lundi, janvier 17, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: FemmesIran : en grève de la faim, la prisonnière politique Atena Daemi est...

Iran : en grève de la faim, la prisonnière politique Atena Daemi est dans un état critique

Iran : en grève de la faim, la prisonnière politique Atena Daemi est dans un état critique

CNRI – La militante des droits de l’homme, Atena Daemi, actuellement détenue dans la prison d’Evin, est dans un état critique, souffrant de nombreux problèmes de santé au 17e jour de sa grève de la faim.

Pendant ce temps, sa mère, Masoumeh Nemati, qui l’a visité dimanche 23 avril, a dénoncé la cruauté des autorités et a insisté que « les Gardiens de la révolution (pasdaran), le pouvoir judiciaire et le procureur général sont responsables de la vie d’Atena ».

« Aujourd’hui, dimanche 23 avril, je suis allée visiter Atena », a-t-elle déclaré. Elle n’allait pas bien du tout. Elle a perdu environ 10 kg et souffre de problèmes rénaux, de nausées et de vertiges. Le médecin de l’infirmerie de la prison a déclaré que son sang pourrait être infecté. Sa langue est devenue jaune et ses ongles sont bleues. »

Atenal Damei a annoncé avoir entamé la grève de la faim pour protester contre la condamnation de ses deux sœurs, Ensieh et Hanieh, accusant le régime iranien de prendre en otage les familles des prisonniers politiques. Hanieh et Ensieh ont été condamnées par le tribunal pénal de Téhéran à une peine d’emprisonnement pour « insulte aux officiers » lors de l’arrestation d’Atena. Atena a exigé que leur peine soit annulée.

La mère d’Atena a confié, « Atena va s’asseoir devant le bureau de responsable pénitencier et faire une grève sèche si elle n’obtient aucune réponse ».

Atena Daemi a été condamnée à sept ans de prison pour des accusations infondées de « rassemblement, de collusion et de propagande contre l’Etat », de « blasphème et d’insulte envers Khamenei » et de « dissimulation de preuves de crime ». Les organisations de défense des droits de l’homme affirment cependant que les raisons de sa condamnation sont ses publications sur Facebook et des peintures sur les murs critiquant la peine de mort. Elle est également accusée d’avoir visité les tombes des personnes tuées lors des manifestations post-électoraux de 2009 et avoir préparé un rapport sur la situation des prisonniers politiques en Iran.

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe