jeudi, février 25, 2021
Accueil Communiqués CNRI Communiqués CNRI :Droits humains Iran : Plus de 62.600 décès dus au coronavirus dans 341 villes

Iran : Plus de 62.600 décès dus au coronavirus dans 341 villes

Crise à Téhéran et Machad

 Dans ses chiffres truqués, le régime a porté le nombre de victimes des dernières 24 heures à 162, ce qui est le nombre le plus élevé jusqu’à présent.
 La porte-parole du ministère de la Santé : Nous avons une hausse significative des chiffres de la province de Téhéran depuis dimanche, ce qui est inquiétant.
 Le chef du centre national de lutte contre le Covid-19 : Le nombre de personnes hospitalisées à Téhéran hier a atteint 521
 Nahid Khodakarami, présidente de la commission de la santé du conseil de Téhéran: Jusqu’à présent, plus de 5000 Téhéranais ont perdu la vie
 La faculté des sciences médicales de Machad : la situation à Machad a également franchi la ligne rouge (…) 900 malades du virus et suspects de l’être viennent faire le test tous les jours.
 Entre les 21 et 28 juin, 167 personnes sont décédées à l’hôpital Ganjavian de Dezfoul. Le nombre de morts à l’hôpital est passé à 624 depuis le 20 février
 La situation à Boroujerd et à Khorramabad est dangereuse, avec au moins 100 décès. A Selseleh et Delfan, au moins 100 personnes sont mortes. Les hôpitaux ne sont pas autorisés à embaucher et pour ne pas donner de couverture maladie aux infirmières, ils les prennent en CDD de 89 jours.

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK) a annoncé dans l’après-midi du 29 juin que le nombre de décès dus au coronavirus dans 341 villes d’Iran est de plus de 62.600. Le nombre de victimes dans les provinces de Khouzistan est de 4785, de Khorassan-Razavi 3790, de Guilan 3180, de Lorestan 2295, d’Alborz 1990, de Hamedan 1415, de Kerman 780, de Bouchehr 585, de Zanjan 559, de Qazvine 540 et de Khorassan du Sud 175.

La porte-parole du ministère de la Santé du régime a déclaré dans ses chiffres truqués que 162 personnes étaient décédées ces dernières 24 heures, le nombre le plus élevé depuis le début de l’épidémie. Elle a ajouté : “Depuis dimanche, le nombre de cas et d’hospitalisations dans la province de Téhéran a considérablement augmenté, ce qui est préoccupant (…) Les provinces de Khouzistan, Kurdistan, Azerbaïdjan occidental et oriental, Hormozgan, Bouchehr, Khorassan-Razavi et Kermanchah sont en rouge et les provinces d’Ilam, Lorestan et Golestan sont en alerte ».

Mohammad-Reza Mahboubfar, membre du centre national de lutte contre le coronavirus (CNLC) a été cité par l’agence Mehr le 28 juin, disant : « À Ispahan, 3 personnes sur 10 sont porteuses du virus (…) Avec la propagation du coronavirus dans le pays, la mortalité a également augmenté. On peut dire à coup sûr que deux personnes meurent toutes les 15 minutes (soit 192 par 24 heures) sous le coup de ce virus. »

À Téhéran, Alireza Zali, chef du CNLC, a annoncé que 399 personnes avaient été admises dans les services ordinanires et 122 dans les unités de soins intensifs ces dernières 24 heures. Il a déclaré hier à la télévision officielle : « Les chiffres de Téhéran changent de manière inquiétante (…) Pour la première fois, le nombre d’hospitalisations a dépassé le nombre de sorties. »

Nahid Khodakarami, présidente de la commission de la santé du conseil de Téhéran, cité par le site Modara hier, a annoncé que « depuis le début de l’épidémie de coronavirus jusqu’à aujourd’hui, plus de 5 000 Téhéranais ont perdu la vie ». Auparavant, le 11 juin, Zali avait déclaré que « le taux de mortalité dans la province de Téhéran est beaucoup plus bas que dans le reste du pays (…) L’âge moyen de décès à Téhéran est de 10 ans de plus que la moyenne nationale ».

Dans la province de Lorestan, les médecins disent que la situation à Boroujerd et Khorramabad est dangereuse. Au moins 100 personnes sont mortes à Selseleh et Delfan, et n’ont pas été prises en compte dans aucune statistique. Au moins 10% des infirmières ont contracté le virus. Dans un avenir proche, le personnel soignant ne pourra plus travailler. Les hôpitaux manquent d’infirmières. Mais ils ne sont pas autorisés à embaucher et ils prennent des infirmières comme en CDD d’ouvrières de 89 jours pour ne pas leur payer d’assurance maladie. Les présidents des facultés de médecines (qui chapeautent les hôpitaux) n’ont plus d’argent pour acheter des masques. »

Dans la province de Khorassan-Razavi, le secrétaire du groupe de travail sur les coronavirus de la faculté des sciences médicales de Machad a déclaré à l’agence IRNA aujourd’hui : « La situation à Machad a dépassé le rouge. Le nombre de patients hospitalisés dans ce CHU s’élève à plus de 600, ce qui est le nombre le plus élevé de l’épidémie de coronavirus (…) Le nombre quotidien de patients hospitalisés se situe entre 120 et 150 personnes. » L’ISNA a cité un membre de la faculté des sciences médicales de Machad qui a déclaré : « La situation à Machad est devenue similaire à celle de mars, voire pire. Les urgences et les salles d’hôpital sont pleines de patients atteints de coronavirus, au point que la plupart du personnel médical est infecté. Nous manquons de personnel médical et nous sommes sous pression. » Selon Asr-e Iran, le chef du département des relations publiques de la faculté a déclaré : « La semaine dernière, environ 400 patients atteints de coronavirus et environ 500 cas suspects sont envoyés chaque jour dans des hôpitaux et des laboratoires d’analyse. »

Le directeur du département des maladies infectieuses de la faculté des sciences médicales de Birjand a déclaré aujourd’hui à l’agence ISNA : « Le nombre de cas positifs dans le Khorassan du Sud, en particulier à Birjand, a augmenté de manière significative. Deux unités de soins intensifs allouées aux patients atteints de coronavirus sont terminées, et nous sommes en train d’équiper la troisième unité. Il y a deux jours, un nouveau service de soins intensifs a été mis en place pour les patients de l’hôpital de Vali-e-Asr, qui est maintenant complet. »

Dans la province de Khouzistan, le vice-président de la faculté des sciences médicales de Jondishapour à Ahwaz a été cité par l’IRNA, aujourd’hui : « Le Khouzistan est dans le rouge depuis six semaines. Étant donné la pression sur le système de santé, des restrictions doivent être imposées afin que le système de santé puisse avoir un répit. » Le président de la faculté des sciences médicales d’Abadan a également été cité par l’IRNA, aujourd’hui : « La situation dans le sud-ouest du Khouzistan est telle que si des restrictions ne sont pas imposées dans cette région, le nombre de patients entrant dans les hôpitaux sera hors de contrôle. A Dezfoul, au moins 167 personnes sont mortes du coronavirus ces huit derniers jours à l’hôpital de Ganjavian, selon les médecins. Le nombre de décès à l’hôpital est passé à 624 depuis le 20 février. »

A Hormozgan, le chef du conseil municipal de Bandar Abbas a déclaré hier à l’agence ILNA : « Les gens ne sont pas satisfaits des décisions du gouvernement (…) Bandar Abbas est toujours confronté à de sérieux problèmes en termes de personnels et de matériel médical. En dissimulant les faits, le gouvernement a ignoré les droits de Bander Abbas à rendre publiques ses informations. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI)
Le 29 juin 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe