Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Poursuite de la grève des travailleurs malgré les intimidations de Larijani et Khamenei

Iran, Poursuite de la grève des travailleurs

Soulèvement en Iran –No. 230

Avec la persistance de la grève et des manifestations courageuses des ouvriers de l’usine de canne à sucre Haft Tappeh et de l’usine d’acier d'Ahvaz, Khamenei, dans la crainte de la poursuite et de la propagation des manifestations, a dépêché sur place son sbire Sadegh Larijani, chef du pouvoir judiciaire du régime, pour intimider les ouvriers. « Nous devons en découdre avec ceux qui veulent troubler l'ordre du pays, sous prétexte qu’ils poursuivent les revendications des travailleurs », a-t-il déclaré.

« Les travailleurs ne devraient pas laisser leurs revendications être une excuse dont l’ennemi se sert pour créer le désordre (…) Les travailleurs n’obtiendront jamais satisfaction à leurs revendications en semant le trouble, des crises et des actions portant atteinte à l'ordre public. » (Agence de presse IRNA, 26 novembre 2018)

Malgré la présence intensive des forces de sécurité, des gardes anti-émeutes et des policiers en civil, les métallurgistes ont poursuivi leur grève pour la troisième semaine consécutive. Les travailleurs se sont rassemblés devant le gouvernorat du régime à Ahvaz, ont levé le barrage des forces répressives et ont poursuivi leur marche dans les rues d'Ahvaz. Les ouvriers ont scandé avec le soutien d’un groupe de jeunes Ahvazi : « Nous défendons, nous mourons, mais nous obtenons nos droits ; le travailleur n’a pas peur de la mort ; il n'accepte pas l'humiliation ; notre ennemi est ici, ils prétendent à tort que ce sont les États-Unis ; le gouvernement et la mafia font bon ménage ! »

Parallèlement, les travailleurs courageux de l’usine de canne à sucre Haft Tappeh ont poursuivi leur grève pour la vingt-deuxième journée consécutive et se sont rassemblés dans la ville de Suse. Ils ont scandé : « Le travailleur n'a pas peur de la mort ; il n'accepte pas l'humiliation ; à bas l'oppresseur, vive le travailleur ; le travailleur emprisonné doit être libéré ; Acier, Haft Tappeh, unité, unité ! »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 26 novembre 2018

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés