mardi, novembre 30, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsLe nouveau président iranien doit être isolé en attendant son arrestation pour...

Le nouveau président iranien doit être isolé en attendant son arrestation pour crimes contre l’humanité

Cette semaine, Ebrahim Raïssi devient officiellement président du régime iranien. Alors que pratiquement tous les hauts responsables iraniens ont du sang sur les mains, les «élections» orchestrées par Raïssi le 18 juin étaient un exemple particulièrement flagrant de ces responsables récompensés pour leurs violations des droits humains. Son investiture représente un test important pour les communautés internationales, en particulier les démocraties occidentales qui se targuent de valeurs humanitaires partagées.

Le 19 juin, Amnesty International a publié une déclaration condamnant la décision du régime iranien de promouvoir Raïssi à la présidence après avoir servi pendant deux ans en tant que chef du pouvoir judiciaire et contribué à la dégradation supplémentaire du bilan déjà catastrophique de l’Iran en matière de droits humains.

« Le fait qu’Ebrahim Raïssi ait accédé à la présidence au lieu de faire l’objet d’une enquête pour les crimes contre l’humanité, de disparition forcée et de torture, est un sombre rappel que l’impunité règne en maître en Iran », a déclaré la secrétaire générale de l’organisation, Agnès Calamard.

Les crimes en question incluent certainement la torture systématique infligée par le pouvoir judiciaire sous la direction de Raïssi à la suite du soulèvement national de novembre 2019. Mais ces actions ne font que s’aggraver pour s’ajouter à un héritage qu’il avait établi plus de 30 ans plus tôt lorsque, comme substitut du procureur de la République, il a joué un rôle de premier plan dans le massacre de prisonniers politiques durant l’été 1988.

Raïssi a été parmi les premières personnes nommées aux « commissions de la mort » qui ont proliféré à travers le pays en réponse à une fatwa du chef suprême de l’époque, Ruhollah Khomeini, qui déclarait que tous les prisonniers politiques affiliés aux Mojahedin-e-Khalq, OMPI, devaient être considéré comme « en guerre contre Dieu » et condamné à mort. Les commissions de la mort ont été chargées d’interroger les prisonniers politiques sur leurs croyances et leurs affiliations, en se concentrant en particulier sur les personnes soupçonnées d’être associées à l’OMPI.

Ces dernières années, alors que de plus en plus d’informations sur le massacre de 1988 ont émergé, Raïssi et d’autres anciens membres de la commission de la mort ont publiquement défendu leurs rôles, se référant parfois à l’exécution des membres de l’OMPI comme un « commandement de Dieu ». De telles démonstrations éhontées semblent n’avoir fait que renforcer les décisions de l’actuel Guide suprême, Ali Khamenei, de récompenser ces participants pour leur service à la suppression de la dissidence. L’ascension rapide de Raïssi aux postes de chef de la magistrature puis de président indique que le rythme de cette récompense a augmenté, sans doute en reconnaissance du danger auquel le régime est confronté à la suite du soulèvement de 2019.

Malheureusement, la communauté internationale a rendu de telles promotions possibles en ignorant « l’impunité » qui a été vivement critiquée par Amnesty International en juin et a été critiquée de la même manière à de nombreuses reprises par l’OMPI et d’autres groupes connaissant bien les crimes du régime contre l’humanité. Ces groupes demandent depuis des années aux puissances occidentales et aux Nations Unies de lancer une commission d’enquête officielle sur le massacre de 1988.

La communauté internationale doit apporter une réponse affirmative à ces demandes. En attendant, le moins qu’il puisse faire est d’éviter de signaler que l’impunité de Téhéran reste intacte et que le Guide suprême est libre de continuer à céder les postes les plus influents du gouvernement et du secteur privé aux membres de la commission de la mort ou à d’autres défenseurs de la violence attaques contre les adversaires politiques. Il faut reconnaître que c’est exactement le genre de signal que le monde enverrait s’il accueillait Raïssi , un violeur des droits humains bien connu, lors de visites d’État ou à l’Assemblée générale des Nations Unies.

Il a été annoncé qu’Enrique Mora, l’un des hauts fonctionnaires de l’Union européenne, assistera à l’investiture de Raïssi le 4 août. Cette position sur la présidence de Raïssi et sa participation à l’investiture de Raïssi , alors que de nombreuses organisations de défense des droits humains appellent à sa responsabilité, est une honte pour l’UE (…)

Alejo Vidal-Quadras, professeur de physique atomique et nucléaire, a été vice-président du Parlement européen de 1999 à 2014. Il est président de l’International Committee In Search of Justice (ISJ)

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe