vendredi, mai 20, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsLes enseignants iraniens subissent les politiques discriminatoires du régime

Les enseignants iraniens subissent les politiques discriminatoires du régime

Les enseignants iraniens subissent les politiques discriminatoires du régime

Les droits des enseignants iraniens ont été systématiquement violés au cours des 42 années de règne des mollahs, et leurs demandes n’ont pas été prises en compte dans le budget de l’année prochaine. Ils continuent une présence croissante dans la politique et la société iraniennes et ont constamment dirigé des manifestations contre le régime des mollahs ces dernières années. Une grève des enseignants et un appel à la justice ont éclaté après une autre grève nationale des chauffeurs de camion.

Manifestation de trois jours et son contexte
Les enseignants iraniens ont organisé une manifestation nationale la semaine dernière pendant trois jours. Le Conseil de coordination des associations culturelles iraniennes a appelé tous les enseignants à protester et à exprimer leurs revendications. Une grève a eu lieu les 11 et 12 décembre. Mais le 13 décembre, elle s’est transformée en un rassemblement de protestation, avec des enseignants actifs rejoints par des retraités. Les manifestations se sont propagées dans plus de 200 districts et villes à travers l’Iran, les enseignants regardant au-delà de leurs propres griefs pour souligner la misère de tous les secteurs de la société iranienne.

Comme elles l’avaient fait avec les manifestations des agriculteurs à Ispahan le mois précédent, les forces de sécurité ont attaqué la manifestation des enseignants le troisième jour, craignant sa croissance continue. Les manifestants ont condamné la réponse du régime comme « sans vergogne » tandis que les autorités à l’extérieur du bâtiment du parlement ont battu et détenu temporairement plusieurs représentants d’enseignants, dont Rasoul Badaghi, l’inspecteur du syndicat des enseignants, et ont menacé de licencier d’autres. Craignant un contrecoup suite à l’arrestation de Badaghi, les autorités ont été contraintes de le libérer sous caution quelques jours plus tard.

En raison de la situation économique et des moyens de subsistance désastreuse, qui est particulièrement évidente dans les prix élevés des marchandises et l’inflation, les enseignants iraniens sont dans une situation de vie difficile. Leurs salaires sont généralement inférieurs au de pauvreté, tel que défini par le même gouvernement, et ils protestent depuis longtemps pour répondre à leurs demandes. Le gouvernement ignore à la fois ces demandes et soumet les enseignants à la répression, aux arrestations et à l’intimidation. Pourtant, les courageux enseignants n’ont pas renoncé à des demandes telles que le plan de classement, la loi sur l’égalisation des retraites, la mise en place de la gratuité de l’enseignement et la libération des enseignants emprisonnés.

Les médias iraniens ont récemment rapporté : « Selon le projet de loi sur le classement des enseignants adopté par la commission parlementaire de l’éducation, les salaires des enseignants devraient atteindre au moins 80 % des membres du corps professoral universitaire, mais les responsables iraniens disent qu’il n’y a pas assez de fonds pour mettre en œuvre un tel projet de loi. »

Plan de classement des enseignants au parlement du régime
Le 15 décembre, après une manifestation nationale des enseignants, le parlement du régime a finalement, après 10 ans de retard, classé les enseignants et augmenté les salaires d’un petit pourcentage. Mais en raison de l’inflation, ce salaire reste en dessous du seuil de pauvreté.

Dans le budget 2021-22, le budget des affaires civiles est inférieur à trois milliards et demi de dollars, tandis que le budget des forces dites de défense est de plus de 5,08 milliards de dollars, le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) prenant la part la plus importante.

Dans le budget de l’année iranienne 1401, le gouvernement de Ebrahim Raïssi a augmenté le budget du CGRI de plus de 900 000 milliards de dollars. C’est une augmentation de 240 % par rapport à l’année précédente. En outre, environ un milliard d’euros a été alloué au seul CGRI pour des projets terroristes et d’exportation de missiles et autres. Pendant ce temps, le budget de l’éducation a augmenté de 14 %, soit 1 300 milliards de rials.
Pourtant, le déficit des paiements des enseignants et des retraités pour cette année et l’année dernière est encore de 20 à 30 % du budget de l’éducation. Ainsi, il est clair que les enseignants et l’éducation sont des priorités très minimes pour le budget du régime clérical.

Les Iraniens n’ont pas oublié qu’il y a deux ans, le jour où Qassem Soleimani a été tué, Khamenei a versé 200 millions d’euros (près de 50 000 milliards de rials) à ses mercenaires de la Force terroriste Qods pour garder le moral. Cela n’a fait que renforcer les questions sur la façon dont le régime peut dépenser de l’argent pour ses mercenaires au Yémen, en Syrie, au Liban et en Irak, et augmenter généreusement le budget des forces répressives, mais manque de place dans le budget pour augmenter le salaire minimum des enseignants ?

La demande la plus fondamentale des enseignants iraniens est que, comme dans le reste du monde, leurs salaires ne soient pas inférieurs au seuil de pauvreté, et que lorsque le seuil de pauvreté est de 12 millions de tomans, les salaires des enseignants devraient au moins atteindre ce niveau.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe