dimanche, mai 9, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran RésistanceNorouz de solidarité avec le peuple iranien et sa résistance

Norouz de solidarité avec le peuple iranien et sa résistance

Conférence en ligne en présence d’élus et de personnalités de France – Auvers-sur-Oise

Maryam Radjavi : La société iranienne est un baril de poudre qui peut exploser à tout moment

Le peuple va boycotter la farce présidentielle du régime. Il demande une république pluraliste et démocratique

Le 27 mars, à l’occasion de Norouz, le Nouvel An persan, en solidarité avec le peuple iranien et sa Résistance, une conférence en ligne a été organisée avec la participation de Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, à sa résidence d’Auvers-sur-Oise, et des dizaines de personnalités et d’élus français.

Parmi les intervenants et les participants on peut citer Gilbert Mitterrand, président de la Fondation Danielle Mitterrand-France Libertés et ancien député, Michèle Alliot-Marie, plusieurs fois ministres, Rama Yade, ancienne secrétaire d’Etat aux droits de l’homme, Ingrid Betancourt, ancienne candidate à la présidence colombienne, Alain Vivien, ancien secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, Mgr Jacques Gaillot, Yves Bonnet, Préfet honoraire et ancien directeur de la DST, Jean-Pierre Béquet, ancien député et ancien maire d’Auvers-sur-Oise, Jean-François Legaret, ancien maire de Paris 1er et conseiller régional d’Ile de France, Alain Néri, ancien sénateur, François Colcombet ancien député et magistrat, les anciens députés Emile Blessig, Jean-Philippe Maurer, l’ancienne eurodéputée Anne Ferreira, Me Dominique Attias présidente de la Fédération des Barreaux d’Europe, les maires actuels et anciens Sylvie Fassier, Armand Jacquemin, Jacky Duminy, Jean-Pierre Muller, Jean-Claude Jegoudez, Guy Schmidtt, Brigitte Allain, Jean-Louis Delanoy, Claude Krieger, Bruno Macé, Gilbert Marsac, Jacques Feyte, Emmanuel Couesnon, et Jean-Louis Testud. Les avocats de renom Henri Leclerc, William Bourdon et Gilles Paruelle. Le président des Nouveaux droits de l’homme Pierre Bercis, le recteur de la mosquée d’Evry Khalil Merroun, le président du Conseil des musulmans du Val d’Oise Sadek Abrous, le secrétaire du Conseil des imams de France Cheikh Dhaou Mesquine et des dizaines d’autres soutiens français de la Résistance iranienne.

Dans son intervention, Mme Radjavi a dénoncé comment le régime se sert de du taux de mortalité et des difficultés engendrés par le coronavirus pour paralyser la population et l’empêcher de se révolter. Elle a ajouté que malgré la crise sanitaire, la société a exprimé plusieurs fois sa colère et sa révolte dans les émeutes des prisons et dans les protestations de toutes les couches sociales. La presse officielle compare la société à un baril de poudre qui pourrait exploser à tout moment. Le peuple iranien veut boycotter la soi-disant élection présidentielle parce qu’il veut une république libre et démocratique.

Elle a parlé d’une vague immense de jeunes qui a rejoint la résistance et du développement des unités de résistance et de leurs activités dans tout le pays, malgré les arrestations massives. Elle a ajouté que la politique du régime pour diaboliser la Résistance à l’intérieur de l’Iran n’a pas réussi. Récemment, le ministre du renseignement qui utilise les méthodes de la Gestapo a dû reconnaitre que les programmes télévisés diffusés contre les Moudjahidine du peuple (OMPI/MEK) sont financés et produits par son ministère.

La présidente élue du CNRI a rappelé le verdict rendu par le tribunal d’Anvers en Belgique contre un diplomate du régime, Assadollah Assadi. L’enquête judiciaire a prouvé que cet acte terroriste a été planifié par le ministère du renseignement des mollahs et qu’il a été mené en totale coopération avec le ministère des affaires étrangères. La survie de la dictature religieuse dépend de la répression en Iran et de l’exportation du terrorisme et de son ingérence dans les pays du Moyen-Orient, a-t-elle souligné. Deux mois après l’arrivée du nouveau président américain, le régime a intensifié ses violations de l’accord nucléaire. Cela montre qu’il n’a jamais renoncé à obtenir la bombe atomique.

S’arrêtant sur la bonne politique à conduire vis-à-vis de la dictature religieuse, Mme Radjavi a souligné que la France peut jouer un rôle important contre les politiques néfastes du régime iranien dans la région et son programme nucléaire et de missiles.

La société iranienne est en état d’ébullition. Faire des concessions aux mollahs sous n’importe quel prétexte les encourage au terrorisme et à réprimer davantage le peuple iranien. Le peuple iranien attend de la France et de l’Union européenne qu’elles agissent contre l’appareil terroriste du régime iranien en Europe. Le peuple iranien attend de l’Europe qu’elle adopte une politique de fermeté avec ce régime et soutienne son désir de droits humains et de démocratie, et ferme les ambassades de ce régime en Europe qui facilitent ses actions terroristes et qu’elle expulse ses agents.

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 27 mars 2021

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe