dimanche, janvier 31, 2021
Accueil Communiqués CNRI Communiqués CNRI: Iran Protestations Anniversaire des manifestations de 2018 en Iran et obligations de la communauté...

Anniversaire des manifestations de 2018 en Iran et obligations de la communauté internationale

Le 28 décembre 2020 marque le troisième anniversaire de la première série de manifestations importantes en Iran en 2017-2018. Le message central du soulèvemen, le «changement de régime» en Iran, a duré jusqu’à ce jour, montrant le désir sincère du peuple iranien. La communauté internationale doit soutenir ce désir.

Les manifestations à l’échelle nationale en Iran ont commencé dans la ville de Machad, dans le nord-est de l’Iran, avec des personnes qui protestaient contre la mauvaise gestion économique du régime, qui avait entraîné une inflation effrénée, une augmentation des prix et la pauvreté.

La manifestation est rapidement devenue politique, englobant plus de 190 villes à travers l’Iran, avec des personnes scandant «A bas le dictateur !». Le régime a répondu en réprimant brutalement les protestataires, en tuant des dizaines d’entre eux et en arrêtant des milliers de personnes. Le nombre de morts continue d’augmenter à mesure que le régime exécute ou prononce des condamnations à mort pour les manifestants détenus. Mostafa Salehi, exécuté le 5 août 2020, a été le dernier martyr du soulèvement de 2018.

Au cours de ses manifestations, le peuple iranien a rejeté toute possibilité de réforme au sein du régime des mollahs et condamné les deux factions du régime, les soi-disant «durs» et «réformistes». Les manifestants ont scandé: «Réformateurs, conservateurs, le jeu est maintenant terminé».

Bien que le régime ait pu contrôler les manifestations en tuant et arrêtant des manifestants, le peuple iranien a réitéré son appel au changement de régime, encore plus fort, lors des manifestations nationales en Iran en novembre 2019. Ils ont également repris leur slogan rejetant les factions du régime.

Le soulèvement de novembre 2019 était également motivé par les difficultés économiques du peuple iranien. Cette fois, les protestataires ont attaqué les centres de répression du régime et les mollahs étaient au bord de la chute.

Le régime a de nouveau opprimé les manifestations, tuant 1 500 manifestants et arrêtant plus de 12 000 personnes dans les rues. Le récent rapport d’Amnesty International, «l’humanité piétinée», a révélé des détails sur les tortures brutales que les forces du régime ont utilisées contre des manifestants détenus en prison.

Les membres des deux factions du régime ont appelé à la répression immédiate des manifestants à ces deux occasions. Le président du régime, Hassan Rouhani, et son ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, qui est salué par les apologistes du régime comme étant “modérés” ou “réformistes”, ont qualifié les manifestants d’« émeutiers ». Ils ont également tenté de dissimuler la haine croissante de la population envers le régime et ont déclaré que les manifestations n’étaient pas organisées.

Mais le guide suprême du régime, Ali Khamenei, a reconnu le rôle du mouvement de la Résistance iranienne dans le soulèvement de 2018, affirmant qu’il l’avait «planifié depuis des mois».

Ainsi, le régime a tenté de faire exploser une bombe lors du grand rassemblement annuel de la Résistance iranienne à Villepinte en France en juin 2018. Les services de sécurité européens ont contrecarré ce plan et arrêté le diplomate terroriste iranien Assadollah Assadi et ses trois complices.

Zarif et son ministère ont joué un rôle clé dans la facilitation de cette opération terroriste. Assadi a utilisé ses privilèges diplomatiques pour transférer 500 grammes d’explosifs TATP en Europe par un avion de ligne commercial.

En d’autres termes, la répression des soulèvements en Iran, et les activités terroristes du régime à l’étranger, ont une fois de plus montré qu’en ce qui concerne la survie du régime, il n’existe aucune différence entre les factions du régime quand il s’agit d’exporter le terrorisme ou de violer les Droits de l’Homme.

Lorsque les manifestants scandaient «Réformateurs, conservateurs, le jeu est maintenant terminé» et «Notre ennemi est ici, ils mentent que c’est l’Amérique», ils ont démontré que le régime dans son ensemble est la source de tous les problèmes économiques et sociaux en Iran.

Les manifestations de novembre 2019 ont également été lancées en raison de difficultés économiques. Alors que le régime tentait de blâmer les sanctions, les manifestants ont confirmé qu’ils tenaient le régime pour responsable en l’identifiant comme leur «ennemi», et non les États-Unis, contrairement à la propagande officielle et ont pris pour cible les centres de pillage et de répression du régime.

Bien que le pouvoir théocratique ait pu opprimer les deux mouvements, la menace de la société rétive contre le régime clérical est toujours là. Les facteurs qui ont abouti à ces soulèvements existent toujours.

L’économie iranienne est en chute libre, les crises sociales, surtout avec l’épidémie de Covid-19, se sont amplifiées.

Steve Hanke, professeur d’économie appliquée à l’université Johns Hopkins, a récemment évalué l’inflation en Iran à 97,52% par an.

«L’augmentation de 26,2% des prix de la volaille, de 13% du prix de la viande et de 9,2% de l’augmentation des prix du riz, indiquent-elles autre chose que la mauvaise gestion économique des autorités?» a écrit le 5 décembre 2020 le quotidien Siyasat-e Rouz, dirigé par le pouvoir.

Dans un article intitulé «Les ombres de la haine», le quotidien gouvernemental Sharq a mis en garde les responsables du régime.

«Dans la société iranienne, en raison de la faiblesse de l’appareil médiatique et du déclin de la confiance du public, des groupes se sont formés qui jouent le rôle des centres d’information. Ces groupes virtuels sèment les graines de la haine et de la violence, et s’il n’y a pas de remède opportun à l’incident, il y aura de violentes tempêtes accompagnées de conflits sociaux et politiques », a écrit Sharq le 8 décembre 2020.

Tous les facteurs indiquent qu’un soulèvement en Iran est inévitable et que le régime n’a pas réussi à contrôler la société. Il est maintenant temps pour la communauté internationale de soutenir le désir du peuple iranien à changer de régime.

La communauté internationale devrait identifier le régime terroriste de Téhéran comme la véritable menace et l’ennemi, comme l’a fait le peuple iranien. Les négociations avec ce régime et les soi-disant «modérés» impliqués dans le terrorisme du régime et les violations des Droits de l’Homme ne sont pas dans l’intérêt du peuple iranien ni dans celui des autres peuple du monde.

Le peuple iranien a mis fin au jeu chimérique entre «réformistes» et «durs», la communauté internationale doit en faire autant.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe