mercredi, octobre 27, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Plus de 198.900 décès dus au coronavirus dans 478 villes

Iran : Plus de 198.900 décès dus au coronavirus dans 478 villes

Alors que les décès approchent les 200.000 et que les experts s’inquiètent des pics hivernaux, Khamenei a déclaré avec cruauté qu’il était depuis le départ opposé à l’importation du vaccin. Il est le premier responsable de la mort de milliers d’Iraniens livrés à l’abattoir du coronavirus.

· Le porte-parole du Croissant-Rouge : en vertu des déclarations de Khamenei aujourd’hui, l’importation de 150.000 doses de vaccins des Etats-Unis est annulée. (Agence Mehr, 8 janvier 2021)

· Minou Mohraz, du centre national de lutte contre le coronavirus (CNLC) : Une grave épidémie de coronavirus peut éclater en février. Nous attendons les prochains pics avec le début de la saison froide. (KhabarFori, 7 janvier 2021)

· Hamid Souri, du comité scientifique du CNLC : 22% des décès du pays mercredi appartiennent à la province de Mazandaran. (Agence Irna 8 janvier 2021)

· Le gouverneur de Mazandaran : Le nombre de patients hospitalisés a doublé par rapport à début décembre. (Agence Irna, 7 janvier 2021)

· La faculté de médecine de Golestan : Les morts du coronavirus ont de nouveau doublé. Le risque d’épidémie va augmenter dans les prochains jours. (Agence Mehr, 7 janvier 2021)

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) a annoncé ce 8 janvier 2021 que le nombre de décès dus au coronavirus dans 478 villes d’Iran est supérieur à 198.900.

Le bilan des morts dans les provinces est le suivant : Téhéran 48.681, Khorassan-Razavi 13.475, Ispahan 12.440, Khouzistan 10.005, Lorestan 8048, Mazandaran 7692, Azerbaïdjan occidental 7363, Golestan 4950, Sistan-Baloutchistan 4821, Kerman 4384, Yazd 3532, Kurdistan 3396, Ardebil 2452, Kohguiluyeh-Boyer-Ahmad 1454.

Alors que selon les estimations les plus prudentes, le nombre de décès dus au COVID-19 en Iran a presque atteint les 200 000, Khamenei a brutalement montré aujourd’hui ses vraies couleurs en affirmant qu’il était opposé à l’importation des vaccins COVID-19 depuis le début. En tant que tel, il n’a laissé aucun doute sur le fait qu’il était le principal responsable de la mort de milliers de compatriotes démunis et opprimés, livrés à l’abattoir du coronavirus.

Il a déclaré : « Les vaccins américains et britanniques sont interdits d’entrée dans le pays. Je l’ai dit aux responsables, et je vais l’annoncer publiquement maintenant. Si leur Pfizer peut fabriquer le vaccin, pourquoi veulent-ils nous le donner ? Pourquoi ne l’utilisent-ils pas eux-mêmes pour ne pas avoir autant de décès (…) Il en va de même pour la Grande-Bretagne. » En remettant en question les vaccins approuvés par l’OMS, il a ajouté : « Je n’ai pas confiance en eux non plus. Je ne sais pas ; parfois, ils veulent tester leurs vaccins sur d’autres nations pour voir si cela fonctionne ou pas. Bien sûr, je ne suis pas non plus optimiste pour la France (…) Nous pouvons obtenir le vaccin dans d’autres pays s’il est sûr. Il n’y a rien de mal à cela. »

Khamenei s’est tourné vers les « vaccins domestiques » qui sont censés être produits par les fondations prédatrices sous son contrôle. Selon ses experts, les vaccins ne seraient pas prêts avant juillet, s’ils sont utilisables. Il a ajouté : « Le vaccin qui a été préparé pour le coronavirus ne devrait pas être rejeté. C’est une source d’honneur pour le pays (…) Si, dans un cas, il a été testé sur l’homme et a réussi (personne) ne devrait essayer de le refuser. Jusqu’à présent. Il a réussi jusqu’à présent, et si Dieu le veut, il continuera à réussir. »

Suite aux paroles de Khamenei, le porte-parole de la Société du Croissant-Rouge a déclaré: « concernant l’interdiction d’importer des vaccins des États-Unis et de la Grande-Bretagne, l’achat de 150 000 doses de vaccin COVID-19 des États-Unis a été annulé. Nous poursuivons actuellement l’achat et l’importation d’un million de doses de vaccin en provenance de trois pays, la Chine, l’Inde et la Russie », a-t-il ajouté, selon l’agence Mehr du 8 janvier 2021.

Les remarques ignobles de Khamenei interviennent à un moment où, selon Minou Mohraz, membre scientifique du CNLC, qui s’est entretenue hier avec le site d’information Khabar-Fori : « Une grave épidémie de coronavirus peut éclater en février et nous attendons les prochains pics. »

 

Secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne

Le 8 janvier 2021

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe