jeudi, juillet 29, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: FemmesLa commission des Femmes du CNRI condamne avec force le bannissement violent...

La commission des Femmes du CNRI condamne avec force le bannissement violent d’Atena Daemi

Appel à une action immédiate pour forcer le régime à mettre fin aux pressions inhumaines sur les prisonnières politiques en Iran

Suite au bannissement de prisonnières politiques résistantes, le 16 mars Atena Daemi a été transférée de la prison d’Evine de Téhéran à la prison de Lakan à Racht (à 328 km) dans le nord de l’Iran. Le transfert a été soudain et sans préavis, après cinq ans d’emprisonnement sans permission de sortie. Elle a été menottée aux mains et entravée aux pieds. Elle n’a même pas été autorisée à rassembler ses affaires et à en informer sa famille.

Atena Daemi est l’une des 14 prisonnières politiques qui ont protesté contre le bannissement de Maryam Akbari-Monfared à la prison de Semnan (à 217 km) au cours de sa douzième année de détention, condamnation pour avoir soutenu les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK). Les détenues résistantes d’Evine ont écrit dans leur déclaration qu’elles rendaient hommage, dans la diversité de leurs opinions et convictions, à l’endurance de leur codétenue.

Le 26 janvier 2021, la prisonnière politique Golrokh Eraee avait été battue avant d’être transférée de la prison de Qarchak à Varamine vers la prison d’Amol (à 383 km) dans le nord de l’Iran.

La commission des Femmes du Conseil national de la Résistance iranienne condamne avec force les actes brutaux et les pressions inhumaines du régime clérical contre les prisonnières et le bannissement forcé et violent d’Atena Daemi et d’autres prisonnières résistantes dont Maryam Akbari-Monfared et Golrokh Iraee. Elle appelle la Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les violences faites aux femmes et la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme à condamner ce régime misogyne. Elle leur demande d’agir d’urgence pour le forcer à mettre fin au traitement inhumain des prisonnières politiques.

La commission des Femmes demande également qu’une envoyée spécial de la Haut-Commissaire et le Rapporteur spécial rencontrent Maryam Akbari et Atena Daemi et les femmes détenues à Evine, qui font également l’objet de bannissement violents et forcés.

 

Commission des Femmes du

Conseil national de la Résistance iranienne

Le 17 mars 2021

Retrouver les communiqués de la commission des Femmes sur son site

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe