samedi, février 20, 2021
Accueil Communiqués CNRI Communiqués CNRI: Iran Résistance Les Iraniens exhortent les puissances occidentales à demander des comptes au régime...

Les Iraniens exhortent les puissances occidentales à demander des comptes au régime criminel

Conférence en ligne du CNRI le 10 novembre 2019

Mardi dernier, le Conseil national de la résistance iranienne a organisé une conférence en ligne pour marquer la première anniversaire du soulèvement de novembre 2019, marqué par le rôle déterminant des « unités de résistance ». Le soulèvement comportait des appels à un changement de régime et la conférence a cherché à démontrer que la répression gouvernementale qui en a résulté n’a pas entamé la conviction ferme de la population du pays de s’affranchir du joug islamiste des mollahs.

Certains participants à cette conférence ont comparé la résistance du peuple iranien à celle d’autres peuples qui ont triomphé du régime tyrannique dans le passé. Parmi eux se trouvait Zamaswazi Dlamini-Mandela, petite-fille de Nelson Mandela, qui a déclaré que «l’horrible crise que le peuple iranien a dû endurer me rappelle la lutte de mes grands-parents pendant la période d’apartheid en Afrique du Sud».

Elle faisait référence non seulement aux meurtres et aux arrestations violentes qui étaient commémorées par la conférence de mardi, mais aussi à un modèle sous-jacent de répression qui a conduit l’OMPI à répertorier plus de 120000 martyrs de la cause de la démocratie. Environ un quart a été tué en quelques mois à peine en 1988, lorsque les autorités du régime ont systématiquement exécuté des prisonniers politiques fidèles aux idéaux démocratiques de l’OMPI.

Le massacre a établi une première référence pour le type de brutalité que le régime iranien serait prêt à utiliser dans le cadre de ses efforts pour éradiquer la dissidence. Mais en fin de compte, il a également fourni une première étude de cas sur la résistance du peuple à une telle répression. Le massacre de de l’OMPI a été suivi par une revendiqué de victoire par le régime qui a commencé à dépeindre l’opposition comme les restes désorganisés d’une «secte». En fait, l’OMPI a non seulement survécu au massacre, mais a progressivement gagné en popularité et en force organisationnelle, comme en témoigne sa direction du soulèvement de novembre 2019 et d’un autre soulèvement similaire en janvier 2018.

De tels incidents sont hautement symboliques pour les partisans de la Résistance iranienne. Mais ils servent également à rappeler à ces partisans le potentiel pour les autorités du régime de se rapprocher des extrêmes de la répression qu’ils avaient montrés en 1988. Le soulèvement de l’année dernière a abouti à l’une des répressions à court terme les plus sévères contre la dissidence que l’Iran ait connue. En l’espace d’environ une semaine seulement, le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) a supervisé les assauts contre des foules de manifestants qui ont fait environ 1 500 morts.

Selon les registres de l’hôpital et les rapports de témoins oculaires rassemblés par l’OMPI, 4 000 autres manifestants pacifiques et passants ont été gravement blessés et 12 000 personnes ont été arrêtées. En septembre, Amnesty International a publié un rapport qui détaillait certaines des tortures que ces personnes arrêtées ont subies et subissent encore. Les exemples incluent les coups, les flagellations, les décharges électriques, les positions de stress, la violence sexuelle et le refus d’accès à un traitement médical. Cette dernière tactique est particulièrement préoccupante à un moment où Covid-19 ferait rage sans contrôle dans le système pénitentiaire iranien.

Rapport d’Amnesty International sur l’Iran (septembre 2020)

À l’époque du rapport d’Amnesty, Téhéran a ouvertement montré son mépris pour les préoccupations internationales concernant les droits de l’homme, en procédant à l’exécution d’un athlète populaire qui avait fait l’objet d’appels internationaux à la clémence et au réexamen de son dossier fallacieux et politiquement motivé. Malheureusement, depuis lors, rien n’indique que la communauté internationale ait l’intention de tenir le gouvernement iranien responsable de cette violation des droits de l’homme ou d’autres. Et cette inaction a été à juste titre fustigée dans de nombreux discours lors de la conférence de mardi dernier.

Des personnalités comme Dlamini-Mandela ont observé que Téhéran avait apparemment bénéficié de l’impunité à tant d’occasions que «les crimes contre l’humanité… se sont normalisés en Iran». Ingrid Betancourt a appelé la communauté internationale à condamner les meurtres durant le soulèvement de novembre dernier. Mais elle a immédiatement ajouté que «dénoncer ne suffit plus», avant de souligner certaines mesures spécifiques que la communauté internationale pourrait adopter pour mettre plus de pression sur le régime iranien et l’empêcher de massacrer son propre peuple face à la dissidence.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe