lundi, janvier 17, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsL'ONU adopte la 66e résolution condamnant les violations des droits humains en...

L’ONU adopte la 66e résolution condamnant les violations des droits humains en Iran

L'ONU adopte la 66e résolution condamnant les violations des droits humains en Iran

Mme Radjavi exhorte le Conseil de sécurité à agir pour mettre fin aux violations croissantes des droits humains et aux crimes contre l’humanité perpétrés par le régime des mollahs.

Mme Maryam Radjavi, Présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), s’est félicitée de l’adoption par l’Assemblée générale des Nations Unies d’une résolution censurant les violations flagrantes et systématiques des droits humains en Iran. Après 66 condamnations de l’ONU, a-t-elle dit, la communauté internationale doit prendre des mesures efficaces pour mettre un terme à la montée des violations des droits humains et aux crimes contre l’humanité perpétrés par le régime religieux.

Le silence et l’inaction face aux innombrables crimes perpétrés par le fascisme religieux en Iran ces quatre dernières décennies, a-t-elle ajouté, l’ont encouragé à intensifier ses crimes contre l’humanité. Le massacre de plus de 1 500 personnes, notamment des jeunes, 4 000 blessés et l’arrestation de 12.000 personnes au cours du soulèvement national de novembre est l’un des crimes les plus horribles du XXIe siècle et constitue, à tous égards, un crime contre l’humanité.

Mme Radjavi a souligné que les responsables des atrocités commises en novembre, le guide suprême du régime Ali Khamenei, son président Hassan Rohani et d’autres dirigeants du régime, sont impliqués dans les crimes de cette dictature religieuse, notamment dans le massacre de 1988. Il faut mettre un terme à leur impunité. Le Conseil de sécurité doit reconnaître les exactions du régime, y compris les massacres de 1988 et 2019, comme des crimes contre l’humanité afin que les responsables soient traduits en justice.

La présidente élue du CNRI a de nouveau souligné la nécessité de former une mission de l’ONU pour enquêter sur le massacre de novembre et se rendre en Iran inspecter les prisons et y voir les personnes arrêtées. Elle a ajouté que la dictature religieuse est le violateur le plus barbare et le plus flagrant des droits humain dans le monde aujourd’hui. Cette dictature a foulé aux pieds les droits fondamentaux de la nation iranienne dans tous ses aspects politiques, sociaux et économiques, et doit être exclue de la communauté internationale.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 18 décembre 2019

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe