Assad soutenu par les Pasdaran iranien constitue le problème, pas la solution

Assad soutenu par les Pasdaran : une grande partie du problème, pas la solution

Publié le .

CNRI – Le président de la Coalition nationale des forces d’opposition syrienne, Anas Al-Abdah a déclaré à la conférence sur la sécurité de Munich que la situation catastrophique en Syria ne changera pas tant qu’Assad restera au pouvoir. En fait, Assad est la principale partie du problème et non pas la solution. »

Le site web arabe de la coalition nationale syrienne a écrit en gros titre le 20 février : « Al-Abdah a souligné que Bachar el-Assad a créé un espace ouvert au terrorisme et cette tendance se poursuit. »

Anas al-Abdah a ajouté : « Tant que Bachar el-Assad sera au pouvoir, la stratégie efficace et durable ne pourra pas être trouvé pour combattre le terrorisme. Le régime d’Assad et ses alliés commettent des crimes de guerre en Syrie tous les jours. Si le régime iranien et les Russes n’avaient pas adopté de politique sectaire, le régime d’Assad n’aurait pas pu rester au pouvoir. »

Anas al-Abdah a demandé au nouveau gouvernement américain de désigner une stratégie claire concernant la situation actuelle en Syrie. Il a également noté que l’armée libre syrienne s’était battue contre Daech, les milices sectaires et le régime iranien plus que n’importe quelle autre partie. De plus, il a souligné qu’il n’y avait pas de différence entre les désastres de décapitation et les barils d’explosif syriens.

Le président de la coalition nationale syrienne a poursuivi : « Nous irons à Genève pour chercher des solutions politiques afin d’accomplir la transition politique. C’est-à-dire la volonté politique réelle pour conduire la transition politique basée sur la volonté des Syriens. »

 

 

Lire aussi;

Le régime iranien entraine des terroristes étrangers, à grande échelle, par des gardiens de la révolution

Vidéo - Maryam Radjavi rencontre une délégation de la résistance syrienne de haut niveau- 12 juin 2016

Imprimer