lundi, septembre 27, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsLes décès dans les dernières manifestations en Iran suscitent de nouveaux appels...

Les décès dans les dernières manifestations en Iran suscitent de nouveaux appels à la pression internationale

Au cours des près de deux semaines qui se sont écoulées depuis le début des manifestations contre les pénuries d’eau dans la province iranienne du Khouzistan, des convois militaires se sont approchés des zones de troubles et les autorités ont ouvert le feu sur les foules de manifestants.

Ces rapports ne sont apparus que progressivement en raison de pannes d’Internet de grande envergure pour limiter la diffusion de l’informations concernant les mesures de répression contre les manifestants.

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) a rapporté qu’au moins une douzaine de personnes ont été tuées lors de ces répressions. Les rapports du principal groupe d’opposition prodémocratie suggèrent que le nombre augmentera dès que plus d’informations seront évaluées, mais douze est le nombre de victimes qui ont déjà été vérifiés avec leurs noms. Ces victimes comprennent deux personnes qui n’avaient que 17 ans et au moins cinq qui avaient moins de 30 ans.

Ces décès ont contribué à l’expansion des troubles. Vendredi, les funérailles de l’une des victimes, Hadi Bahmani, âgée de 17 ans, est devenues le théâtre de nouvelles manifestations antigouvernementales. Ailleurs, des protestations ont émergé en solidarité avec les manifestations attaquées, ainsi qu’avec les personnes qui ont été tuées dans ces attaques.

Dans les villes de Zanjan et Bojnurd, pour n’en citer que deux, des manifestants ont attiré l’attention sur les meurtres avec leurs slogans : « Les Iraniens sont prêts à mourir, mais n’accepteront pas l’humiliation« . De telles déclarations confirment l’intention des manifestants à rester actifs dans la rue malgré la répression violente du régime.

Cette détermination a sans doute trouvé ses débouchés les plus importants ces dernières années, alors que l’Iran a été secoué par une série de soulèvements et de mouvements de protestation, dont beaucoup exprimant une contestation directe du système théocratique et un appel à un changement de régime pour une alternative démocratique. .

Le premier soulèvement national a commencé dans les derniers jours de 2017 et s’est poursuivi pendant une grande partie du mois suivant, au cours duquel le guide suprême Ali Khamenei a admis à contrecœur que l’ampleur des troubles était garantie par des mois de planification de l’OMPI. Cette ampleur a ensuite été dépassée par un soulèvement similaire en novembre 2019, qui a provoqué l’une des pires répressions depuis des décennies par les autorités iraniennes.

Plus de 1 500 personnes ont été tuées dans les jours qui ont suivi le déclenchement de ce dernier soulèvement, et plus de 12 000 personnes ont été arrêtées peu de temps après. Beaucoup d’entre eux ont été soumis à la torture pendant des mois, mais alors que cette torture était toujours en cours, des manifestations ont de nouveau éclaté dans au moins une douzaine de provinces iraniennes en janvier 2020.

La pandémie de coronavirus a finalement contribué à prévenir la résurgence des manifestations à l’échelle nationale par la suite, mais de nombreux responsables iraniens ont continué à émettre des avertissements sur l’influence du MEK et les troubles populaires depuis lors. Les manifestations récentes au Khouzistan et dans les régions environnantes sont le dernier rappel du bien-fondé de ces préoccupations. Et pour les critiques du régime iranien, ils rappellent également à quel point ce régime est désespéré de rétablir l’ordre et de limiter l’extension des efforts organisés pour établir un nouveau système de gouvernement.

Dans cet esprit, la coalition du Conseil national de la Résistance iranienne a publié dimanche une déclaration attirant l’attention sur les premiers rapports d’incidents mortels par balle et a exhorté « le Secrétaire général des Nations Unies, le Conseil de sécurité des Nations Unies, le l’Union européenne et ses États membres à condamner ces crimes contre l’humanité » et à prendre des mesures pouvant conduire à des poursuites pour les dirigeants de la République islamique qui ont été impliqué dans des crimes similaires tout au long de l’histoire de la dictature iranienne.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe