vendredi, décembre 3, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsPlus de 83.200 décès dus au coronavirus dans 353 villes d’Iran

Plus de 83.200 décès dus au coronavirus dans 353 villes d’Iran

  • Le sous-directeur de l’Organisation du système médical : Environ 6 000 membres du personnel de santé ont contracté le coronavirus à Téhéran, et plus de 150 personnes ont perdu la vie. Le profil des patients atteints du coronavirus dans les hôpitaux a changé et le nombre de patients gravement malades qui ont besoin de soins intensifs a augmenté, c’est pourquoi nous sommes confrontés à une pénurie de lits en USI. Un autre problème est le retard de plusieurs mois du paiement des salaires du personnel médical.
  • Le chef de l’équipe médicale de l’hôpital Khomeiny de Téhéran : S’il y a davantage de rassemblements, nous assisterons à un étrange carnage. Les rassemblements doivent être absolument interdits.
  • La faculté de médecine d’Arak : Après 6 mois de coronavirus, au lieu de voir la maladie baisser, elle augmente de jour en jour dans nos villes au risque élevé. Nous devons nous attendre les jours épouvantables et exténuants.
  • Maryam Radjavi a salué le personnel médical : Sans leur sacrifice, le nombre de victimes du Covid-19 serait bien plus élevé. Le régime clérical inhumain, même en pleine catastrophe du coronavirus, continue de gaspiller les richesses du pays dans des projets nucléaires et de missiles, dans la belligérance et le terrorisme, au lieu de lutter contre la maladie, et ne verse pas les maigres salaires des infirmières.

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK) a annoncé le 5 aout, que le nombre de décès dus au coronavirus dans 353 villes d’Iran a malheureusement dépassé les 83.200 personnes. Le nombre de morts dans les provinces de Khorassan-Razavi est de 6203, de Khouzistan 5757, de Mazandaran 3881, de Lorestan 3375, de Sistan-Baloutchistan 2581, d’Azerbaïdjan occidental 2463, de Fars 2250, de Golestan 2242, de Hamedan 2149, de Kurdistan 1665, de Hormozgan 1040, de Markazi 978, d’Ardebil 969, de Bouchehr 975, de Yazd 920, de Zanjan 780, d’Ilam 655, de Chaharmahal-Bakhtiari 542 et de Khorassan du Sud 361.

Alireza Salimi, sous-directeur de l’Organisation du système médical, a déclaré : « Le profil des patients atteints de coronavirus dans les hôpitaux a changé et le nombre de patients gravement malades qui ont besoin de soins intensifs a augmenté, c’est pourquoi nous sommes confrontés à une pénurie de lits en USI dans le pays (…) Nous traversons une période difficile pour décider de libérer les lits des USI et de sélectionner de nouveaux malades. Une des graves pénuries que nous avons, est la pénurie de main-d’œuvre dans les unités de soins intensifs. Ces personnels sont fatigués et victimes de burn out. La fatigue affaiblit le système immunitaire du corps et augmente le risque de contracter la maladie. Les personnes qui travaillent à l’USI sont trois fois plus susceptibles de contracter la maladie que les personnes normales. Les personnes qui tombent malades peuvent avoir un test négatif après une période de 14 jours, mais cela peut prendre des mois pour revenir à la normale et être en mesure de trouver la force nécessaire pour travailler. Le problème du burn out et de la fatigue dans les hôpitaux est grave et nécessite l’intervention des responsables. » Notant que huit anesthésistes sont décédés jusqu’à présent, il a ajouté : « Un autre problème est le retard de plusieurs mois du paiement des salaires du personnel médical. » (IRNA, 5 août)

Le chef de l’équipe médicale de l’hôpital Khomeiny de Téhéran a déclaré : S’il y a davantage de rassemblements, « nous assisterons à un étrange carnage. Tous les centres scientifiques, les professeurs d’université et acteurs sanitaires estiment que les rassemblements doivent être absolument interdits. » (Javan, 5 août)

À Téhéran, Alireza Zali, le chef du centre national de lutte contre le coronavirus, a déclaré : La semaine dernière, « le 4e, le 14e et le 15e arrondissement ont respectivement enregistré le plus grand nombre de morts à Téhéran. En outre, dans le 22e arrondissement, l’incidence et le taux de mortalité ont considérablement augmenté par rapport à la semaine dernière. » (ISNA, 5 août). Zali a ajouté : « Environ 170 villes d’Iran sont dans le rouge et la plupart des villes du pays n’ont pas d’immunité face au coronavirus (…) Notre demande et celle du bureau du gouverneur de Téhéran est de prolonger toutes les restrictions imposées à Téhéran pour la semaine prochaine. » (IRNA, 5 août)

Alireza Salimi, sous-directeur de l’Organisation du système médical, a déclaré: « Environ 6 000 membres du personnel de santé ont contracté le coronavirus à Téhéran, et plus de 150 personnes ont perdu la vie dans la capitale alors qu’elles étaient en service. » (ILNA, 5 août)

Dans la province de Markazi, le président de la faculté des sciences médicales d’Arak a déclaré: « Au bout de près de 6 mois de coronavirus, au lieu de voir la maladie baisser, elle augmente de jour en jour dans nos villes au risque élevé, ce qui signifie une double pression sur le personnel soignant et médical de la province. Nous ne prévoyons pas une bonne situation pour les semaines à venir, et si la situation continue ainsi, nous avons des jours très critiques devant nous, et malheureusement nous devons nous attendre à des jours épouvantables et exténuants. » (ISNA, 5 août)

Dans la province de Kerman, le directeur de l’hôpital Ali Ibn Abitaleb de Rafsanjan a déclaré: « En raison de l’augmentation des hospitalisations dues au Covid-19, 48 infirmières et brancardiers, des gardiens et du personnel de service, de formation, des résidents et autres membres du personnel de cet hôpital, soit plus de 70 personnes, ont contracté le virus. » (ISNA, 4 août)

Dans la province de Mazandaran, « l’épidémie de ce virus ne va pas en s’améliorant et le Mazandaran est en rouge continue, ce qui selon les experts peut être très dangereux et inquiétant à l’approche de l’automne. » (ISNA, 5 août)

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, a salué le personnel médical «et déclaré : « Sans leur sacrifice, le nombre de victimes du Covid-19 serait bien plus élevé. Le régime clérical inhumain, même en pleine catastrophe du coronavirus, continue de gaspiller le capital du pays dans des projets nucléaires et de missiles, dans la belligérance et le terrorisme, au lieu de lutter contre la maladie, et ne verse pas les maigres salaires des infirmières. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 5 aout 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe