samedi, décembre 4, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran: plus de 88.400 décès dus au coronavirus dans 379 villes

Iran: plus de 88.400 décès dus au coronavirus dans 379 villes

• Farahani, membre du bureau du Majlis des mollahs : comment se fait-il que la présence du président Rohani au Majlis, dans le respect des protocoles de santé, dans un groupe bien moins nombreux qu’un examen d’entrée à l’université et dans un espace plus ouvert, présente un risque de contracter le coronavirus, mais que les candidats à l’examen d’entrée à l’université, eux, doivent se présenter à l’examen.
• Ali Reza Zali, chef du centre national de lutte contre le coronavirus (CNLC) : C’était une erreur stratégique de blâmer uniquement la population pour la flambée du coronavirus ces derniers mois. Ce n’est pas la vérité.
• Un membre du CNLC à Téhéran : la plupart des hôpitaux sont aux prises au maximum avec le covid-19. La plupart des malades du coronavirus sont dans un état grave (site Shafaqna, 14 août).
• La faculté des sciences médicales de Chiraz: 19 personnes sont décédées au cours des dernières 24 heures et 106 patients sont en unité de soins intensifs.
• La faculté des sciences médicales de Qazvine : 68 patients sont en unité de soins intensifs, 29 sont connectés à des appareils respiratoires et 8 sont dans la salle d’attente.

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran a annoncé ce 14 août 2020, que le nombre de décès dus au coronavirus dans 379 villes d’Iran a malheureusement dépassé les 88.400. Le nombre de morts dans les provinces de Téhéran 21.735, de Khouzistan 6102, de Mazandaran 4180, de Fars 2494, de Golestan 2484, de Kermanchah 2155, de Hormozgan 1148, de Semnan 1107, de Markazi 1091, d’Ardebil 1040 et d’Ilam 710.

Réagissant à l’absence de Rohani au parlement pour défendre le ministre qu’il proposait, Farahani, député du Bureau du Majlis, a déclaré : « Désormais, la question se pose aux députés de savoir comment la présence du président au parlement, même avec le respect des protocoles de santé, un groupe plus petit que les participants à l’examen d’entrée et un espace plus ouvert, présente un risque de contracter le coronavirus, mais que les candidats à l’examen d’entrée à l’université, eux, doivent se présenter à l’épreuve malgré le non-respect des gestes barrières. Le chef de cabinet du président doit répondre à la question de savoir pourquoi il joue avec l’âme des enfants du peuple? » (Site du parlement du régime, le 13 août) Peu avant, Vaezi, le chef de cabinet de Rohani, avait écrit dans une lettre au Parlement que Rohani « sur recommandation du CNLC, ne doit pas assister à un vote de confiance concernant Samat, le nouveau ministre qu’il a proposé, car il y a un risque de contracter le coronavirus dans cet endroit ».

A Téhéran, Alireza Zali, chef du CNCL a déclaré : « C’était une erreur stratégique de blâmer uniquement la population pour la flambée du coronavirus ces derniers mois. Ce n’est pas la vérité. Le retour hâtif à la normale a pu faire croire à l’opinion publique que la maladie avait disparu. Les problèmes et les dommages causés par le virus sont beaucoup plus importants qu’au début de la maladie. Le Covid-19 va durer, Si nous ne portons pas un regard réaliste sur ce virus, nous perdrons la confiance du public » (Agence Mehr, 14 aout).

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 14 aout 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe