration de la situation a contraint le régime à annuler les mises en scènes ridicules prévues pour la Journée de Qods. Un porte-parole du ministère de la Santé a déclaré: « la cérémonie habituelle de la Journée de Quds n’aura pas lieu. Ce qui devait être un convoi de voitures semble avoir été annulé en raison des problèmes qu’il aurait pu causer. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 21 mai 2020