mercredi, septembre 22, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsIran : 3e jour de manifestations contre les coupures répétées de courant

Iran : 3e jour de manifestations contre les coupures répétées de courant

Hier soir et aujourd’hui, des dizaines de villes ont retenti des cris de « A bas Khamenei ! A bas le dictateur ! »

La vague de protestations populaires à travers l’Iran, en raison des pannes de courant permanentes qui a commencé dans la soirée du dimanche 4 juillet à Téhéran, s’est propagée hier soir et aujourd’hui dans des dizaines de villes du pays.

Ce matin à Chiraz et Gohardacht, la population scandait « A bas Khamenei ! A bas le dictateur ! » et à Ahwaz, les manifestants sont entrés dans l’agence de l’électricité. À Pakdasht, les gens ont bloqué les rues et incendié des poubelles et des pneus pour protester contre les pannes de courant. La nuit dernière, les manifestants ont fermé les rues de Fashafouyeh et Bahmanmir dans la province de Mazandaran. À Amol, Semnan, Babol, Rostamkolai, Shahr-e-Khomama (Guilan), Shahr-e-Daryaknar, Babolsar, Behshahr, Fereydoun Kenar, ‌ Bandar-e-Gaz, Joybar, Ghaemchahr, Kazeroun, Bandar-e-Gaz et Joybar, les gens se sont rassemblés devant les agences de l’électricité du régime pour protester.

Alors que le porte-parole de l’industrie électrique a annoncé lundi une pénurie d’électricité du pays à 11.000 mégawatts, le chef du réseau d’électricité de l’ouest du pays a annoncé aujourd’hui que le « déséquilibre entre la consommation et la production d’électricité pour la seule journée d’hier était de 15.000 mégawatts dans tout le pays ». Il a également averti, selon l’IRNA aujourd’hui, que d’autres centrales électriques pourraient être mises hors service dans les prochains jours, si la situation se poursuivait.

Selon le site d’information officiel Tabnak, aujourd’hui, le chef du conseil d’administration de l’industrie électrique, a reconnu que « l’apparition de pannes d’électricité cette année était tout à fait prévisible ». Il a ajouté : « La capacité des centrales électriques du pays a largement diminué entre 2010 et 2020, passant de 8,8 % en 2010 à 2,2 % en 2020. »

Hier, le porte-parole de l’industrie de l’énergie a été cité par l’agence de presse de la télévision et de la radio d’État déclarant que « la fermeture de nombreuses centrales électriques en raison de défaillances techniques, une augmentation de 14 % de la consommation d’électricité et l’exploitation non autorisée de bitcoins (appartenant principalement aux pasdarans) sont les raisons de la pénurie d’électricité ».

Hier, Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a salué les manifestants qui criaient « A bas Khamenei ! A bas le dictateur ! » Elle a déclaré que les pénuries d’électricité répétées et prolongées dans la chaleur de l’été ont mis en danger des millions de vies, en particulier celles des malades. Pendant ce temps, les richesses et les ressources du pays sont pillées par les dirigeants du régime ou dilapidées dans la répression, le bellicisme et les projets antipatriotiques nucléaires et de missiles. C’est l’autre face des politiques criminelles et prédatrices du régime face à la pandémie de COVID-19 qui a fait 330.000 victimes. Le régime clérical est la cause de la pauvreté, du chômage et de la destruction des infrastructures. La seule façon de parvenir à la liberté et à la justice est de renverser ce régime, a ajouté Mme Radjavi.

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 6 juillet 2021

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe