samedi, décembre 4, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Tous les hommes d’un village du Sistan-et-Balouchistan ont été exécutés

Iran : Tous les hommes d’un village du Sistan-et-Balouchistan ont été exécutés

Iran : Tous les hommes d’un village du Sistan-et-Balouchistan ont été exécutés

Aveu choquant d’exécutions brutales en Iran par l’adjoint de Rohani 

CNRI – Dans une interview avec l’agence de presse officielle Mehr, le 25 février 2016, Chahindokht Molaverdi, adjointe de Rohani aux Affaires des Femmes et de la Famille, a reconnu une partie du bilan criminel du régime iranien et la dimension inédite des exécutions. « Il y a un village au Sistan-et-Balouchistan dont tous les hommes ont été exécutés », a affirmé Molaverdi.

« Si l’homme d’une famille commet un crime, sa femme et ses enfants doivent-ils être punis ? Dans de nombreux cas l’homme d’une famille a été jeté en prison pour trafic de drogue ou tout autre crime et la police a confisqué ses biens alors que sa famille n’avait pour seul abri qu’un petit appartement… Ils ont confisqué le seul logement d’une famille, sans tenir aucun compte de ce qu’une femme et ses trois enfants peuvent bien faire (sans endroit où vivre). »

Ce sont des exécutions que Rohani a cautionnées avec démagogie en disant : « Lorsque quelqu’un est condamné à mort, c’est la loi qui l’a condamné et il sera puni, et cela nous regarde pas. Il s’agit soit de la loi divine, soit d’une loi ratifiée par le parlement, qui appartient au peuple. Nous ne sommes que des exécutants. » (Agence de presse officielle Tasnim, 19 avril 2014).

Il y a deux ans et demi, lorsque Rohani est devenu président de la théocratie, il a prétendu être un modéré. Quoi qu’il en soit, les statistiques faisant état de 2300 exécutions trahissent la véritable nature du régime dans sa totalité, y compris de son président démagogue Rohani.

Dans son rapport annuel publié cette semaine, Amnesty International écrit : « Des châtiments cruels ont été appliqués ; des condamnés ont notamment été rendus aveugles, amputé ou fouetté. Les tribunaux ont prononcé des condamnations à mort pour toute une série de crimes ; de nombreux prisonniers, dont au moins quatre mineurs délinquants, ont été exécutés. »

« De nombreux procès, dont certains ont abouti à une condamnation à mort, ont été manifestement iniques. Les accusés avaient le plus souvent été détenus avant leur procès pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, durant lesquelles ils n’avaient eu que peu, ou pas du tout, la possibilité d’entrer en contact avec leur avocat ou leur famille. Ils avaient été contraints de rédiger ou de signer des « aveux », retenus comme principale preuve à charge dans une procédure inéquitable », ajoute le rapport.

Secrétariat du Conseil National de la Résistance Iranienne
Le 25 février 2016

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe