mercredi, octobre 27, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsLes motifs e Téhéran pour dépeindre les sanctions comme la véritable source...

Les motifs e Téhéran pour dépeindre les sanctions comme la véritable source de la crise COVID-19

Le régime des mollahs tente de profiter financièrement et politiquement de la crise du Covid-19.

Les gardiens de la révolution (pasdaran) contrôlent le marché des médicaments et des drogues en Iran. L’importation de vaccins de sociétés mondiales réputées élimine les énormes profits réalisés par la mafia des médicaments appartenant aux pasdaran.

C’est pourquoi de nombreux responsables du régime parlent de manière fallacieuse de produire des « vaccins nationaux ».

« La Food and Drug Administration subit de fortes pressions pour approuver les vaccins et médicaments contre le Covid-19 produits en Iran, car obtenir l’approbation du ministère de la Santé signifie un énorme profit financier pour le propriétaire du médicament », a déclaré Jahan-e Sanat dans un quotidien à ce sujet.

Les rapports de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) indiquent que plus de 188 700 personnes sont mortes jusqu’à présent en Iran à cause du nouveau Coronavirus.

Le nombre de victimes aurait pu être bien moindre si le régime avait informé la population de l’existence du virus et utilisé les vastes ressources du pays pour aider la population.

Mais le régime a choisi de dissimuler et de minimiser la crise, en rouvrant rapidement l’économie et les écoles, et lorsque la situation est devenue incontrôlable, il a blâmé la population.

Les grandes manifestations en Iran ont ébranlé la fondation du régime en novembre 2019. Bien que le régime ait eu recours à une répression violente, tuant au moins 1500 manifestants et en arrêtant des milliers d’autres, il n’a pas pu réduire la résistance de la société.

Comme l’a écrit le quotidien officiel Mostaghel : « Il fallait un sauveur pour détourner l’attention des gens » de leur demande de changement de régime. Ainsi, le Covid-19 était un cadeau de l’enfer pour le régime.

Pourtant, les protestations quotidiennes dans tout l’Iran par tous les milieux indiquent que la politique du régime d’utiliser les pertes massives du Covid-19 comme barrière au soulèvement a échoué.

En d’autres termes, depuis que le régime n’a pas contenu et contrôlé le Coronavirus pour maîtriser de manière pertinente la fronde populaire, la résistance de la société s’est accrue. Retarder le processus de vaccination, c’est comme jouer avec le feu pour le régime.

À cet égard, Mahboubfar a lancé un avertissement le 12 décembre dernier : « Si d’autres pays commencent la vaccination alors que nous attendons encore, la tolérance de la société s’arrêtera. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe