Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Soulèvement en Iran - Les étudiants manifestent à Téhéran aux cris de « Je tuerai celui qui a tué mon frère »

Soulèvement en Iran - Les étudiants manifestent à Téhéran aux cris de « Je tuerai celui qui a tué mon frère »

Soulèvement en Iran - N° 47

Malgré les mesures répressives du pouvoir, comme le déploiement de forces de sécurité, d’agents en civil et du renseignement autour de l’université de Téhéran et de la faculté Polytechnique, un grand nombre d’étudiants ont marqué ce 7 décembre la Journée des Etudiants en formant des rassemblements de protestation, en lançant des slogans en soutien au soulèvement national et en exprimant leur solidarité avec les insurgés et les manifestants tués par la dictature religieuse.

A l’université de Téhéran, les étudiants ont appelé à la libération des prisonniers politiques et des personnes arrêtées lors du soulèvement. « Les rues sont pleines de sang, la liberté a été sacrifiée », « prison, fusils et matraques, nous ne connaitrons pas de calme », « je tuerai celui qui a tué mon frère », « la répression n’est pas la fin du chemin, la lutte mènera à la liberté », « votre répression ne sert à rien, vivre c’est résister, « la sécurité de l’université est une branche des services de renseignement », « les classes sont vides, les étudiants sont en prison », « les fusils ne sont pas une réponse, tous ces tués ne suffisent pas ? », « les étudiants préfèrent la mort à l’humiliation », « marre de l’oppression, le peuple est uni », « misère, tuerie, vie chère, le peuple est une victime », « lois misogynes, exploitation oppression », « mon frère martyr, ton chemin continue ».

Le chef criminel de l’appareil judicaire Ebrahim Raïssi avait prévu de parler à l’université de Téhéran. Les étudiants ont scandé : « les assassins du judiciaire marchent sur un tapis de sang ». Les forces répressives, craignant la fureur des étudiants et leur rejet de Raïssi, ont amené ce dernier à l’université par une porte dérobée et ont empêché les étudiant d’assister à son discours. Par contre des individus triés sur le volet ont été amenés en bus pour figurer comme des étudiants.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 7 décembre 2019

Multimedia

Contactez-nous

© 2020 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés