mercredi, juillet 8, 2020
Accueil Communiqués CNRI Communiqués CNRI :Droits humains Les violations des droits de l'homme s’aggravent en Iran

Les violations des droits de l’homme s’aggravent en Iran

Le parlement du régime iranien a nommé son nouveau président jeudi. Il y avait trois candidats pour le poste au moment où les législateurs ont voté, mais le résultat était effectivement prédéterminé. Le radical Mohammad Bagher Ghalibaf a obtenu 230 des 267 voix.

Sa victoire découle de deux facteurs. Premièrement, Ghalibaf a été le candidat favori du guide suprême du régime, Ali Khamenei. Deuxièmement, l’action pour soutenir la politique de Khamenei devrait être plus forte dans le parlement actuel qu’elle ne l’a été depuis de nombreuses années. En effet, les élections qui ont déterminé la composition de ce Parlement ont été truquées pour garantir la domination absolue de Khamenei dans sa politique de fermeture et pour rendre le régime unipolaire.

Faisant partie de l’autorité suprême du chef suprême, il est chargé de nommer directement la moitié des 12 membres du Conseil des gardiens, un organe chargé de vérifier toutes les lois et tous les candidats à un poste national. Tout projet de loi ou toute personne jugée incompatible avec la volonté de Khamenei peut être sommairement empêché de prendre ses fonctions.

Parfois, ce pouvoir est exercé avec parcimonie ! À l’approche des élections législatives du 21 février, le Conseil des gardiens a été extrêmement lourd. Presque tous les candidats de la faction rivale ont été éliminés du scrutin, y compris certains qui avaient siégé au Parlement précédent et souhaitaient être réélus.

Cet abandon, même sous prétexte de démocratie, a conduit au boycott électoral le plus réussi d’Iran. Selon les propres estimations du gouvernement, la participation électorale n’a pas dépassé 43%. Pourtant, des informations provenant de l’intérieur de l’Iran ont confirmé qu’il s’agissait même d’une exagération conçue pour donner l’impression que le système bénéficiait d’un soutien plus populaire.

En novembre dernier, des Iraniens de tous horizons ont participé à un soulèvement national, le deuxième en deux ans. Comme en janvier 2018, les participants ont de nouveau scandé «mort au dictateur» et n’ont pas caché leur désir de changer de régime.

Le soulèvement a été suivi, moins de deux mois plus tard, par la destruction d’un avion de ligne commercial aux mains du Corps des gardiens de la révolution islamique. Le régime a tenté de couvrir cela pendant trois jours avant que les détails de l’incident ne parviennent au public, alimentant encore plus de protestations. Cela a été rapidement suivi par l’épidémie de coronavirus, qui a eu un impact beaucoup plus important sur l’Iran que sur tout autre pays de la région.

Les analystes politiques du régime ont observé que la catastrophe du vol 752 a marqué un nouveau creux pour la confiance du public dans les institutions publiques. Ils ont également prédit que la mauvaise gestion par le gouvernement de l’épidémie de coronavirus alimentera inévitablement de nouveaux appels à la protestation. Pour Téhéran, la réponse à ces avertissements est une répression accrue de la dissidence. Et cela est rendu de plus en plus facile par la domination croissante des organes extrémistes.

Ghalibaf correspond certainement a passé une grande partie de sa carrière politique de près de 40 ans à se vanter de son intolérance à la dissidence politique et de sa volonté de «brandir personnellement» des bâtons pour le régime clérical.

L’ascension de Ghalibaf jeudi au poste de président du Parlement a été précédée d’une promotion de carrière similaire pour un proche associé, Ebrahim Raisi. A défaut de choisir Raisi comme président de son régime, ce qui aurait pu entraîner un soulèvement, Khamenei a nommé Raisi comme nouveau chef de l’appareil judiciaire, sans doute une position encore plus puissante que celle du chef de l’exécutif.

Les promotions de Raissi et Ghalibaf sont un retour à une politique de fermeture et de répression. Les deux ont utilisé les premières mesures de répression contre l’OMPI comme outils pour faire avancer leur carrière. En tant que commandant du CGRI dans les provinces de Gilan et Mazandaran, Ghalibaf a encouragé la répression de la dissidence dans cette région avant de se lancer dans les opérations nationales en tant que fondateur d’une division du renseignement de la milice Basij et d’une force de police à réaction rapide dédiée à étouffer les troubles. Rasisi, quant à lui, travaillait principalement comme juge et recourait fréquemment aux châtiments corporels et à la peine capitale. En 1988, il a été l’un des principaux participants au massacre de 30 000 prisonniers politiques qui visaient principalement l’OMPI.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe