mardi, juillet 7, 2020
Accueil Communiqués CNRI Communiqués CNRI :Droits humains Iran : les décès dus au Covid-19 dépassent les 43.800 dans 320...

Iran : les décès dus au Covid-19 dépassent les 43.800 dans 320 villes

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) a annoncé dans l’après-midi du 23 mai 2020 que le nombre de victimes du coronavirus dans 320 villes d’Iran a dépassé les 43.800. Le nombre de victimes dans les provinces de Khouzistan est d’au moins 3270, de Khorassan-Razavi 3085, de Lorestan 1315, de Fars 1050, du Kurdistan 826, de Kerman 538 et de Qazvine 505.

Alors que même le ministère de la Santé du régime affirme qu’il n’y a pas de provinces exemptes de virus et que la plupart des centres provinciaux sont au rouge, aujourd’hui, Rohani, s’adressant au centre national de lutte contre le corona virus (CNLC), a annoncé : « à partir du 31 mai, tous les employés de bureau devront retourner au travail et la restriction précédente sera levée. Les lieux saints et les lieux de culte (…) seront ouverts dès le lendemain de l’Aïd al-Fitr en respectant les instructions du ministère de la Santé. ». Irrité par les révélations sur la vérité de la tragédie du coronavirus en Iran, Rohani a déclaré : « certains essaient d’effrayer les gens dans le pays sur la maladie du coronavirus, nous n’allons pas le tolérer. »

Mais le ministre de la Santé du régime, s’adressant au quotidien public Hamshahri, a expliqué aujourd’hui : « nous assistons à une nouvelle épidémie de la maladie dans les provinces chaudes (…) Au Khouzistan, les choses ne vont pas dans la bonne direction. Nous avons parlé aux responsables des provinces voisines du Khouzistan, à savoir Chahar Mahal-Bakhtiari et Kohguiluyeh-Boyer-Ahmad, et nous leur avons donné les avertissements nécessaires sur la nouvelle épidémie. Nous avons vu des cas au Sistan-Baloutchistan dans le village de Najafabad-Khash qui nous ont donné l’alerte. »

S’adressant au média officiel Modj, un porte-parole du ministère de la Santé, a déclaré aujourd’hui : « la situation dans la province du Khouzistan est toujours au rouge. » Il a admis implicitement que les statistiques étaient truquées, en disant que « le nombre de patients est beaucoup plus élevé que 1 % de la population (…) il faut faire plus d’expériences scientifiques. Il n’y a pas encore eu de telles études en Iran. Cependant, il semble que, comme l’a dit le ministre, le nombre de patients n’a pas atteint les 10 % de la population. »

Ainsi, selon le ministère de la Santé, le nombre réel de personnes infectées est « beaucoup plus élevé » que 850 000, mais il n’a pas atteint 8,5 millions et se situe quelque part entre ces deux chiffres. Entre-temps, aujourd’hui, le même porte-parole a annoncé que le nombre de contaminés était de 133.521. En d’autres termes, les statistiques truquées publiées sont 6,5 à 65 fois inférieures aux chiffres réels. Le régime est très secret et veut garder tout le monde dans la confusion.

Le gouverneur du Lorestan, Seyed Moussa Khademi, a déclaré aujourd’hui à l’agence Mehr: « chaque jour, nous avons une augmentation du nombre de personnes infectées dans certaines des villes (…) Actuellement nous n’avons pas reçu de bons rapports de Boroujerd et de Delfan. Le nombre de personnes infectées dans ces villes est relativement plus élevé.»

Le président de la faculté des sciences médicales de Jiroft, dans la province de Kerman, a déclaré aujourd’hui à la télévision publique : « avec l’augmentation du nombre de personnes infectées dans la partie sud de la province de Kerman, cette région se rapproche du statut de zone rouge. »

Le président de la faculté des sciences médicales de Bouchehr a déclaré à l’IRNA aujourd’hui : « lorsque le nombre de personnes testées positives augmente, le nombre d’hospitalisations augmente probablement aussi. Ce n’est pas un bon message. Au cours des trois derniers mois, depuis la propagation du virus dans cette province, 7 000 personnes ont été hospitalisées en raison de maladies respiratoires aiguës. » Le vice-président de cette faculté a également déclaré : « contrairement au passé, où seuls quatre à cinq pour cent des résultats des tests étaient positifs, aujourd’hui, plus de 50 % des tests sont positifs. Cela montre la tendance à la hausse de la maladie à Bouchehr. »

L’IRNA a écrit : « à la fin du mois de Farvardin (19 avril), le nombre de patients testés positifs n’atteignait pas la centaine. Mais avec le plan de distanciation sociale intelligente et la levée des restrictions (…) entre 20 et 79 personnes sont testées positives chaque jour. »

Les médias officiels s’inquiètent de la demande de changement de la population. L’un d’entre eux, le quotidien Arman, a écrit aujourd’hui : « nous aurons très certainement à endurer des changements sociaux, politiques et économiques pendant cette phase et après la fin de la dangereuse épidémie de coronavirus (…) nos chances sont minimes. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI)
Le 23 mai 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe