jeudi, septembre 24, 2020
Accueil Communiqués CNRI Communiqués CNRI: Iran Protestations Quatrième jour de grève des travailleurs du pétrole du sud-ouest de l’Iran

Quatrième jour de grève des travailleurs du pétrole du sud-ouest de l’Iran

Les travailleurs des raffineries d’Ispahan et d’Ilam ont rejoint la grève mardi

Maryam Radjavi a salué la ténacité des grévistes des installations pétrolières et des raffineries des provinces de Khouzistan, Bouchehr, Hormozgan, Fars, Ispahan et Ilam, qui défendent leurs droits fondamentaux. Elle appelle tous les travailleurs du pays, en particulier du secteur pétrolier, à se lever pour les soutenir.

Aujourd’hui, mardi 4 août, alors que la grève des ouvriers et employés des installations et raffineries pétrolières, gazières et pétrochimiques des provinces de Khouzistan, Bouchehr, Hormozgan et Fars entrait dans sa quatrième journée, les travailleurs de la raffinerie d’Ispahan et celle de Jahanpars Ilam-Mehran ont rejoint le mouvement de grève.

Grèves dans les raffineries d’Iran en raison de la dureté des conditions de travail

Depuis le 1er août, les travailleurs de la phase 2 de la raffinerie de pétrole d’Abadan, de la raffinerie Parsian à Kangan, du complexe pétrochimique de Lamard, de la raffinerie de pétrole lourd de Qeshm, des phases 22 et 24 de Pars sud, les travailleurs de la phase 14 de la société IG et Jam 2 à Assalouyeh, de la société Atropart de la raffinerie de Jafir (Ahwaz sud), de la société Elixir à la phase 13 d’Assalouyeh, de la pétrochimie Pars Phenol d’Assalouyeh, de Sina Sanat Ahmadpour d’Assalouyeh, de la raffinerie de pétrole d’Assalouyeh, de la raffinerie Razi de Mahshahr, et de la société d’asphalte Toos Dasht d’Azadegan sont en grève. Les travailleurs de la centrale électrique de Pars sud à Bidkhoun Assalouyeh sont en grève depuis le 4 août.

Les grévistes souffrent de conditions de travail insupportables dans une chaleur extrême et des conditions de vie les plus difficiles. Ils n’ont pas de sécurité d’emploi. Les contrats qu’ils leur ont imposés sont des contrats temporaires, sans assurance maladie ni retraites. Et l’employeur peut les licencier quand il le souhaite. Leurs salaires sont plusieurs fois inférieurs au seuil de pauvreté, et ces maigres salaires n’ont pas été payés depuis plusieurs mois.

Mme Maryam Radjavi a salué la ténacité des grévistes des installations pétrolières et des raffineries du Khouzistan, Bouchehr, Hormozgan, Fars, Ispahan et Ilam, qui défendent leurs droits fondamentaux. Elle a appelé tous les travailleurs du pays, en particulier du secteur pétrolier, à se lever pour les soutenir.

Mme Radjavi a appelé les défenseurs des droits des travailleurs et les syndicats à condamner les politiques anti-ouvrières du régime et à soutenir les protestations des travailleurs iraniens opprimés. L’Organisation internationale du travail devrait mettre sur liste noire le régime clérical pour réprimer les travailleurs et violer leurs droits.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 4 aout 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe