dimanche, octobre 17, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran RésistanceBriefing virtuel du CNRI-US : Les défis posés par Ebrahim Raïssi, un...

Briefing virtuel du CNRI-US : Les défis posés par Ebrahim Raïssi, un meurtrier reconnu

Le jeudi 5 août 2021, le bureau de représentation du Conseil national de la Résistance iranienne aux Etats-Unis (CNRI-US) a organisé une séance d’information en ligne. La discussion a porté sur les défis de la mise en œuvre d’une politique iranienne appropriée après l’investiture d’Ebrahim Raïssi, internationalement reconnu pour ses crimes contre l’Humanité et son rôle clé dans le massacre de quelque 30 000 prisonniers politiques en 1988.

Les orateurs de l’événement étaient Michael Mukasey, 81e procureur général des États-Unis, l’ancien sénateur américain Joe Lieberman et M. Geoffrey Robertson QC, un éminent avocat, universitaire et auteur spécialisé dans les Droits de l’Homme.

M. Alireza Jafarzadeh, directeur adjoint du bureau de Washington du CNRI, et auteur de The Iran Threat (La menace iranienne), a présenté un nouveau livre et a animé l’événement.

Lors de la séance d’information, M. Jafarzadeh a présenté le nouveau livre, publié par le CNRI-US, IRAN : Call for Justice ; The Case to Hold Ebrahim Raïssi to Account for Crimes Against Humanity (Iran : appel à la justice et à la mise en cause d’Ebrahim Raïssi pour crimes contre l’Humanité).

Dans son discours d’ouverture, M. Jafarzadeh a déclaré :

Aujourd’hui, nous avons un panel distingué, qui parle au sujet d’Ebrahim Raïssi alors qu’il prête serment pour devenir le nouveau président du régime iranien, et de la communauté internationale, en particulier les États-Unis et l’Europe, qui devraient avoir une politique efficace avec l’Iran, maintenant qu’un meurtrier de masse est à la tête de l’Etat.

Laissez-moi d’abord vous présenter notre nouveau livre qui est paru ce matin. Ce livre s’intitule Iran : call for justice and the case to hold Ebrahim Raïssi to accounts for crimes against humanity (Iran : appel à la justice et à la mise en cause d’Ebrahim Raïssi pour crimes contre l’Humanité).

Ce livre comporte six chapitres et 96 pages. Il décrit en détail la vie d’Ebrahim Raïssi, le nouveau président du régime. Il comporte un chapitre entier sur le massacre, en 1988, de quelque 30 000 prisonniers politiques, objet du livre, sur le rôle de Raïssi dans ce massacre et sur la répression de la dissidence.

Un chapitre entier est également consacré à la responsabilité et à la manière dont le vent a tourné. Le livre explique aussi comment Raïssi a été choisi comme nouveau président, le Guide Suprême Khamenei lui ayant ouvert la voie et dégagé le terrain pour qu’il puisse assumer la présidence de ce régime répressif, par désespoir absolu.

Découvrez ici les discours des experts :

Geoffrey Robertson QC, éminent avocat spécialisé dans les droits Humains, universitaire et auteur.

Ma conclusion était que le massacre de 1988 en Iran était le pire crime contre l’humanité commis contre des prisonniers depuis les marches de la mort des soldats américains et australiens par le Japon à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Ceux qui ont ordonné ces marches ont été condamnés et punis par les tribunaux internationaux de Tokyo, mais ceux qui ont ordonné le massacre de 1988 en Iran ont non seulement bénéficié de l’impunité, mais ils se sont élevés au sommet du gouvernement du pays.

Et l’un d’entre eux, Ebrahim Raïssi, a accédé à la présidence. Son rôle, au-delà de tout doute raisonnable, a été de condamner les prisonniers à mort sans aucun droit à un procès, sans être représenté par un avocat, sans aucun droit du tout. Il était le principal responsable du meurtre de milliers de détenus.

Beaucoup d’entre eux avaient déjà purgé leur peine. Et ils ont été détenus au-delà de la durée de leur peine, et la plupart des condamnés étaient des étudiants manifestants. Mais il était membre de la commission de la mort qui a supervisé deux vagues d’exécutions dans les prisons iraniennes.

La première vague en juillet et août 1988, et les opposants, appartenant à l’OMPI, et la deuxième vague, en septembre des individus qui ont des tendances communistes, ou qui sont d’une manière ou d’une autre en désaccord avec l’Etat islamique.

La loi Magnitsky a été adoptée l’année dernière par l’Union européenne et il y a maintenant 31 pays démocratiques qui disposent de ces sanctions ciblées à utiliser contre les auteurs de violations des droits de l’Homme.

Je dois dire qu’il n’y a pas d’individu dont le nom devrait figurer plus haut sur la liste Magnitsky de chaque pays que Raïssi….. C’est un criminel international, il devrait être jugé, où et quand il peut être appréhendé, et au moins son nom figurant sur la liste des sanctions ciblées empêcherait que ses atrocités soient oubliées.

Michael Mukasey, 81e procureur général des États-Unis

L’écrasante majorité des personnes torturées et exécutées lors du massacre de 1988 et ciblées par cette fatwa étaient principalement des membres de l’OMPI.

Cette commission, à laquelle Ebrahim Raïssi a participé, a rendu ses jugements contre les prisonniers au cours de procédures qui tournaient en dérision le concept de procès, se limitant simplement à poser quelques questions aux accusés, concernant principalement leurs croyances et leur affiliation politique, puis à ordonner leur mise à mort. Les exécutions ont lieu immédiatement.

Les prisonniers étaient conduits directement de l’endroit où leur dossier fictif était conservé vers la potence. Certains ont été pendus de sorte à s’assurer qu’ils meurent par strangulation, plutôt que par rupture de la moelle épinière, et d’autres ont été exécutés par peloton d’exécution.

Beaucoup de ces faits ont été portés à la connaissance, dès l’automne 1988, d’un professeur et diplomate salvadorien nommé Galindo Pohl, qui a été nommé Rapporteur spécial et a fait un rapport à l’assemblée générale des Nations unies sur l’exécution de quelque deux cents prisonniers de la prison d’Evin et l’enterrement de plus de 800 d’entre eux dans des fosses communes à l’extérieur de Téhéran. Mais ce rapport n’a pas eu aucun effet, ni de la part de Galindo Pohl, ni de la part des responsables de l’ONU.

Je pense que quiconque croit qu’un membre important du régime actuel envisagerait même de renoncer volontairement au pouvoir, compte tenu de l’idéologie fanatique du régime, des énormes richesses amassées et de leur bilan sanglant, se fait tout simplement des illusions.

Quand ils tomberont, ce ne sera pas volontairement. La preuve la plus convaincante de cela est sans doute une sélection très poussée aujourd’hui et ce serait l’isolation aujourd’hui, ou Raïssi comme président.

Cela montre que l’actuel Guide Suprême, Ali Khamenei, et ceux qui suivent ses ordres n’ont eu aucun égard, quel qu’il soit, aux apparences. Ils ont choix quelqu’un dont ils sont certains qu’ils peuvent compter sur lui pour utiliser toutes les mesures, aussi violentes soient-elles, pour maintenir le régime au pouvoir.

Joe Lieberman, ancien sénateur du Connecticut

Au cours de ses 42 années au pouvoir, ce régime maléfique et extrême de Téhéran a dépensé d’énormes quantités du trésor appartenant au peuple iranien pour soutenir des terroristes étrangers, pour mettre en oeuvre un programme d’armes nucléaires et des missiles sophistiqués qui peuvent transporter ces armes vers les ennemis désignés du régime actuel, et ces ennemis sont dans le monde arabe, en Israël et, bien entendu, aux États-Unis d’Amérique, de même qu’en Iran même.

Ce régime a imposé l’un des gouvernements les plus violemment despotiques au monde, privant son peuple talentueux de sa liberté politique et économique, qui est en fait son droit inné. Aucun acte, à mon avis, n’a défini le régime des mollahs de manière aussi claire, tragique et douloureuse que l’assassinat de 30 000 personnes à Téhéran, des citoyens iraniens, pour la seule raison qu’ils étaient des opposants politiques au régime.

Au cours des 42 années qui se sont écoulées depuis 1979, le régime de Téhéran a porté au pouvoir politique un groupe terrible de dirigeants. Certains prétendent être modérés, mais ne le sont pas vraiment, tous suivent les orientations extrémistes des deux hommes qui ont été Guides Suprêmes pendant cette période.

Aujourd’hui, Ebrahim Raïssi, de loin le pire président de la République islamique d’Iran, prête serment. Et je ne dis pas cela à la légère, je suppose, en regardant l’histoire ou beaucoup de gens diraient, quoi, quoi, à propos d’Ahmadinejad.

Ahmadinejad était un extrémiste, c’était un fanatique et il a dit des choses scandaleuses et offensantes, mais Raïssi arrive à cette haute fonction de ce pays alors qu’il a une si grande histoire avec le sang de plus d’Iraniens sur ses mains que n’importe lequel de ses prédécesseurs. Probablement même plus que la combinaison de la plupart de ses prédécesseurs.

Et il ne fait aucun doute que le régime de Téhéran a cru pendant des années que ce génocide, survenu il y a 33 ans, était oublié depuis longtemps par le reste du monde. En fait, il n’y avait qu’un seul groupe et une seule personne qui demandaient constamment que Raïssi soit tenu responsable du génocide qu’il a supervisé en 1988.

Cette personne et cette organisation étaient le Conseil national de la Résistance iranienne et sa dirigeante était Mme Maryam Radjavi. Il est vraiment très encourageant de dire que Mme Radjavi et le retour constant aux faits du CNRI, le remarquable rapport de ce dernier, le Barrister Robertson, les préoccupations exprimées par de nombreux membres des Nations Unies, la voix persistante apportée ici par des organisations non gouvernementales qui jouissent d’une notoriété comme Amnesty International et Human Rights Watch, tous disent que cet homme, Raïssi, ne peut être autorisé à diriger une grande nation.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe