Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

L’Iran se soulève, les manifestations s’étendent à au moins 17 provinces


Soulèvement en Iran – N°6

Maryam Radjavi : L’Iran se soulève pour se libérer du fascisme religieux. Le monde doit reconnaitre la demande nationale du renversement de ce régime
Les manifestations de la population en Iran contre la tyrannie religieuse se poursuivent pour la seconde journée consécutive et ne cessent de se développer. Jusqu’à présent, elles se déroulent dans 16 provinces en plus de celle de Téhéran.

Les gens manifestent dans divers points de la capitale et dans des villes comme Karadj, Qods, Robat-Karim, Ispahan, Machad, Ahwaz, Chadegan, Kermanchah, Sanandaj, Sari, Babol, Amol, Gorgan, Semnan, Chahroud, Zandjan, Qazvine, Tabriz, Oroumieh, Chiraz, et Arak. Ils appellent au renversement du régime des mollahs.

Ils scandent « A bas le dictateur », « A bas le tyran, qu’il soit chah ou guide [suprême] », « Les pasdarans commettent des cimes, le guide les soutient », « Les étudiants sont éveillés, ils détestent Khamenei », « C’est le deuil aujourd’hui, le peuple iranien est en deuil aujourd’hui », « Pouvoir des pasdaran, c’est vous notre Daech », « Canons, chars, et pétards, que les mollahs aillent au diable », « C’est notre honte d’avoir pour guide un voyou », « le peuple mendie, le guide vit comme un dieu », «pasdaran incompétents, assassins de la nation », « Je tuerai celui qui a tué mon frère », « mon frère martyr, je vengerai ton sang », « les étudiants préfèrent la mort à l’humiliation », « Khamenei assassin, son régime est illégitime », « 1500 tués en novembre », « Nous sommes des combattants, bas-toi et nous nous battrons ».

A Téhéran, les gens et la jeunesse manifestent sur la place Azadi (liberté), la place Enqelab (Révolution) et les rues aux alentours. Sur la place Azadi, des agents masqués du régime ont attaqué les manifestants. Pour empêcher les gens d’aller manifester, les autorités ont fermé les portes des stations de métro de la place Azadi et une foule compacte s’est retrouvée coincée dans le métro. Les forces répressives ont amené des véhicules équipés de mitrailleuses calibre 50 pour affronter les manifestants. Le régime cherche aussi à disperser la foule avec des canons à eau.

Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI, a salué le peuple iranien qui s’est soulevé. Du nord au sud, de l’ouest à l’est, a-t-elle dit, les villes d’Iran se soulèvent pour se libérer du fascisme religieux. Avec leurs slogans contre Khamenei et les pasdarans, les Iraniens annoncent l’aube de la liberté en Iran. Le temps est venu pour la communauté internationale d’admettre que le fascisme religieux au pouvoir en Iran ne représente pas le peuple iranien et de reconnaitre l’appel national au renversement du régime des mollahs.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 12 janvier 2020

Multimedia

Contactez-nous

© 2020 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés