Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Vidéos - Manifestations étudiantes à Téhéran et dans d'autres villes à la veille de la Journée des étudiants

Manifestations étudiantes à Téhéran et dans d'autres villes à la veille de la Journée des étudiants

Soulèvement en Iran – no.233

Manifestation à l'école polytechnique de Téhéran avec le slogan : « Les canons, les chars et les mitrailleuses n’ont plus d’effet »

Le mardi 4 décembre, à la veille de la journée des étudiants (7 décembre), des étudiants de différentes universités, dont l'Ecole Polytechnique de Téhéran, Sahand de Tabriz et Noushirvani de Babol, ont organisé des manifestations contre la dictature. A Téhéran, les étudiants de l'Université polytechnique se sont heurtés aux miliciens Bassidjis qui avaient l'intention de perturber le rassemblement.

Les étudiants courageux ont scandé : « les travailleurs emprisonnés doivent être libérés ; les étudiants emprisonnés doivent être libérés ; les canons, tanks, mitrailleuses n’ont plus d’effet ; les professeurs doivent être libérés ; mort à ce gouvernement fourbe. »

Les étudiants de l'Université Noushirvan de Babol portaient des pancartes qui proclamaient : « cessez de réprimer les étudiants ; les étudiants préfèrent mourir plutôt que d'accepter cette humiliation. »

Un groupe d'étudiants de l'Université des sciences médicales de Semnan a protesté contre Rohani quand il est entré dans la salle universitaire. Ils ont scandé : « Inflation, prix élevés : Rohani réponds ! »

La veille, à l'occasion de la Journée estudiantine, des étudiants de la Faculté des sciences sociales de l'Université Allameh de Téhéran, de l'Université Kermanshah Razi et de l'Université Sirjan des sciences médicales, ont protesté contre les mesures de répression du régime dans le milieu universitaire. Les étudiants de l'Université Razi ont scandé en faveur des travailleurs en grève : « étudiants, ouvriers, enseignants, Unis, Unis ; les enseignants sont en prison, de Khorasan à Téhéran ; libérez les enseignants emprisonnés. »

A l'Université Chamran de Kerman, le département 'Herasat', une branche du Ministère du renseignement des universités, a imposé un règlement répressif. Il interdit aux étudiants d'aller dans les chambres des uns et des autres, et si un étudiant est vu dans une autre salle, les étudiants dans cette salle se verront infliger une amende de 100.000 tomans.

Le mardi 4 décembre, les ouvriers démunis de la société d’aciérie d’Ahwaz ont poursuivi leur grève courageuse pour la vingt-cinquième journée. Les grévistes se sont rassemblés devant le gouvernorat du régime et dans le bazar de la ville. Ils scandaient : « notre pays est un pays dans les mains des voleurs, il est unique au monde ; ni le dirigeant ni le gouvernement ne se soucient de la nation ; l’ouvrier préfère mourir que d’accepter l'humiliation ; les travailleurs emprisonnés doivent être libérés. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 4 décembre 2018

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés