mercredi, mai 18, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeIran : De concert avec Khamenei, Rohani soutient les atrocités des Pasdaran...

Iran : De concert avec Khamenei, Rohani soutient les atrocités des Pasdaran en Syrie et en Irak et appuie Assad

Iran : De concert avec Khamenei, Rohani soutient les atrocités des Pasdaran en Syrie et en Irak et appuie Assad

Rohani : Si les Pasdaran n’étaient pas présents en Irak et en Syrie, nous n’aurions pas été en sécurité et ne serions pas parvenu à l’accord nucléaire

En menaçant les pays de la région, Chamkhani note que si le régime n’avaient pas été en Syrie, alors Téhéran, Ahvaz et Hamadan auraient été en danger

Rendant hommage, le 8 février, aux responsables impliqués dans les négociations nucléaires, Rohani, le président de la dictature religieuse en Iran a fait un aveu sans précédent : « Si nos forces armées chargées de la sécurité du pays et nos courageux commandants n’avaient pas été inébranlables à Bagdad, à Samara, à Fallujah et à Ramadi…, s’ils n’avaient pas aidé le gouvernement syrien à Damas et à Alep, et sans la bravoure de l’armée, des Pasdaran, des Basiji, et des Forces de Sécurité de la République Islamique, nous n’aurions pas bénéficié de la sécurité dont nous avions besoin pour mener de si bonnes négociations. »

Cette déclaration inédite prouve le fait qu’il n’y a aucune différence entre Rohani, Khamenei et les autres leaders de la théocratie iranienne, ainsi qu’entre les Pasdaran et les forces Qods quand il s’agit de la Syrie et de l’Irak, et prouve également que Rohani est tout aussi coupable des crimes de guerre et crimes contre l’humanité dans la région.

Par ailleurs, les propos de Rohani démontrent une fois de plus que ce régime tire avantage de son agressivité dans la région et de son occupation ouverte et rampante de la Syrie et de l’Irak, pour obtenir plus de concessions de la part de l’Occident dans les négociations.

C’est pour cette raison que la Résistance iranienne a déclaré à maintes reprises que la politique la plus destructrice était de garder le silence face aux atrocités de ce régime à l’intérieur et à l’extérieur de l’Iran sous prétexte d’accord nucléaire. Une telle politique aura un effet boomerang et va encourager le régime à poursuivre ses ambitions nucléaires.

Lundi 8 février, à l’occasion des funérailles d’un certain nombre de pasdarans tués en Syrie, le Secrétaire du Conseil Suprême de sécurité nationale, proche collaborateur de Rohani, a déclaré : Si ces individus ne s’étaient pas sacrifiés en Syrie, « notre Téhéran aurait été en danger ; notre Hamadan et notre Ahvaz auraient été en danger ». Menaçant l’Occident et les pays de la région, Chamkhani a affirmé : « Pour confronter les pays régionaux et transrégionaux qui soutiennent le terrorisme, nous devons prendre toutes les mesures possibles sur plusieurs terrains. »

Secrétariat du Conseil National de la Résistance Iranienne
Le 9 février 2016

 

Lire aussi: 

Le régime iranien assiste à la conférence sur la Syrie : ce n’est ni moral, ni pragmatique

Khamenei: si nous ne nous battons pas ennemi à l’étranger, nous devrons le combattre en Iran

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe