mercredi, octobre 27, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Plus de 208.700 décès dus au coronavirus dans 478 villes

Iran : Plus de 208.700 décès dus au coronavirus dans 478 villes

Iran , Coronavirus

· Le chef de la commission de la santé du parlement des mollahs : « Je ne me ferais pas injecter le vaccin russe. Les vaccins ne sont pas une affaire politique et ne doivent pas être jugés sur la base d’une affiliation politique. » (Khabar online, 30 janvier 2021)

· L’hôpital Massih Danechvari de Téhéran : S’ils voulaient importer le vaccin russe, pourquoi ont-ils accusé un retard de 6 mois pour que des milliers de personnes meurent ?! (Jahan Sanat, 30 janvier 2021)

· Mohammad-Reza Mahboubfar du centre national de lutte contre le coronavirus (CNLC) : La seule solution est un vaccin. Des pays voisins ont vacciné 40% de leur population, mais nous n’avons pas encore commencé. (Hamdeli, 30 janvier 2021)

· Mokhtari, membre du comité scientifique du CNLC : Au fil de ces huit derniers mois, on a enregistré un coefficient de transfert de 1,2, mais ces deux dernières semaines, il a atteint 7,5. (Javan, 30 janvier 2021)

· Reïssi, porte-parole du CNLC : la province de Mazandaran a toujours le nombre d’hospitalisations quotidiennes le plus élevé. Les hospitalisations dans certaines provinces augmentent lentement. (Télévision officielle, 30 janvier 2021)

· La porte-parole du ministère de la santé : La situation dans le pays est extrêmement sensible, fragile et instable. 18 villes du nord sont en orange.

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) a annoncé ce 30 janvier 2021 que le nombre de décès dus au coronavirus dans 478 villes d’Iran est supérieur à 208.700.

Le bilan des morts dans les provinces est le suivant : Téhéran 50.466, Ispahan 13.260, Khouzistan 10.390, Mazandaran 8512, Azerbaïdjan oriental 7943, Azerbaïdjan occidental 7678, Fars 6317, Golestan 5325, Hamedan 4918, Kerman 4634, Kermanchah 4304, Yazd 3847, Khorassan du Nord 3213, Ardebil 2592 et Qazvine 2239.

Alors que les autorités médicales et même les propres responsables du régime parlent de l’augmentation des cas positifs et du risque d’une quatrième vague doublée d’une mutation du virus, Rohani a tenté de dissimuler la politique criminelle du régime en matière de vaccins. « Les experts officiels sont convaincus que finalement l’année prochaine (qui commence le 21 mars en Iran) nous aurons des vaccins produits chez nous et que la vaccination se fera », a-t-il déclaré dans une promesse vide, sans donner plus de détails. Redoutant la colère de l’opinion publique à propos du vaccin, il a bêtement blâmé les États-Unis en déclarant : « Le crime de la précédente administration américaine est tel qu’elle avait arrêté les traitements, les vaccins, l’équipement, les prêts et élevé des barrières partout. » Or ces deux derniers mois, Rohani, le président de la banque centrale et d’autres responsables gouvernementaux ont déclaré à plusieurs reprises avoir résolu le problème financier pour le vaccin. De son côté le gouvernement américain a déclaré à plusieurs reprises qu’il n’y avait aucun obstacle au paiement du vaccin par le régime.

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 30 janvier 2021

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe