samedi, septembre 25, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran - Pour empêcher de nouvelles répression, il faut demander des comptes...

Iran – Pour empêcher de nouvelles répression, il faut demander des comptes aux mollahs pour leurs crimes passés

Amnesty international: l’ONU doit parler ouvertement et fermement contre l’impunité suite au massacre de l’Iran en 1988

En novembre dernier, d’innombrables Iraniens ont répondu à une flambée soudaine des prix de l’essence fixés par le gouvernement en se soulevant dans quelques 200 villes du pays. Comme lors d’un précédent soulèvement national en janvier 2018, l’expression du mécontentement économique s’est rapidement transformée en condamnation publique de l’ensemble du fascisme religieux. Les participants aux deux soulèvements ont scandé « à bas le dictateur (Khamenei)» et «à bas Rohani», signalant ainsi leur rejet à la fois de la faction politique dure associée au chef suprême clérical et des soi-disant modérés actuellement dirigés par Hassan Rohani.

Les manifestations anti-régime se sont heurtées à des réactions féroces des forces de sécurité du régime. Début 2018, des milliers de manifestants ont été arrêtés, des dizaines ont été abattus dans les rues et plusieurs ont été torturés à mort lors d’interrogatoires menés par le ministère des Renseignements ou les Gardiens de la révolution (CGRI). Après avoir échoué à éradiquer la dissidence, mais également confronté à peu de conséquences réelles pour leurs actions, ces mêmes forces répressives ont accéléré leur violence en réponse au deuxième soulèvement. En quelques jours seulement en novembre 2019, plus de 1500 manifestants pacifiques ont été tués.

Pour les observateurs des affaires iraniennes, cette récente répression peut être un symbole choquant du mépris du régime pour les droits de l’homme. Mais pour les victimes de la dictature, la réponse de ce dernier au soulèvement de novembre est loin d’être le pire crime du régime des mollahs.

La décision d’Ali Hossein Montazeri, l’héritier désigné de Ruhollah Khomeiny au poste de chef suprême du régime, de condamner le massacre de prisonniers politiques par le régime l’a conduit à être évincé et à vivre les dernières années de sa vie en résidence surveillée. Pendant ce temps, les dirigeants qui ont participé activement au massacre ont été richement récompensés par des promotions et une influence accrue. Cette tendance se poursuit jusqu’à nos jours, comme en témoigne le fait que les chefs actuels de l’appareil judiciaire du régime iranien et du ministère de la Justice étaient membres des «commissions de la mort» chargées d’interroger les prisonniers politiques et de prononcer des peines de mort contre ceux qui n’ont pas renié leurs affiliations à l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (ompi).

Ces nominations ne soulignent pas l’absence totale de remords du régime pour une répression qui aurait tué 30 000 personnes, dont des adolescentes et des femmes enceintes. Mais plus que cela, ils mettent en évidence un sentiment généralisé d’impunité que les autorités du régime ont développé immédiatement après le massacre, qui n’a cessé de se renforcer au cours des trois décennies qui ont suivi. Ni le régime dans son ensemble ni aucun de ses responsables individuels n’ont été tenus pour responsables du massacre de 1988 ou de tout autre crime. Il n’est donc pas étonnant que le régime, toujours dirigé par un grand nombre des mêmes responsables, n’ait aucune réelle tendance à limiter sa violence face à des défis de l’ampleur des soulèvements de novembre.

Pour cette raison, les observateurs des affaires iraniennes craignent à juste titre que la dernière répression ne conduise à des crimes bien pires contre l’humanité si elle n’est pas combattue avec fermeté par la communauté internationale. Beaucoup de ces observateurs ont exprimé cette préoccupation en participant à une vidéoconférence internationale le mois dernier, organisée le Conseil national de la résistance iranienne. Le Sommet mondial de l’Iran libre, qui s’est déroulé virtuellement sur des sessions de trois jours, a consacré une grande partie de son temps à évoquer les crimes passés du régime en Iran et à mettre en évidence leurs implications pour l’avenir du pays.
Le sommet a présenté des témoignages d’anciens prisonniers politiques iraniens et de survivants du massacre de 1988, ainsi que de dignitaires politiques représentant les États-Unis, l’Europe et une grande partie du monde.

Le député britannique Steve McCabe a lié l’histoire non résolue du massacre de 1988 à des répressions plus récentes et aussi à une vaste campagne de désinformation contre l’OMPI, qui reste le principal défi du système théocratique plus de trois décennies après que ses membres furent victimes des commissions de la mort. Des révélations récentes sur ces meurtres, a déclaré McCabe, «ont fait la lumière sur le massacre en Occident. Les mollahs veulent éliminer tous les adversaires qui ne suivent pas leur mentalité médiévale. Cela clarifie la nécessité d’une campagne de diabolisation pour faire taire la résistance iranienne. Mais le député a continué à donner un ton plein d’espoir quant à la trajectoire de la politique occidentale et à la perspective que cette campagne de diabolisation soit vaincue une fois pour toutes.

Le département d’État américain a publié une brève déclaration le 17 juillet, deux jours avant le sommet mondial pour un Iran libre, dans laquelle le porte-parole Morgan Ortagus a déclaré que «les responsables iraniens qui commettent des violations ou des abus des droits humains devraient être tenus pour responsables». La déclaration a évoqué le massacre de 1988 et a appelé pour une enquête internationale approfondie. Le résultat final étant probablement des poursuites devant la cour pénale internationale.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe