dimanche, juin 26, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsIran : Les responsables de la prière du vendredi alertent sur la...

Iran : Les responsables de la prière du vendredi alertent sur la gravité de la situation du régime

IRAN : Les responsables de la prière du vendredi alertent sur la gravité de la situation du régime

Les prix des denrées alimentaires augmentent en Iran, tout comme les manifestations à travers le pays. Des vidéos obtenues par l’opposition iranienne confirment l’escalade des troubles dans le pays. Les rues iraniennes sont devenues des foyers de manifestations.

L’Iran a connu sa pire crise économique au cours du siècle dernier, et la population ne peut même pas se permettre de vivre maigrement. Au cours des derniers mois, les villes iraniennes ont été témoins de milliers de manifestations de différentes ampleurs, les gens réclamant leurs droits et soulignant que « ce n’est que dans la rue que nous pouvons faire valoir nos droits ».

Mais les manifestations qui ont éclaté il y a une semaine dans différentes villes sont la manifestation la plus large d’une économie en ruine, d’une société instable et d’un régime désespéré qui répond par balles et gaz lacrymogènes aux personnes qui veulent de la nourriture et de l’eau.

Pourtant, il serait borné de dire que les protestations en Iran ont simplement des racines économiques. L’oppression du régime depuis des décennies a transformé la société iranienne en une poudrière.

La situation actuelle en Iran a en effet effrayé les responsables du régime et les médias d’État, qui profitent de chaque occasion pour alerter sur le risque d’un soulèvement, intimider la population, diaboliser l’opposition et reconnaître en partie les difficultés économiques du pays.

Ahmad Khatami, le chef de la prière du vendredi de Téhéran, a reconnu la crise économique de l’Iran : « L’économie de notre pays est malade, mais cela ne s’est pas produit du jour au lendemain », a déclaré Ahmad Khatami. « Cela a commencé avant la révolution de 1979. Nos fonctionnaires ont essayé vigoureusement de résoudre ces problèmes, mais parfois ils ont échoué ! »

Le régime du Shah était en effet une dictature corrompue qui a gravement endommagé l’Iran, mais on ne peut pas oublier que le régime des mollahs est au pouvoir depuis quatre décennies consécutives. Le régime a durement opprimé et pillé sans scrupule la richesse nationale. Les soi-disant efforts économiques du régime n’ont pas dépassé les déclarations mensongères.

Le fondateur du régime, Ruhollah Khomeini, a promis l’électricité et l’eau gratuites, et le nouveau président Ebrahim Raïssi a parlé d’éradiquer la pauvreté en deux semaines!

« On ne peut pas rester les bras croisés ou penser que les problèmes seront résolus par le silence et le déni« , a reconnu le quotidien gouvernemental Jahan-e Sanat le 14 mai.

« Cette situation, bien sûr, défiera le gouvernement de Raïssi plus que le peuple parce que ce gouvernement a promis d’éradiquer la pauvreté, et avoir des prix élevés est censé être sa ligne rouge. Nous sommes dans une situation pénible », ajoute le journal.

«Nous connaissons actuellement le taux d’inflation le plus élevé des dernières années. L’économie iranienne n’est ni capitaliste, ni communiste, ni islamique. Il est basé sur le pillage et le pillage », a reconnu vendredi Mohammad Taghi Fazel Meiboadi, l’un des principaux religieux du régime.

Au cours de son sermon de prière du vendredi, Mohammad Baqer Mohammadi Laini, le représentant du guide suprême à Sari, dans le nord de l’Iran, a déclaré : « L’économie iranienne doit se remettre de cette situation et, par conséquent, une intervention chirurgicale est nécessaire. Mais certaines tensions initiales, alimentées principalement par les ennemis à l’intérieur et à l’extérieur du pays, peuvent causer des problèmes. Pour réussir, nous devons aider ce gouvernement et ce plan, qui est soutenu par les trois branches et le guide suprême. »

« Certains émeutiers de l’extérieur et de l’intérieur du pays veulent profiter de cette opportunité », a ajouté Laini, qualifiant d’émeutiers le peuple et les partisans de la principale opposition iranienne, les Moudjahidine du Peuple d’Iran (MEK/OMPI).

« Ils veulent répéter la sédition de 2009 et 2019 dans les rues. Les gens doivent se garder de les accompagner. Les gens doivent combattre ces éléments aux côtés des forces de sécurité. »Avertissant que le partage des messages et des images envoyés par l’OMPI aura des conséquences, le représentant du guide suprême a déclaré : « En partageant des clips vidéo et des messages, vous êtes participez à égarer les esprits. Ainsi, lorsque vous recevez des clips vidéo négatifs sur votre téléphone portable ou votre smartphone… lorsque vous recevez ces messages négatifs des ennemis et des hypocrites (terme péjoratif du régime pour l’OMPI), vous devez soit arrêter de les lire, soit si vous les lisez, vous ne devez pas les envoyer à d’autres ! »

Les autres chefs de prière du vendredi ont régurgité les mêmes allégations concernant l’OMPI. Les responsables de la prière du vendredi en Iran sont directement nommés par le guide suprême du régime, Ali Khamenei, et ils rabâchent ses positions et sans le vouloir ses craintes !

« L’OMPI avait un réseau solide et je m’en occupais. Mais nous en avons arrêté beaucoup. Nous devons nous entraider. L’ennemi [OMPI] tente de provoquer des émeutes. Nous surmonterons cette crise ensemble. Mais vous ne devriez pas écouter l’ennemi !», a déclaré vendredi, Yusef Tabatabienejad, le représentant de Khamenei à Ispahan, cité par la télévision d’État iranienne.

« Nous devons être vigilant. L’OMPI est prêt à provoquer les gens et elle est actif sur les réseaux sociaux. Elle essai de provoquer des troubles et de répandre de fausses nouvelles selon lesquelles les gens n’ont rien à manger », a déclaré Ahmadreza Shahrokhi, le chef de la prière du vendredi de Khoramabad.

La tactique usée du régime et son déni ne fonctionnent plus. La propagation rapide des manifestations à travers le pays montre l’incapacité du régime à réprimer un soulèvement imminent, qui sera cette fois bien plus important que celui de 2019 qui a secoué le régime jusqu’à la moelle.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe