jeudi, août 6, 2020
Accueil Communiqués CNRI Communiqués CNRI :Droits humains Iran : les décès dus au Covid-19 dans 319 villes dépassent les...

Iran : les décès dus au Covid-19 dans 319 villes dépassent les 42.400

Les autorités au pouvoir reconnaissent la gravité de la situation au Khouzistan, Lorestan, Chaharmahal-Bakhtiari, Kohkilouyeh-Boyer-Ahmad, Kermanchah, Sistan-Baloutchistan et Kerman

Plus de 13 000 malades du Covid-19 sont hospitalisés dans les hôpitaux de sécurité sociale

Les salaires des travailleurs et des employés impayés depuis de trois mois

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) a annoncé dans l’après-midi du 17 mai, que le nombre de décès dus au coronavirus dans 319 villes d’Iran a dépassé les 42.400. Le nombre de victimes dans les provinces de Khorassan-Razavi est de 2985, de Khouzistan 2845, de Mazandaran 2615, de Sistan-Baloutchistan 1300, de Golestan 1295, de Lorestan 1170, de Markazi 595, de Khorassan du nord 490, d’Ilam de 290, de Hormozgan 195 et de Khorassan du sud 142.

L’agence Fars a rapporté le 16 mai les propos du député de Chouch au Majlis des mollahs déclarant : « la situation des malades du coronavirus dans la province du Khouzistan est grave. 434 cas positifs ont été annoncés dans la province du Khouzistan, ce qui est un nombre élevé ».

Le quotidien Eqtessad (13-17 mai) a publié les propos du ministre de la Santé : « dans des provinces comme le Khouzistan, nous assistons à une augmentation des cas de coronavirus (…) Des provinces comme Lorestan, Chaharmahal-Bakhtiari, Kohguilouyeh-Boyer-Ahmad et les provinces voisines de Khouzistan pourraient être menacées par le corona. »

Un porte-parole du ministère de la Santé du régime, dont les propos ont été cités par l’agence Pana du 17 mai, a déclaré aujourd’hui que le Khouzistan est « toujours dans le rouge ». Il a souligné : « nous mettons également en garde avant tout vis-à-vis de la province du Lorestan et, dans une moindre mesure, les provinces de Kermanchah et de Sistan-Baloutchistan, et les circonstances pourraient changer dans les prochains jours».

Le gouverneur de Lorestan a déclaré le 16 mai, selon l’agence Tasmin de la force Qods : « la plupart des villes de Lorestan sont en rouge et jaune et nous n’en avons en blanc. Depuis le début du mois de mai, le nombre de malades de la province a doublé, de sorte que dans certaines villes, il a augmenté de 2,5 à 2,6 fois. »

Dans la province de Kerman, le président de la faculté des sciences médicales de Bam a déclaré: « depuis le 6 mai, nous avons assisté à la deuxième vague de la maladie dans l’est de la province, et le nombre de cas positifs a augmenté. » (Agence Tasnim, 17 mai).

Zali, le chef du Centre national de lutte contre le coronavirus, a affirmé à l’agence Mehr ce 17 mai : « Actuellement, le nombre de consultations externes pour les malades du coronavirus a augmenté par rapport au nombre d’hospitalisés (…) La réalité est qu’à la suite de la réouverture de certaines entreprises et guildes, nous assistons à une augmentation du nombre de déplacements des citoyens dans la ville et c’est inquiétant (…) C’est certain, la situation sera de nouveau critique (…) la réouverture peut être un signal d’avertissement pour les responsables du système de santé du pays.»

Tout indique que les dimensions de la catastrophe du coronavirus seront exacerbées après le retour de la population au travail, comme l’ont fait entendre les médias et les agents du régime. Le Dr Mardani a déclaré au quotidien Jahan-e-Sanat du 17 mai : « nous avons également averti le gouvernement qu’il fallait reporter la réouverture afin qu’il ne le regrette pas le mois prochain. » Mardani a ajouté: « en cas de non-respect des protocoles de santé, les deuxième et troisième vagues de coronavirus balayeront la société avec une intensité plus élevée (…) Malheureusement, la santé a été sacrifiée pour les moyens de subsistance et l’économie a été priorisée dans cette situation de coronavirus. » (Arman, 17 mai). Le journal Mostaghel a écrit le 17 mai : « La réouverture officielle des écoles signifie que si vous allez à l’école et attrapez le coronavirus, cela ne nous regarde pas parce que les écoles sont facultatives. Si vous n’allez pas à l’école et avez un problème dans les études, cela ne nous regarde pas non plus. Nous avons rouvert les écoles. »

Pendant ce temps, le député de Zahedan au Majlis du régime a déclaré à Eqtessad Saramad du 17 mai : « Les habitants du Sistan-Baloutchistan sont sous le seuil de sécurité alimentaire, et pour subvenir aux besoins quotidiens de leurs enfants, ils doivent quitter leur domicile. 30% de la population de la ville n’a pas accès à de l’eau propre pour se conformer aux protocoles de santé (…) Que peut-on attendre d’une province qui se situe à 75% en dessous du seuil de pauvreté et de la sécurité alimentaire? Quels conseils peut-on donner? »

Selon le journal Arman du 17 mai, « les paiements de nombreux travailleurs et même employés ont été retardés de trois mois, et certains n’ont pas reçu de primes de fin d’année (le 20 mars selon le calendrier iranien) (…) Dans les seuls hôpitaux de la sécurité sociale on compte plus de 13.000 malades du coronavirus hospitalisés. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 17 mai 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe