jeudi, octobre 21, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran RésistanceConférence en ligne à l’occasion du Ramadan « L'Islam, religion de miséricorde,...

Conférence en ligne à l’occasion du Ramadan « L’Islam, religion de miséricorde, de fraternité et d’égalité. Solidarité interconfessionnelle face au fondamentalisme. »

La confréence a rassemblé des participants dans 2000 points de 40 pays du monde et les Moudjahidines du peuple à Achraf-3 en Albanie.

Maryam Radjavi: Les mollahs au pouvoir en Iran sont hostiles à toutes les religions abrahamiques et à toutes les branches de l’islam

Appel à tous les musulmans anti-fondamentalistes : soutenez la lutte du peuple iranien et de sa résistance pour renverser le régime et instaurer une république pluraliste et démocratique qui permette la coexistence tolérante et pacifique des fidèles des diverses confessions et religions.

Une conférence intitulée « Islam, religion de la miséricorde, de la fraternité et de l’égalité, solidarité interconfessionnelle contre l’extrémisme » s’est déroulée le mercredi 14 avril 2021, à l’invitation du Comité international islamique pour la défense de l’OMPI et de la Résistance iranienne, présidée par l’ancien Premier ministre algérien Sid Ahmed Ghozali. Mme Maryam Radjavi, Présidente élue de la Résistance iranienne, assistait à cette conférence en ligne connectant 2000 points dans 40 pays, depuis sa résidence à Auvers-sur-Oise en France, ainsi que les membres des Moudjahidine du peuple (OMPI/MEK) à Achraf 3 et des dizaines de personnalités religieuses et politiques de divers pays.

S’adressant à la conférence, la présidente élue de la Résistance, Maryam Radjavi, a adressé ses meilleurs vœux aux musulmans du monde, en particulier à ses frères et sœurs en Iran, en Irak, en Syrie, au Yémen, au Liban, en Palestine et en Afghanistan, qui sont les victimes directes de la dictature du guide suprême. Et pointant du doigt la pandémie du coronavirus, elle a déclaré : Aujourd’hui, la pandémie a changé la vie dans de nombreux pays, mais le cas de l’Iran est différent. Il y a un gouvernement qui, pour empêcher un soulèvement populaire et paralyser la population, recherche délibérément des pertes humaines massives comme un bouclier contre la révolte. Au point que Khamenei, en tant que guide suprême du régime, a ouvertement interdit l’achat de vaccins aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en France. Les mollahs au pouvoir ne prêtent aucune attention aux avertissements et aux demandes des médecins spécialisés pour lutter contre le Covid-19 et réduire les pertes humaines.

Avec 250 000 morts, l’Iran a le plus grand nombre de victimes par rapport à sa population de 85 millions d’habitants, juste derrière les États-Unis et le Brésil. Khamenei est directement responsable de cette immense tuerie.

Soulignant le fait que la récente décision du régime d’enrichir l’uranium jusqu’à une pureté de 60 % est une nouvelle étape vers l’acquisition de l’arme nucléaire, Mme Radjavi a ajouté : Le peuple iranien entame le Ramadan et son jeûne alors qu’il est écrasé au quotidien par les prix élevés et la privation, et que des millions de personnes ont perdu leur emploi. En multipliant les prix des marchandises, les mollahs financent les gardiens de la révolution ainsi que la guerre et le terrorisme dans la région en puisant dans les poches des Iraniens. Khamenei n’a même pas dépensé une petite partie de la fortune de mille milliards de dollars de ses fondations pour lutter contre le coronavirus et préserver la santé de la population. En fait, le peuple iranien fait face à deux monstres en même temps: le virus de la dictature religieuse et le virus du Covid-19.

Comparant l’islam de l’OMPI et celui des mollahs au pouvoir, Mme Radjavi a souligné: « La particularité de l’islam dans lequel nous croyons, est qu’il est démocratique. Cet islam reconnaît les droits des autres religions, croyances et écoles de pensées (…) Vous pouvez imaginer à présent combien sont différents l’islam des Moudjahidine du peuple et ce que les mollahs au pouvoir en Iran prétendent être l’islam. Les mollahs détruisent les mosquées sunnites en Iran. Ils empêchent la construction de mosquées sunnites à Téhéran. Ils ont transformé les mosquées chiites en centres de répression et d’espionnage contre la population. Ils ferment ou détruisent les lieux de culte des diverses branches du chiisme telles que les derviches Gonabadi, Et ils ont imposé une double oppression à nos frères et sœurs kurdes, arabes, turkmènes et baloutches en les privant de leurs droits. En réalité, pour les mollahs au pouvoir en Iran, ni le sang chiite, ni le sang sunnite, ni le sang d’aucun être humain n’a la moindre valeur. De quel droit ils emprisonnent et tuent les bahaïs? De quel droit ils assassinent et exécutent les sunnites ?

Soulignant le fait qu’aujourd’hui, la dictature religieuse en Iran est entrée dans une phase d’échecs et de défaites, la présidente élue de la Résistance a ajouté : malgré toutes ses effusions de sang et sa répression, est entré dans une phase de défaite, a précisé : Tant que le régime clérical n’aura pas été renversé, il n’abandonnera pas la répression, la discrimination religieuse et la misogynie. Il n’abandonnera pas ses ingérences et ses crimes dans les pays du Moyen-Orient, car sa survie dépend de ces politiques. Le moyen de mettre fin à ce sinistre fléau qui a pris en otage le sort des pays de la région et constitue la plus grande menace pour la paix et la sécurité mondiales, est le renversement de la dictature religieuse par la résistance et le soulèvement du peuple iranien. Aujourd’hui, l’OMPI, le peuple iranien et ses enfants insurgés se sont levés pour renverser la dictature religieuse.

Elle a ajouté: Au nom du peuple iranien et de sa Résistance, j’appelle à la fois les musulmans opposés à l’extrémisme au nom de l’islam et tous les pays d’Europe et du Moyen-Orient à soutenir la lutte du peuple iranien pour renverser ce régime. Une lutte et une résistance pour instaurer une république pluraliste et démocratique qui permette la coexistence tolérante et pacifique des diverses confessions et religions ensemble.

Dans cette conférence de solidarité interconfessionnelle avec la Résistance iranienne, des personnalités et des dirigeants religieux éminents ont pris la parole. Notamment M. Sid Ahmed Ghozali, ancien premier ministre algérien, Bassam Al Omouch, ancien ministre jordanien et ancien ambassadeur de Jordanie à Téhéran, Anouar Malek, Écrivain et président de l’Observatoire algérien des droits de l’homme, Elona Gjebrea, secrétaire de la commission des affaires étrangères du parlement albanais et ancienne vice-ministre de l’intérieur albanaise, Riyadh Yassin, ancien ministre des Affaires étrangères du Yémen et ambassadeur en France; Khaled Al-Yamani, ancien ministre des affaires étrangères du Yémen, Mohammed Askar, ancien ministre des droits de l’homme du Yémen, Azzam Al-Ahmad, un des dirigeants de l’Organisation de libération de la Palestine (Fatah), Ahmad Abou Hashish, Vice-président du parlement palestinien, Taisir Altamimi, ancien juge suprême palestinien; Tahar Boumedra, ancien représentant de la MANUI en Iraq; l’évêque Jacques Gaillot ; des dirigeants religieux musulmans de France, Dhaou Meskine secrétaire général du Conseil des imams de France, Khalil Merroun recteur de la grande Mosquée d’Evry et Al Hadj Abdollay, coordinateur de la fédération française des associations islamiques d’Afrique, des Comores et Antilles (FFAIACA) ; des députés du Bahreïn, de Jordanie et d’Égypte ; Nazir Hakim, ancien secrétaire général de la Coalition nationale syrienne; Ahmed Jarallah écrivain koweitien ; Struan Stevenson, ancien membre du Parlement européen et président de l’Association européenne pour la liberté en Irak (IFA); Mark Ginsberg, ancien ambassadeur des États-Unis au Maroc; Walid Fares, co-secrétaire général du Groupe parlementaire transatlantique sur le contreterrorisme ; L’évêque John Prichard, ancien évêque d’Oxford; Le rabbin Moshe Levin, vice-président de la conférence des rabbin d’Europe et porte-parole du Grand rabbin de France, Jalal Ganjeï, président de la commission de la liberté de religion du Conseil national de la résistance iranienne et Kak Baba Cheikh Hosseini, dirigeant de l’Organisation Khabat du Kurdistan d’Iran.

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 14 avril 2021

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe