lundi, juin 21, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Plus de 240.800 décès dus au coronavirus dans 529 villes

Iran : Plus de 240.800 décès dus au coronavirus dans 529 villes

117 villes en orange et en rouge

· Le porte-parole du centre national de lutte contre le coronavirus (CNLC) : Le nombre d’hospitalisations à la mi-février était de 400 ; il a atteint 800 aujourd’hui. 10 % des personnes avaient été testées positives auparavant ; ce chiffre est passé à 50 % aujourd’hui. (Agence Fars, 31 mars 2021)

· La faculté de médecine de Machad : Le nombre d’hospitalisations quotidiennes liées au COVID-19 dans la province de Khorassan-Razavi a augmenté de 60%. (Agence IRNA, 31 mars 2021)

· La faculté de médecine d’Hormozgan : Les hospitalisations dues au coronavirus la semaine dernière ont augmenté de 150 % par rapport à la semaine précédente. La plupart des hospitalisés sont infectés par la variante britannique. (Agence Mehr, 31 mars 2021)

· Centre d’urgence d’Alborz : Le nombre de patients ambulatoires a atteint 1 600 hier, alors que dans le pire des cas, en février, il se situait entre 900 et 1 000. (Agence ISNA, 31 mars 2021)

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) a annoncé ce 31 mars 2021, que le nombre de décès dus au coronavirus dans 529 villes d’Iran a dépassé 240.800. Le bilan des morts dans les provinces est le suivant : Téhéran 55.691, Ispahan 15.665, Khorassan-Razavi 15.585, Khouzistan 14.099, Mazandaran 10.260, Azerbaïdjan oriental 9558, Qom 8695, Golestan 6205, Alborz 5968, Sistan-Baloutchistan 5576, Hamedan 5518, Semnan 4175, Qazvine 2734, Hormozgan 2680 et Ilam 2461.

Alors que la vaccination contre le COVID-19 est gratuite dans presque tous les pays du monde, Rohani a déclaré aujourd’hui : « Le secteur privé peut importer des vaccins pour les hôpitaux privés ou publics par le biais d’installations d’échange en ligne, partout où le ministère de la Santé le juge approprié pour les injections. Même si une grande usine, ou un producteur, veut importer des vaccins pour ses travailleurs, ils peuvent le faire en coordination. » En d’autres termes, avec cette politique criminelle, d’une part, le régime clérical ouvre la voie à un nouveau pillage du public par le secteur privé, qui est le pseudonyme des institutions affiliées aux pasdarans et à Khamenei, et d’autre part, il prive de vaccins des dizaines de millions de personnes démunies.

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 31 mars 2021

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe