samedi, janvier 29, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: InternationalLa Résistance iranienne appelle l’UE à rompre les négociations avec Téhéran

La Résistance iranienne appelle l’UE à rompre les négociations avec Téhéran

ImageCNRI, 31 aoûtL’AIEA doit inspecter l’ensemble des installations et les projets nucléaires des mollahs et dénoncer les violations et les supercheries de ce régime

Selon les agences de presse, les diplomates des trois grands pays européens de l’UE, la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, informent aujourd’hui les représentants des autres pays de l’UE sur l’état du dossier nucléaire des mollahs pour délibérer sur l’adoption d’une position unie face à la violation de l’accord de Paris par Téhéran.

Demain également, les ministres des affaires étrangères des pays européens s’entretiendront à ce sujet à Wales.  L’AIEA doit présenter son rapport sur les projets nucléaires du régime des mollahs le 3 septembre.

Les événements de ces derniers jours surviennent à un moment où les autorités du régime des mollahs, y compris le général des pasdarans Ali Laridjani, secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale et responsable du dossier nucléaire du régime a précisé que les activités du site d’Ispahan ne pourraient être suspendues et que le régime avait l’intention de négocier avec l’AIEA pour la levée des scellés du site de Natanz et la reprise de ses activités.

Mohammad Mohadessine, président de la commission des affaires étrangères du CNRI, a déclaré à l’intention des pays européens et de l’AIEA : « Alors qu’il s’est avéré que le régime des mollahs a tiré le plus grand profit de ces 22 mois de négociations, pour compléter  les maillons essentiels de la chaîne de production de la bombe atomique, il ne faut plus hésiter pour transférer  immédiatement le dossier des mollahs au Conseil de Sécurité. Il ne faut plus permettre aux mollahs terroristes de profiter de la politique de complaisance pour réaliser son objectif néfaste en se dotant de l’arme atomique. »

« Malheureusement, a-t-il ajouté, la politique de complaisance a non seulement empêché l’AIEA de découvrir les installations nucléaires des mollahs, mais qui plus est la plupart  des sites et des projets dénoncés par la Résistance iranienne, comme les sites de Lavisan 1 et 2, Parchine, l’université Malek Achtar et d’autres, n’ont pas été inspectés ou s’ils l’ont été c’est après que le régime des mollahs ait supprimé les traces du délit. »

M. Mohadessine a appelé l’UE a adopter une politique de fermeté vis-à-vis du régime iranien en cessant les négociations et en saisissant le Conseil de Sécurité de ce dossier. Il a souligné que l’AIEA devrait réclamer l’inspection immédiate et sans condition de toutes les installations, des laboratoires et des centres de recherches nucléaires des mollahs, militaires ou civils, et de présenter un rapport précis des violations et des ruses continuelles des mollahs sans aucune considération politique.

Il a ajouté : « L’insolence et l’arrogance du régime des mollahs pour violer les lois internationales résultent avant tout de la politique néfaste de complaisance et qui durant vingt ans a fermé les yeux sur les crimes des mollahs en Iran et leurs efforts effrénés pour exporter le terrorisme et l’intégrisme et obtenir l’arme atomique. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 31 août 2005

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe