dimanche, juin 26, 2022
AccueilUncategorizedLe site Web du ministère du Djihad de l'Agriculture du régime iranien...

Le site Web du ministère du Djihad de l’Agriculture du régime iranien et ses portails ont subis une cyberattaque majeure

Le site Web du ministère du Djihad de l'Agriculture du régime iranien et ses portails ont subis une cyberattaque majeure

Le lundi matin 25 avril, plus de 100 serveurs et ordinateurs, des dizaines de portails et bases de données, 37 sites et 12 portails internes du ministère du Jihad de l’Agriculture ont été perturbés et détruits.

Des photos de la direction de la Résistance iranienne, accompagnées du slogan « Vive Radjavi« , et des images dégradées de Khamenei ainsi que le slogan  » à bas Khamenei » ont été publiées sur la page d’accueil du sinistre ministère, particulièrement honni par les agriculteurs iraniens.

La chaîne de télégrammes @Ghyamsarnegouny a annoncé : « La cyberattaque majeure sur les sites Web, les portails et les bases de données du ministère de l’Agriculture est une campagne et une réponse à la répression des agriculteurs opprimés d’Iran, en particulier à Ispahan et veut briser le mur de la répression instauré par le régime dictatorial. »

En décembre dernier, les forces répressives du régime ont incendié les tentes des agriculteurs protestataires à Ispahan dans le lit asséché de la rivière Zayandehroud et ont ouvert le feu sur les agriculteurs démunis, aveuglant nombre d’entre eux avec des fusils à plomb.

Plusieurs sites ont été supprimés, notamment le site Web principal du Jihad du ministère de l’Agriculture, le bureau du représentant du Guide suprême, la base Imam Sajjad
Bassij, le siège de la résistance du Bassij, l’Institution culturelle et sportive des djihadistes, le sous-ministre des Affaires parlementaires, le bureau des affaires Parlementaires, le Centre d’Information des Technologies et Communication, le GSI agricole, le Bureau des affaires économiques, l’Organisation du Jihad agricole de la province d’Alborz, l’Organisation du Jihad agricole de Chaharmahal et Bakhtiari, l’Organisation du Jihad agricole de Kohgiluyeh et Boyer Ahmad, l’Organisation du Jihad agricole de Kermanshah,
Markazi (Centre Organisation du Jihad agricole de la province.

Le 27 janvier, les « Unités de résistance », sympathisants de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK), ont perturbé 27 chaines de télévision et de radio du régime et bloqué plus de 400 serveurs de l’appareil de propagande de la dictature religieuses. Les images des dirigeants de la résistance, Massoud et Maryam Radjavi, ont été affichés et des slogans tels que  » à bas Khamenei, vive Radjavi« , et un court extrait d’un discours du dirigeant de la Résistance ont été diffusés sur certaines chaines.

Dans une autre cyberattaque majeure, le 14 mars dernier, les unités de résistance ont mis hors de portée les sites Web affiliés au ministère de la Culture et de l’Orientation islamique du régime. Des photos de Massoud et Maryam Radjavi avec le slogan « Vive Radjavi » et une photo de Khamenei barrée avec le slogan « A bas Khamenei » ont été placées sur les pages principales de ces sites. Le ministère de la culture et de l’orientation islamique a immédiatement envoyé un rapport de situation aux ministres du renseignement et de l’intérieur, au secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, au commandant du CGRI, à l’organisation du renseignement des gardiens de la révolution, ainsi qu’à 10 autres ministres et 30 autres hauts responsables du régime via leur réseau interne.

Depuis début février, dans des dizaines de grands centres commerciaux, de sites historiques populaires et de grands lieux publics à travers l’Iran, notamment à Téhéran, Shahriar (une banlieue de Téhéran), Mashhad, Tabriz, Rasht, Chalus, Lahijan, Langerud et Neyshabour, les unités de résistance ont diffusé avec des haut-parleurs des slogans tels que « à bas Khamenei, vive Radjavi », « Non au Chah, non aux mollahs, vive la démocratie », « Raïssi est un sbire du massacre de 1988″, et ont appelé au renversement de la dictature cléricale.

Le journal officiel Seraj a rapporté : « Le réseau officiel des hypocrites, (terme péjoratif utilisé par le régime pour désigner les Moudjahidine du Peuple), et les partisans de Massoud Radjavi et de Maryam Radjavi ont annoncé à leur télévision qu’ils avaient attaqué les sites du ministère du Jihad de l’Agriculture, s’imaginant avoir porté un coup à l’État. Les hypocrites ne supportent pas le combat du ministère contre la mafia et ont commencé leurs attaques contre les ministères influents (…) Récemment, le site Web du guide suprême a eu un entretien avec le ministre du Jihad de l’Agriculture, le Dr Seyyed Javad Sadati Nejad, qui a été largement couvert à l’intérieur et à l’extérieur du pays. C’est ce qui a motivé les hypocrites à attaquer le site Web du ministère de l’Agriculture Jihad », a-t-il ajouté. « Le fait que les hypocrites considèrent les attentats comme un exploit porte l’espoir que le ministère est sur la bonne voie dans la lutte contre la corruption et la résolution des problèmes de l’agriculture. »

Le soi-disant ministère du « Jihad agricole » a été créé en 2000 à la suite de la fusion des deux ministères du Jihad de l’agriculture et de la construction. Ce dernier a pillé les richesses nationales, y compris les sites agricoles de l’Iran, et l’a versé dans les politiques destructrices de Khomeiny.

Selon les propres statistiques du régime, sous le règne obscur des mollahs, plus d’un million d’hectares de terres agricoles ont été retirés de la production et chaque année, plus de 20 000 hectares des meilleures terres agricoles ont été consacrés à des villas et des colonies de luxe. En conséquence, des milliers d’unités agricoles ont été fermées et plus de deux millions d’emplois (près de 40 % de la main-d’œuvre agricole) ont été perdus.

Les projets désastreux menés par le ministère du Jihad agricole en coopération et coordination avec le CGRI ont été la principale cause de la destruction de l’agriculture iranienne, notamment à travers :

Le pillage des ressources en eau agricole du pays par les Gardiens de la révolution ;

Les projets destructeurs des gardiens de la révolution, y compris les colonies illégales, ont conduit à la destruction de vastes terres agricoles ;

Manque d’installations et d’infrastructures de base dans les villages ;

Manque de soutien gouvernemental aux agriculteurs, en particulier les coûts élevés des matériaux et des machines et des divers engrais et carburants ;
Importation excessive de produits agricoles et alimentaires par des responsables, des organes et des hommes d’affaires affiliés aux mollahs, dans le but de piller les revenus pétroliers ;

Manque de soutien aux agriculteurs et aux produits nationaux et élimination des subventions, ce qui a entraîné une augmentation des coûts de production et une réduction du pouvoir de concurrencer ;

Le réseau répressif Basij qui, avec la mafia de la distribution, pille les ressources des agriculteurs démunis ;

Non-paiement des créances des agriculteurs, en particulier des producteurs de blé.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe