dimanche, avril 11, 2021
Accueil Communiqués CNRI Communiqués CNRI :Droits humains L’UE doit avoir une politique ferme pour lutter contre les crimes du...

L’UE doit avoir une politique ferme pour lutter contre les crimes du régime iranien

1500 Iraniens ont été tués par des forces de sécurité du régime lors des manifestations de novembre 2019 en Iran

Lorsque le régime clérical iranien a annoncé qu’il avait procédé à l’exécution de Rouhollah Zam, un opposant iranien résidant en France, plusieurs pays européens ont réagi en se retirant du Forum pour les Affaires Europe-Iran qui devait commencer lundi. Dans le même temps, l’Union européenne a publié une déclaration condamnant l’exécution comme «Barbare et inacceptable » et réitérant son opposition à la peine de mort ainsi que son inquiétude face au déni systématique de justice et de la «dignité humaine» dans le système pénale iranien.

Ces actions étaient sans aucun doute les premiers pas appropriés vers une prise en compte plus large du mépris de régime en Iran pour les droits de l’homme. Mais elles doivent être comprises précisément dans ces termes, comme la première des nombreuses mesures visant à tenir le régime et ses principaux dirigeants responsables du meurtre des dissidents et des prisonniers politiques, ainsi que de toute une série d’autres activités néfastes. En outre, la déclaration de l’UE et l’annulation du panel sur la diplomatie économique de lundi devraient soulever de sérieuses questions quant à la raison pour laquelle la politique européenne était adaptable à de tels événements en premier lieu.

Avec leurs décisions simultanées de se retirer du forum, les ministères des Affaires étrangères français, allemand, autrichien et italien semblaient laisser entendre qu’ils pensaient pouvoir avoir plus d’effet en réduisant les relations avec le régime iranien qu’en les maintenant ou en les augmentant. Pourtant, chacun de ces ministères des Affaires étrangères a accepté et soutenu un ensemble de politiques européennes qui vont exactement dans la direction opposée.

Ces politiques sont purement et simplement de la complaisance. L’absence de conséquences graves pour une activité malveillante a laissé à Téhéran un sentiment constant d’impunité, encourageant ainsi davantage le même comportement et laissant aux décideurs occidentaux le choix entre admettre la faute afin de briser le cycle, ou maintenir le statu quo dans l’espoir que Téhéran finirait par apprécier des relations amicales avec ses «ennemis» et changerait sa propre politique étrangère en conséquence.

Ruhollah Zam a été exécuté le 12 décembre par le régime iranien

Cette dernière préférence a été prédominante pendant près de quatre décennies, et les conséquences incluent sans doute une longue liste de décès tout comme celle de Rouhollah Zam. En fait, ces exemples individuels de représailles politiques du régime font pâle figure par rapport à certains crimes contre l’humanité qui sont restés largement ignorés et totalement impunis depuis la fondation de la dictature islamiste.

Le pire de ces crimes a fait un retour à la une des journaux internationaux quelques jours à peine avant l’exécution de Zam, lorsqu’un groupe d’experts des droits de l’homme des Nations Unies a publié une lettre ouverte au gouvernement iranien qui exigeait des informations sur l’exécution systématique et l’inhumation secrète de prisonniers politiques en 1988. La lettre a été initialement livrée à ses destinataires en septembre, mais elle n’a pas été communiquée au public pour permettre une réponse officielle, qui n’est jamais venue.

Le rejet de cette lettre par le régime a rappelé un autre rappel de l’impunité perçue, dans la mesure où il a démontré que les responsables iraniens estiment qu’ils n’ont même pas à se défendre contre les récits d’un massacre qui a fait 30 000 victimes. De plus amples détails sur ce massacre ont émergé sous la forme d’un enregistrement audio divulgué en 2016, sur lequel le successeur potentiel de Rouhollah Khomeini pourrait être entendu le décriant comme le «pire crime de la République islamique» et confirmant que les «commissions de la mort» en charge de l’application des peines de mort, refusant d’épargner de jeunes adolescents ou des femmes enceintes.

La discussion publique qui en a résulté a donné lieu à certains des commentaires les plus éhontés à ce jour, avec au moins un auteur se disant «fier» d’avoir exécuté «l’ordre de Dieu» dans la mort des membres de l’Organisation des Moudjahiddine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) – le principal cible du massacre. La citation pertinente a été offerte aux médias d’État par Mostafa Pourmohammadi, alors ministre de la Justice. L’occupant actuel de ce bureau a également participé directement au massacre de 1988, tout comme l’actuel chef du pouvoir judiciaire iranien, Ebrahim Raisi.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe