mercredi, juin 23, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran RésistanceReportage en direct : Sommet mondial du CNRI pour un Iran libre

Reportage en direct : Sommet mondial du CNRI pour un Iran libre

Le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) organise son sommet annuel « Iran Libre » en soutien au soulèvement du peuple iranien pour renverser le régime corrompu et criminel.

Le sommet en ligne relie des rassemblements simultanés dans les principales villes d’Europe, des États-Unis et d’Australie, et il y a plus de 30 000 points de connexion pour les participants. Il s’agit du plus grand rassemblement en ligne de ce type en faveur d’un Iran libre.

En raison de la pandémie du COVID-19, le « Sommet mondial pour un Iran libre » de cette année s’organise en ligne. Mais il a permis de réunir les partisans d’un Iran libre de plus de 100 pays sur les cinq continents. La Résistance iranienne, y compris ceux qui veulent renverser la théocratie au pouvoir en Iran et à Achraf 3, en Albanie, où se trouvent des membres de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), y participent et il y a un décalage horaire de près de 17 heures entre les participants.

Près de 1 000 personnalités, hommes politiques et parlementaires des cinq continents participeront à ce rassemblement en solidarité et en soutien à la quête de liberté du peuple iranien. Parmi les orateurs figureront Stephen Harper, ancien Premier ministre du Canada, le maire Rudy Giuliani, le sénateur Joe Lieberman, Michèle Alliot-Marie, Giulio Terzi, John Baird et Anna Fotyga, respectivement anciens ministres des Affaires étrangères de France, d’Italie, du Canada et de Pologne, et ancienne ministre américaine des Affaires étrangères. Michael Mukasey, ancienne ministre français des Droits de l’homme, Rama Yade, les ambassadeurs Robert Joseph, Lincoln Bloomfield et Kenneth Blackwell, des dignitaires tels qu’Ingrid Betancourt et Linda Chavez, et des représentants des Parlements européen, allemand, français et italien.

Maryam Radjavi à Achraf 3, 17 juillet 2020: mémorial pour les manifestatnts insurgés d’iran

Cette page présente un reportage en direct de cet événement. Son contenu sera mis à jour tout au long de la journée :

10H00

Mohamed Askar, ministre des Droits de l’homme du Yémen :


« Le régime des mollahs a pris le contrôle du gouvernement légitime du Yémen et des institutions établies. Téhéran a mené une guerre contre le peuple yéménite en incitant les Houthites à la violence et à la guerre. Le Yémen est maintenant en état de crise humanitaire.

« La menace que le régime des mollahs fait peser sur le Yémen et la région est une menace existentielle. Ce régime a créé des milices basées sur des affiliations sectaires, tuant des centaines de milliers de Yéménites. Tant que ce régime existera, il constituera une entrave contre les droits humains et la démocratie, et ses ambitions s’étendent à toute la région.

« La communauté internationale doit mettre fin aux pratiques de ce régime. Le peuple iranien mérite un gouvernement démocratique qui respecte ses droits et ses voisins. Mme Radjavi, vous êtes notre inspiration et celle de tous les militants des droits de l’homme. »

Bassam al-Amoush, ancien ministre jordanien du Développement administratif et ambassadeur en Iran :

« Ce régime n’opprime pas seulement le peuple iranien, mais le monde entier. Nous voulons que le peuple iranien vive en liberté. Le régime est un ennemi de l’humanité et un dictateur. L’argent du peuple iranien est dépensé pour le Hezbollah. Nous devons aider le peuple iranien à changer le régime pour rendre l’Etat respectable pour son peuple et pour  qu’il puisse aussi avoir des relations normales avec ses voisins. Nous sommes avec vous dans ce combat. »

10H00

Sarah Jarábiková, étudiante et militante des droits humains, de Slovaquie :

« Je suis ici pour dire aux braves gens en Iran que nous vous entendons et que nous sommes avec vous et les Unités de Résistance. Nous devons travailler ensemble pour apporter le changement. Battons-nous pour la jeunesse iranienne qui est dans les rues de l’Iran et dans les prisons. Nous pouvons et devons changer l’Iran ensemble. »

Le sénateur italien Roberto Rampi :

« Cette conférence est une démonstration de la force de la Résistance iranienne. Nous croyons tous en la possibilité d’avoir un Iran libre. Nous avons besoin d’un Iran libre pour de nombreuses raisons. L’histoire de l’Iran est grande et puissante, et la culture est forte. Mais aujourd’hui, le terrible régime a rendu impossible toute collaboration avec d’autres pays.

« Je demande aux Nations unies, à l’Union européenne et à mon pays d’être plus fermes sur l’idée que les droits humains, qui doivent être préservés dans le monde entier, doivent également être préservés en Iran. Nous devons aussi aider le peuple iranien face à un régime des mollahs oppressif et qui est aussi très dangereux pour le monde, car il parraine le terrorisme international.

« Nous croyons que nous aurons bientôt un Iran libre. Merci pour tout ce que vous faites. Vous avez mon soutien et le soutien de nombreuses personnes en Italie et au Parlement italien. »

9:H30
Rama Yade, ancienne ministre française des Droits de l’homme :

« Ce rassemblement montre la détermination du CNRI à poursuivre son combat malgré les conditions exceptionnelles. Cette organisation prouve qu’elle a les moyens techniques, logistiques et la capacité de mobiliser pour le rêve d’un Iran libre et démocratique. C’est le moteur de cet événement sans précédent. La justice, la liberté, la démocratie, c’est ce que nous demandons ici aujourd’hui.

« La Résistance iranienne est un acteur majeur, une clé de la solution. La communauté internationale doit le reconnaître. L’Europe doit se tenir à vos côtés. L’UE doit condamner les violations des droits humains en Iran et elle doit conditionner les échanges commerciaux avec l’Iran à la fin des violations des droits de l’homme. Elle doit soutenir le peuple iranien dans son désir de liberté et d’un État fondé sur la séparation de la religion et de l’État. C’est une question de moralité, mais c’est aussi une question de sécurité pour nous tous et pour la région. Nous ne sommes pas de doux rêveurs. Nous voulons que nos citoyens aient des emplois, que nos commerçants aient des contrats. Mais nous savons que nous n’obtiendrons rien de tout cela en baissant le drapeau des droits de l’homme. Nous devons nous ranger du côté de l’humanité. Si nous ne réagissons pas, les héros de la Résistance qui ont tant sacrifié seront seuls. »

Gilbert Mitterrand –   Président de France Libertés-Fondation Danielle Mitterrand:


Le régime des mollahs en Iran est une dictature qui gouverne par la terreur et le déni de la valeur de la vie humaine. Il massacre, comme ce fut le cas en 1988, mais il réprime, emprisonne, torture , et exécute aussi au quotidien.

Il tue dans la rue, comme en novembre dernier, où 1500 manifestants étaient abattus sommairement ; il tue dans les prisons où les couloirs de la mort regorgent de prisonniers politiques condamnés mort après torture et aveux forcés, sous l’accusation forgée par les mollahs de « guerre contre Dieu ».

Ainsi, encore à l’aube de ce 14 juillet, le régime iranien a exécuté deux prisonniers politiques kurdes à la prison d’Oroumieh. Ils étaient depuis 7 ans dans le couloir de la mort.

Ainsi, mercredi dernier, peine de mort pour trois manifestants du soulèvement de novembre dernier ; et le 8 juillet, pendaison d’un jeune prisonnier …pour avoir consommé de l’alcool.

Les iraniens manifestent massivement ces dernières années leur refus de cette théocratie despotique.

LES MOLLAHS GOUVERNENT PAR LA TERREUR PARCE QUE LA PEUR EST DANS LEUR CAMP, redoutant un autre soulèvement populaire qui les balayera.

Demander à chaque fois à la Haute-commissaire aux droits de l’homme, de prendre des mesures contre le régime religieux en Iran ne suffit plus.

CET IMMENSE MEETING D’AUJOURD’HUI PROPOSE UNE ALTERNATIVE pour des valeurs universelles, notamment l’abolition de la peine de mort, des élections libres, l’égalité des femmes, des religions et des ethnies, la séparation de la religion et de l’Etat, et une politique étrangère fondée sur la coexistence pacifique et un Iran non nucléaire.

C’est pourquoi nous soutenons le plan en 10 points que propose Maryam Radjavi pour l’Iran libre de demain.

La députée canadienne Judy Sgro :

« Votre courage et votre dévouement sont plus que jamais évidents. Nous avons tous vécu la campagne de diabolisation de votre mouvement. Au Canada, nous avons eu notre part d’atrocités commises par le régime contre nos citoyens.

« En continuant à reconnaître le formidable leadership de Madame Radjavi, les sacrifices ne seront pas vains. La victoire est proche. Joignons nos voix à celles des jeunes qui scandent que la liberté est notre droit inaliénable. »

Luis Reit Ramos – Membre de l’Assemblée de la République Protugaise, Président de la Commission sociale — Vice-président du PPE au Conseil européen :

« Le peuple iranien a été laissé seul face à la pandémie du Coronavirus alors que les mollahs disposent de milliards de dollars. La situation est très différente de celle des autres pays. Pourquoi l’OMS reste-t-elle silencieuse ? Pourquoi ne fait-elle rien pour le peuple iranien ? J’espère que l’OMS et le Rapporteur spécial de l’ONU agiront…. Mme Rajavi, nous sommes avec vous. »

 

Zinat Mirhashemi, membre du CNRI, rédactrice en chef de la publication Nabard-e-Khalq de l’Organisation des Fedayin du Peuple d’Iran :

« Khamenei essaie d’utiliser la situation du Coronavirus pour sauver son régime. Mais la Résistance iranienne et l’opposition organisée ont réussi à résister. Le régime a utilisé la politique de complaisance Occidentale pour préserver son pouvoir et continuer à faire pression sur le peuple iranien.

« Les soulèvements de ces dernières années prouvent que les puissances du mal vont disparaître. Le peuple s’est levé contre cette dictature. Le drapeau du renversement du régime qui a été hissé par le CNRI est aujourd’hui entre les mains de milliers d’hommes et de femmes à travers l’Iran.

« La seule demande que nous adressont aux puissances mondiales est de rester fidèles aux principes des droits humains et aux normes internationales et de ne ni aider ni complaire avec le régime. »

Ahmad Jar Allah, rédacteur en chef du journal Al-Siyasa :

« Nous avons hâte de voir le jour où Mme Radjavi et cette grande opposition prendront la tête de l’Iran. Nous voyons de nombreuses personnalités participer à cette conférence et soutenir la Résistance iranienne. Le régime utilise le terrorisme pour poursuivre son règne néfatse. Nous ne pouvons pas faire confiance à ce régime avec des armes nucléaires. Le peuple iranien mérite de vivre dans la paix et dans la liberté.

« Ce régime fait du trafic de drogue, blanchit de l’argent et assassine ses opposants… Nous avons hâte d’assister à la chute de ce régime. Je souhaite à l’opposition tout le succès possible. »

Ingrid Betancourt, ancienne candidate à la présidence de la Colombie :

« Je salue tous les combattants de la liberté en Iran qui prennent des risques pour mettre fin à la tyrannie des mollahs. On leur a dit très jeune que le monde est leur ennemi. Mais cette conférence montre que le monde entier est uni pour vous, pour soutenir votre lutte, pour vous dire que vous n’êtes pas seul, que nous vous admirons.

« Les mollahs veulent convaincre le peuple iranien qu’il n’y a que des ennemis. Derrière tout cela, il y a la cupidité et la corruption. La guerre est très importante pour faire le voile sur la corruption. Les mollahs utilisent la guerre pour voler à la jeunesse iranienne leur temps, leur chance, leur prospérité. Ils se servent de Dieu pour faire le mal. Nous sommes témoins de ce mal chaque jour. Mais nous sommes également témoins d’un phare de lumière. Ce qui m’impressionne aujourd’hui, c’est qu’avec cette diffusion numérique dont nous sommes témoins à travers ce sommet mondial en ligne, nous sommes unis, et la voix qui nous unit est Maryam Rajavi. Elle mène la lutte pour la démocratie en Iran.

« La raison pour laquelle nous sommes tous unis à travers le monde, de tous les horizons idéologiques, de toutes les cultures et religions autour de Maryam est que nous croyons qu’elle est la seule à pouvoir garantir au peuple iranien qu’il ne sera pas trahi à nouveau. Ce serait un désastre s’il n’y avait personne pour guider l’énergie pour la liberté et la justice du peuple iranien.

« Maryam a dit dans son discours qu’elle ne s’accrochera jamais au pouvoir. Ce n’est pas une lutte pour le pouvoir, c’est une lutte pour la démocratie, avec des principes et des valeurs.

« Il y a deux jours a commencé le procès d’Assadollah Assadi, qui a essayé de nous tuer tous lors du rassemblement de Paris [2018]. Cette tyrannie voulait faire exploser une bombe pour pour s’accrocher impunément au pouvoir et à la cupidité. Nous sommes tous ensemble pour mettre un terme à cette folie. Assadi était le principal planificateur du complot. C’est un terroriste, il se couvrait en tant que troisième consul de l’ambassade iranienne, mais les gouvernements européens savaient déjà qu’il était un terroriste et le suivaient. Ce complot sophistiqué a été neutralisé à la dernière étape.

« Il a été prouvé que Khamenei a personnellement ordonné l’attaque. Selon des sources officielles, la réaction du gouvernement français a été loin d’être significative. Le régime n’a pas ménagé ses efforts pour arrêter le procès d’Assadi. Il a pris des otages, des ressortissants européens, des Français et des Britanniques pour négocier. Cela a créé une douleur énorme pour les familles de nos citoyens. Nous sommes les victimes potentielles de la folie des mollahs. Nous ne nous contenterons pas de moins que de traduire en justice tous les auteurs de ces crimes.

« Les mollahs doivent être tenus responsables de ce complot. De la même manière, nous ne nous contenterons pas de moins pour obtenir la liberté de l’Iran. Nous soutenons le plan en dix points de Maryam Rajavi, que je salue et admire en tant que leader. Nous sommes prêts, et nous allons trouver un moyen d’apporter la liberté à l’Iran et de faire juger ces auteurs. »

21H00
Le député canadien James Bezan :

« Vous avez mon soutien total, ainsi que celui de dizaines de milliers d’autres personnes, dans votre lutte pour la liberté et la démocratie en Iran. Le Canada peut et doit faire plus pour défendre la liberté et la démocratie en Iran et tenir le régime de Khamenei responsable de ses crimes.

« Je dis ma sympathie à tous ceux qui ont été touchés par le virus et l’incident de l’avion ukrainien. Nous ne devons pas permettre au régime d’échapper à ses responsabilités. Il faut geler les avoirs des responsables du régime qui sont responsables de l’abattage de l’avion. Désigner les Gardiens de la révolution (pasdaran) comme une organisation terroriste. Mettre fin aux relations diplomatiques avec le régime. La complaisance doit cesser.

« Tenir le régime responsable et le sanctionner est nécessaire pour le terrorisme permanent des mollahs et le massacre des dissidents de 1988. Ils ont massivement pris pour cible des dizaines de milliers de membres et de sympathisants de l’OMPI. Khamenei et les membres du cabinet du régime doivent être tenus pour responsables de leurs crimes.

« Je tiens à remercier Mme Maryam Rajavi. Vous êtes une source d’inspiration pour chacun d’entre nous. Il est dans notre intérêt de voir un Iran libre dans notre génération. J’ajoute ma voix à celle de centaines de mes collègues ici et dans le monde entier. »

Ad Melkert, ancien dirigeant du Parti travailliste néerlandais et ancien Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU :

La campagne pour la justice et la solidarité se poursuit. Le régime a laissé le peuple livré à lui-même dans la crise du Coronavirus. Il a laissé le peuple dans l’ignorance à ce sujet pendant un mois. Le Guide Suprême possède des centaines de milliards de dollars mais n’aide pas son peuple pour combattre la pauvreté et la crise du coronavirus.

Ceux qui se sont levés lors des manifestations sont sévèrement persécutés et risquent d’être exécutés. Il est temps d’élever notre voix en faveur du peuple iranien. Je soutiens vos efforts pour un Iran libre.

La sénatrice américaine Kelly Ayotte :

« Le peuple iranien mérite d’être libéré de l’oppression et de la tyrannie des mollahs. Nous sommes aux côtés du peuple iranien. Nous nous joignons à eux pour dire haut et fort que les mollahs doivent partir. Le peuple mérite un gouvernement qui soutient la sécurité et assure la santé pour tous.

« Je tiens à remercier Madame Rajavi et le CNRI pour le courage dont ils ont fait preuve en s’opposant à la tyrannie des mollahs. Le peuple iranien a dit au régime que le jeu est maintenant terminé. Nous nous souvenons et honorons le fait que le peuple iranien a mis sa vie en danger. Au peuple iranien, nous ne laisserons pas vos voix se taire.

Je tiens à remercier Mme Rajavi pour son leadership et pour avoir pris la parole au nom de trois étudiants condamnés à mort pour s’être levés contre les mollahs et pour le droit de tous les Iraniens à exprimer leur opinion. Il est temps pour tous les pays du monde d’affronter les mollahs et de soutenir le droit du peuple iranien à être libéré de la tyrannie et à vivre dans la paix et la prospérité.

John Perry, ancien ministre irlandais

« Le CNRI est capable de conduire le peuple iranien à la liberté et d’apporter un changement démocratique en Iran. J’exhorte le gouvernement irlandais à soutenir la prolongation de l’embargo sur les armes imposé par les Nations unies à Téhéran. Le gouvernement irlandais devrait prendre l’initiative au niveau de l’ONU et faire pression pour la réimposition de sanctions internationales contre le régime des mollahs. »

20H45
Sid Ahmed Ghozali, ancien Premier ministre de l’Algérie :

« Le régime des mollahs essaie de contrôler la société par la violence. Le fossé entre le peuple et le gouvernement s’est creusé de plus en plus. L’Iran a une alternative, le CNRI. Le peuple iranien a une grande opportunité dans le plan en dix points présenté par la résistance iranienne pour un Iran libre. Je voudrais vous renouveler mon amitié. »

Reza Fallah, ancien prisonnier politique iranien :

Le seul Etat qui s’enorgueillit de son terrorisme est le régime des mollahs. Aujourd’hui, les Unités de Résistance de l’OMPI font trembler le sol sous les pieds des mollahs. C’est pourquoi le régime fait de gros efforts pour discréditer la Résistance iranienne.

Nous sommes d’anciens prisonniers politiques qui ont subi la torture du regime et nous dénonçons la campagne de diabolisation de l’OMPI par ses agents. Nous continuerons nos efforts jusqu’au renversement de ce régime honni.

8H00

Robert Joseph, ancien sous-secrétaire d’État américain pour le contrôle de l’armement et à la sécurité internationale :

« La fin de la dictature religieuse est proche. L’économie est en sursis et le régime n’a nulle part où se tourner. Les mollahs savent qu’ils ont perdu toute légitimité. Le peuple iranien est la principale menace pour le régime tyranique. Les massacres sont des actes désespérés d’un régime moribond. Les mollahs savent que le peuple ne leur pardonnera jamais le rôle qu’ils ont joué dans la mort tragique des fils du pays infectés au Coronavirus.

« Alors que nous nous préparons à la fin du régime, la réponse des mollahs est plus de corruption et plus de répression. Notre  réponse doit être plus de pression. Nous ne devons pas donner au régime une autre bouée de sauvetage. Nous devons couper l’accès aux armes en prolongeant l’embargo sur les armes contre Téhéran.

« Nous le devons aux martyrs et à l’avenir. Nous devons soutenir la Résistance démocratique. Nous savons que le changement de régime doit venir de l’intérieur et qu’il viendra de l’intérieur. Mme Rajavi à travers le plan en dix points, fournit un plan d’action viable pour un Iran libre et démocratique.

« Mme Rajavi, je suis avec vous. »

8H00

James Conway, 34e commandant du corps des Marines des États-Unis :

« Le régime a eu une année difficile. Aucun autre pays ne tue ses citoyens lorsqu’ils descendent dans la rue pour protester, mais le régime n’a aucun pitier pour son peuple en détresse.

« Le CNRI a beaucoup fait au fil des ans pour corriger ce qui se passe en Iran et apporter la démocratie… Ne vous découragez pas. Ne perdez pas la foi. »

John Prichard, évêque de l’Eglise d’Angleterre

« Le régime balaie les membres de la communauté chrétienne iranienne. Nous nous faisons l’écho de nombre de nos collègues et appelons notre gouvernement à demander des comptes au régime pour ses violations des droits humains et à en faire plus au sein des organisations internationales des droits de l’homme pour mettre fin à l’impunité dont jouissent les auteurs de violations des droits humains en Iran. »

David JonesMembre de la Chambre des Communes britannique et ancien secrétaire d’Etat du Pays de Galles

« Nous appelons le gouvernement britannique à rester ferme contre le régime iranien. Maryam Radjavi est l’ambassadrice légitime du peuple iranien, et elle devrait être reconnue comme telle par le gouvernement britannique. »

Theresa Villiers, ancienne secrétaire d’Etat à l’Environnement et à l’Irlande du Nord et députée :

« Nous savons tous que la situation des droits de l’homme en Iran continue d’être épouvantable et l’urgence du Covid-19 s’y est ajoutée. La crise du Coronavirus est utilisée comme excuse pour intensifier la répression. La survie du régime semble être beaucoup plus importante pour eux que la lutte contre la pandémie.

« C’est une occasion cruciale de maintenir la pression sur ce régime barbare et répressif et d’envoyer un message de soutien et de solidarité au peuple iranien pour lui dire que nous partageons son objectif d’un Iran libre et démocratique. »

Linda Chavez,Linda Chavez, ancienne directrice des relation publique à la Maison Blanche:

« Nous avons vu des soulèvements à travers l’Iran. Des gens qui réclament une meilleure économie, mais aussi, et surtout, la liberté, pour pouvoir vivre dans un pays qui honore les libertés civiles. Nous avons vu les conséquences de la pandémie. Il y a des gens qui meurent chaque jour à cause de l’effondrement du système médical et de l’indifférence du régime. Même les efforts du régime pour construire des armes nucléaires s’effondrent.

« Il ne fait aucun doute que le régime s’effondre. Mais la question est de savoir qui va prendre sa place ? Nous savons de qui le régime a peur. Nous l’avons vu lors de la tentative de l’attentat à la bombe contre le rassemblement pour un Iran Libre de 2018 à Paris. Pourquoi le régime craint-il Mme Rajavi ? C’est pour la simple raison qu’elle défend l’idée de liberté.

« Je suis ici pour dire au régime, votre heure est venue. Vos jours sont comptés. Et ceux qui vous remplaceront le feront avec la force de leurs idéaux. »

 

Général Jack Keane ancien chef adjoint de l’Etat-major de l’armée américaine :

« Je soutiens pleinement votre mouvement de Résistance et votre quête de liberté. La campagne de pression maximale fonctionne. Le régime est plus faible que jamais. « Le peuple tient les mollahs pour responsables de ce qui se passe. L’élan se renforce. Nous pouvons le voir. Nous pouvons le sentir.

Hier, à Behbahan (une ville du sud de l’Iran), le peuple était dans la rue, scandant « Honte à toi Khamenei, quitte notre pays » et « nous sacrifions nos vies pour l’Iran ». C’est toujours inspirant pour nous tous. Ces gens ne veulent pas mourir, mais ils sont prêts à le faire pour l’avenir de leurs enfants et de leurs petits-enfants et de leur amour pour leur pays. C’est le véritable amour et l’honneur et cela ne peut jamais être considéré comme acquis.

« Au Etats-Unis, nous sommes inspirés par le courage exemplaire du peuple iranien et par le leadership de Maryam Radjavi. « Les mollahs, partez et laissez à l’Iran sa libérté. »

7H30

L’ancien directeur du FBI, Louis Freeh :

« Nous sommes tournés vers l’avenir. Nous poursuivons un objectif et franchissons de nouvelles étapes chaque jour. Et aujourd’hui, nous avons fait un nouveau pas dans cette direction.

Le vent fait bouger les forces de la liberté en Iran et le régime s’effondre. Le peuple en a assez de l’oppression du régime totalitaire.

Concernant les crimes du régime contre les membres de l’OMPI, M. Freeh a déclaré : « Quelqu’un doit prendre la décision de demander des comptes à ces criminels. Ce sont des crimes de la nature la plus grave. Ils sont du même calibre que ce qui s’est passé en Allemagne nazie et en Bosnie. Nous avons besoin d’un centre de documentation de classe mondiale pour rassembler les preuves. À un moment donné, ces personnes devraient être traduites en justice. Merci Madame Radjavi pour votre leadership.

 

Tom Ridge, ancien gouverneur de Pennsylvanie et ministre américain à la sécurité intérieure :

« Les hommes et les femmes d’Iran recherchent le bonheur. Nous devrions considérer ce que nous avons accompli aujourd’hui. Nous disons au régime et au peuple iranien et aux peuples du monde que nous sommes aux côtés de Maryam Radjavi et de l’objectif du changement de régime en Iran.

Le Covid-19 n’a pas pu dissuader le monde de se rassembler pour la cause de la liberté en Iran. Si une pandémie mondiale n’est pas suffisante pour nous faire taire afin de nous empêcher de nous rassembler et de soutenir la liberté, alors les mollahs ne peuvent pas le faire non plus. Pendant des décennies et des décennies ils ont emprisonné et torturé des milliers  de vos concitoyens pour bâillonner l’appel à la liberté, au changement de régime, et ils ont échoué.

Ils continueront à échouer, leur emprise oppressive s’affaiblit chaque jour. La voix de la liberté se fait chaque jour plus forte. Et ce rassemblement montre que le soutien mondial au CNRI et à l’OMPI s’accroît chaque jour davantage et j’attends avec impatience le jour où je pourrai me joindre à vous tous en Iran.

 

Michael Mukasey, le 81e Procureur général des États-Unis :

« Le régime des mollahs utilise depuis des années des agents dotés de pouvoirs diplomatiques pour perpétrer des actes terroristes. Les mollahs craignent le CNRI et la menace que le mouvement représente pour Téhéran.

« Le peuple iranien croit que le régime est entièrement pourri jusqu’à la moelle. Les sanctions les plus restrictives doivent être prises contre ce régime. Les efforts nucléaires du régime n’ont pas diminué et il continue de soutenir le terrorisme.

La seule façon de mettre fin au comportement du régime est de mettre fin à son règne.

Message de Sali Berisha, ancien Président et Premier ministre de l’Albanie :

« Ce sommet vous trouve, vous la Résistance, comme le seul véritable espoir de parvenir pour un Iran libre. Les actes de guerre psychologique des mollahs prouvent qu’ils sont plus faibles que jamais et plus proches de la fin qu’ils méritent.

Je suis fier de soutenir votre mouvement et que l’Albanie soit aujourd’hui votre seconde patrie. La rupture totale des liens diplomatiques avec le régime des mollahs est une étape nécessaire.

Lulzim Basha, ancien maire de Tirana, chef du Parti démocratique d’Albanie :

« Nous sommes engagés et solidaires des aspirations du peuple iranien pour la liberté. Le régime des mollahs a fait preuve d’une violence injustifiée contre son propre peuple et la communauté internationale doir réagir. L’événement d’aujourd’hui est le témoignage que la communauté internationale est unie contre la menace des mollahs.

« Nous nous opposons aux efforts terroristes du régime des mollahs sur notre sol. Nous soutenons l’objectif du peuple iranien pour un pays séculier, démocratique et non-nucléaire.

Nous sommes aux côtés du peuple iranien qui continue d’organiser des manifestations légitimes et pacifiques contre le régime. Nous sommes convaincus qu’un avenir meilleur est à portée de main pour le peuple iranien. Vous pouvez continuer à compter sur notre soutien total.

Pandeli Majko, ministre d’État, ancien Premier ministre de l’Albanie :

Les habitants d’Achraf 3 en Albanie, vous faites partie de notre famille. L’OMPI est le drapeau de la liberté future pour l’Iran et les membres de l’OMPI sont l’espoir de la liberté. Ils sont le drapeau de cette idéal de liberté. Aujourd’hui est un bon jour pour rappeler notre responsabilité. J’espère vous voir dans un Iran libéré du joug de l’oppression.

6H45 

Patrick Kennedy, ancien membre du Congrès américain :


Le virus de la théocratie au pouvoir en Iran a rendu le peuple iranien très malade et a déjà ôté des millions de vies. Il est important de l’éradiquer. Nous connaissons les principes du CNRI, de l’OMPI, ils fourniront le vaccin.

La liberté, les droits de l’homme, vont éteindre le terrible virus insidieux de la théocratie au pouvoir en Iran. C’est formidable que nous ayons des organisations comme le CNRI et l’OMPI pour y parvenir. C’est un combat de tous les êtres humains. Nous savons que l’Iran, en tant que principal État parrain du terrorisme, est une menace pour la justice et la paix partout dans le monde.

Michele Alliot Marie, membre du Parlement européen, ancienne ministre française des Affaires étrangères, de la défense, de la justice et de l’intérieur :

« Ce que nous avons en commun, c’est la volonté de défendre les valeurs humaines, la démocratie et la paix. C’est ce que nous voulons pour l’Iran. Nous voulons qu’ils bénéficient de la liberté…

« Nous sommes également inquiets parce que nous vivons dans un monde dangereux. Au Yémen, l’Iran joue un rôle dangereux. Nous voyons aussi l’affaire du terrorisme faire l’objet d’une enquête en Belgique, ce qui est une raison de s’inquiéter. C’est aux Iraniens de choisir leur gouvernement. Mais nous souhaitons qu’ils rejoignent le club des nations libres.

« En tant que femme, je veux voir les femmes iraniennes poursuivre leurs ambitions de citoyennes. Il est vraiment important d’avoir une porte ouverte pour les femmes au sein du gouvernement. J’admire ce que vous faites pour le peuple iranien et je vous souhaite de réussir. »

L’ancien Premier ministre canadien Stephen Harper :

En Iran, le régime et le virus se sont comme ligués contre le peuple iranien. Aucun pays n’a été aussi rapidement submergé par le virus. La priorité du régime est le soutien à son réseau de terreur et à son programme nucléaire.

Le régime de l’ayatollah a violé presque tous ses engagements au titre de la JCPOA. Mais le régime corrompu est moribond. Des manifestations de rue continuent d’éclater dans tout l’Iran.

Le régime est sur le point de tomber. Le CNRI a adopté un plan en 10 points. Je ne peux pas dire au peuple iranien qui devrait être son dirigeant. Mais ce plan en 10 points est un programme qui mérite d’être soutenu.

6 H 00 CEST

Khalid Yamani, ancien ministre des Affaires étrangères du Yémen :

« Je vous souhaite de réussir à vaincre la dictature et à libérer le peuple iranien de la dictature. La politique d’expansion du régime par le biais de ses forces terroristes est une violation extrême du droit international. Le régime des mollahs est une menace pour le peuple iranien et les intérêts des peuples de la région.

Le peuple du Yémen vous soutient contre cette dictature. Nous soutenons le plan en dix points de Mme Radjavi.

 

Newt Gingrich, ancien président de la Chambre des réprésentants américain :

D’une part, la dictature s’affaiblit. De l’autre, la pression exercée sur la dictature l’a rendue plus agressive en Syrie, au Liban et dans ses efforts pour obtenir des armes. Il y a ceux d’entre nous qui croient en la liberté et qui pensent que le peuple iranien mérite la liberté.

Je m’engage à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour aider le peuple iranien à avoir la liberté et la démocratie .

La sénatrice américaine Martha McSally :


« Il est important pour le peuple iranien d’avoir sa propre voix. La répression des manifestations en Iran a fait tant de victimes. La campagne de pression maximale sur le régime a fonctionné et a impacté ses activités terroristes et sa politique de destabilisation. Nous devons travailler avec nos partenaires européens et soutenir la campagne de pression maximale. Nous devons soutenir la prolongation de l’embargo sur les armes à destination de l’Iran.

« Nous sommes avec vous, nous sommes avec le courageux peuple iranien. Vous mettez tout en jeu pour votre droit à la liberté, donné par Dieu. »

Député américain Paul Gosar de l’Arizona:

Député américain Lance Gooden :

Les membres du Congrès américain vous soutiennent. Nous sommes tous d’accord pour dire que le peuple iranien mérite d’être libre et les mollahs doivent partir. Merci à Madame Radjavi pour tout ce qu’elle a fait. Je veux encourager les jeunes à poursuivre votre combat, à continuer la résistance. Vous n’êtes pas seuls. Le peuple américain est avec vous.

17H30 CEST

L’ancien sénateur américain Robert Toricelli :

Le peuple iranien nous parle, dans tout le pays. L’incapacité des mollahs à dire la vérité, même sur la destruction de l’avion de ligne ukrainien, en dit long. Peut-on vous faire confiance (aux mollahs) pour l’avenir d’une nation ?

« En Iran, il y a des dizaines de milliers de morts à cause de la pandémie alors que l’argent va aux attaques terroristes au Liban et au Yémen, pour construire une arme nucléaire. C’est ainsi que vous dépensez les ressources de votre pays ? Ce sont vos priorités ? La partie est terminé pour votre régime moribond.

L’ancien sénateur américain Joseph Lieberman :

« C’est un événement historique. Un tel événement ne se produit pas sans une organisation comme le CNRI, qui persiste à faire des choses que les autres n’essaient pas de faire. Aucune organisation ne réussit sans un leader fort. Cette organisation a un leadership des plus capables en la personne de Mme Maryam Radjavi.

« Je suis aux côtés de Maryam Radjavi. Il n’y a pas de meilleur allié que le CNRI. Y a-t-il un autre groupe d’opposition qui agit comme le CNRI en Iran ? Non.

« Ce que nous faisons en Amérique, ceux d’entre nous qui soutiennent si fortement le CNRI, est dans l’intérêt de la sécurité du peuple américain, dont la sécurité est menacée par le régime théocratique au pouvoir en Iran.

« La politique de pression maximale a affaibli le régime en Iran. Nous avons essayé [les négociations], mais cela n’a pas fonctionné, le régime continue de réprimer violemment le peuple, de voler ses richesses, de construire des missiles nucléaires. Nous sommes arrivés à un point où nous pouvons conclure qu’après tout ce qui a été tenté avec ce syndicat criminel, rien n’a fonctionné.

Le régime ne changera pas. Nous devons agir pour le changer. Cela viendra des résistants iraniens eux-mêmes. Nous devons nous tenir à leurs côtés et les soutenir. Je suis prêt pour ce jour-là. »

Rudy Giuliani, ancien maire de New York

« Ce rassemblement est destiné au peuple iranien, qui subit la tyrannie, pour lui faire savoir que son combat pour la liberté est soutenu dans le monde entier, au plus haut niveau. « Les Iraniens ont prouvé leur désir de liberté. Plus de 1 500 personnes ont été tuées par le régime. Le peuple iranien a clairement fait savoir au monde qu’il aspire à un Iran libre et démocratique, gouverné par la loi, dans lequel les femmes sont traitées sur un pied d’égalité que les hommes. Ce sont les objectifs de l’OMPI, du CNRI et de Maryam Radjavi.

« Malgré les meurtres, les protestations ne ralentissent pas. Elles deviennent de plus en plus importantes. La seule organisation qui a fait plus que toute autre pour libérer le monde du fondamentalisme est le CNRI. « Le CNRI est sous la direction de Maryam Radjavi, une femme qui force le respect de tous. Imaginez avoir une femme à la tête de l’Etat. Je pense que cela va complètement transformer le Moyen-Orient et le monde.

« L’OMPI est la force motrice du changement. C’est pourquoi le régime le craint. Les défenseurs du régime disent que l’OMPI et le CNRI n’ont pas une grande importance. Mais Khamenei et Rohani ont dit à plusieurs reprises que les seules organisations susceptibles de les remplacer sont le CNRI et l’OMPI. Il est étonnant que la presse Occidentale omet  cela.

 

Les activités des unités de résistance en Iran

L’événement comprenait les activités des Unités de la Résistance, qui envoient des clips vidéo enregistrés de divers points d’Iran, exprimant leur soutien au rassemblement et leur engagement à instaurer un régime démocratique dans l’antique pays.

Ces Unités de résistance prennent de grands risques, avec en toile de fond l’intensification des mesures répressives du régime contre les militants et les familles de l’OMPI.

 

Maryam Rajavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne

« Ce rassemblement fait entendre la voix de 40 années de résistance du peuple iranien contre la dictature religieuse et pour la liberté et la démocratie.
C’est la voix de la résistance organisée la plus grande et la plus longue de l’histoire de l’Iran qui livre une lutte extrêmement complexe et dangereuse avec un torrent de martyrs, notamment les membres des Moudjahidine du peuple massacrés en 1988 pour avoir refusé de renier leurs convictions, face à la tyrannie la plus sanguinaire.
Ce rassemblement est l’écho des soulèvements appelant au renversement des mollahs qui se sont succédés en décembre 2017 et janvier 2018 puis en novembre 2019 et janvier 2020. Le cri des insurgés qui a mis fin à la farce des « réformateurs contre conservateurs » qui ne servait qu’à préserver ce régime.
C’est la voix des unités de résistance et des villes insurgées qui tournent la page du désespoir, de l’incrédulité et de l’impuissance et qui apportent le message que tout est possible et qu’il faut le faire.

L’épidémie virulente de coronavirus a fait jusqu’à ce jour au moins 72.000 morts en Iran.
Je demanderai ici une minute de silence en mémoire de ces victimes innocentes.
Ce carnage a plus que jamais levé le voile sur la manière calamiteuse dont les mollahs ont détruit les fondations de la santé, de l’alimentation et du bien-être dans la société et ont rendu notre population plus vulnérable que partout ailleurs face au coronavirus.
Il ne faut absolument pas comparer la situation de l’épidémie de coronavirus en Iran avec celle des autres pays. Khamenei en mars dernier a dit clairement qu’il voulait faire de ce virus une occasion et une aubaine pour le régime.
Au nom de la Résistance iranienne, j’ai annoncé à plusieurs reprises que l’augmentation singulière des victimes du coronavirus en Iran est le résultat des politiques criminelles et du pillage de Khamenei et Rohani. Leur stratégie de pertes humaines massives vise à contenir le soulèvement et empêcher leur renversement, en rendant la société inerte et désespérée.

 

Les Unités de la Résistance expriment leur soutien au rassemblement pour un Iran libre

Avant l’événement, les Unités de la Résistance, un réseau interne des activités organisées par l’OMPI, ont annoncé leur soutien au Sommet mondial pour un Iran libre : L’Iran se lève pour la liberté.

Les Unités de Résistance de l’OMPI sont la clé du changement de régime en Iran.

MEK network support Free Iran Global Summit 2020, Maryam Rajavi & Ashraf 3 in Albania

Les Unités de la Résistance ont courageusement fait des graffitis dans les lieux publics et ont envoyé des messages personnels de soutien à Maryam Rajavi et au Rassemblement de 2020 pour un Iran libre. Les activités et les messages personnels des Unités de la Résistance ont exprimé haut et fort la détermination du peuple iranien à renverser le régime des mollahs et son désir d’un Iran libre et démocratique.

PMOI/MEK Resistance Units activities before the Free Iran Global Summit

4:00 H

Anna Fotyga, ancienne ministre des Affaires étrangères de Pologne, et membre du Parlement européen

« Les politiques européennes n’ont pas été entièrement couronnées de succès. Nous devrions être déterminés et faire preuve de plus de fermeté pour obtenir un changement en Iran. Je suis certaine que votre combat apportera succès et liberté à toutes les personnes vivant en Iran. Après tant d’années, vous retournerez dans votre pays et profiterez de la proximité de vos amis et des membres de votre famille.

3:30 H

Jean François Legaret, Maire du 1er arrondissement de Paris

« Nous soutenons vos efforts à Achraf 1, 2 et 3. Vous avez montré à tous dans le monde votre résistance et votre résilience face à la torture et aux massacres. Achraf 3 est la lumière au bout du tunnel, l’alternative démocratique. Nous espérons pour un Iran libre ».

Dr Matthew Offord, membre de la Chambre des Communes britannique


« 120 membres de la Chambre des Communes et des Lords de Grande Bretagne ont déclaré leur soutien aux protestations en Iran et au plan en dix points de Madame Radjavi.

« J’exhorte le gouvernement britannique à se joindre à la campagne de pression maximale contre le régime des mollahs. Le régime a dépensé des millions de dollars pour financer les campagnes terroristes. Nous devons également nous joindre à l’appel à la prolongation de l’embargo sur les armes contre Téhéran. Téhéran doit être privé des fonds dont il a besoin pour réprimer le peuple iranien et s’engager dans les actes terroristes.

« La communauté internationale doit se tourner vers le peuple iranien et vers Mme Maryam Radjavi. »

Philipe Gosselin, membre de l’Assemblée nationale française, vice-président de la commission du CPID:

« Comme tous les députés français membres du Comité Parlementaire français pour un Iran Démocratique je crois en un Iran libre, un Iran démocratique, un Iran respecté, un Iran où il ferait, enfin, bon vivre.

Cet Iran-là n’est pas seulement l’Iran de mes rêves, ou des vôtres, mais c’est surtout celui auquel vous travaillez, ardemment, et avec tant de ferveur depuis des années !
Il y a deux ans, en juin 2018, j’étais présent au grand rassemblement de Villepinte. Déjà, comme d’autres, je dénonçais alors les dérives et les exactions du régime des mollahs. Un attentat était déjoué le jour même, qui nous visait collectivement. Un diplomate était arrêté à l’étranger. La France en expulsait, elle-même, un autre à Paris.
Le diplomate arrêté sera bientôt jugé par la juridiction compétente en Belgique.

Tous ces liens entretenus par l’Iran démontrent, s’il en était besoin, les ambiguïtés du régime en place, faisant de Téhéran un Etat que l’on peut classer, hélas et à regret, parmi les états terroristes. Oui le régime actuel est une dictature religieuse implacable, que des événements récents soulignent avec encore plus de force :

– L’assassinat, c’est le terme qui convient, de 1500 manifestants lors des émeutes de novembre 2019,
– comme le crash d’un avion de ligne touché par des missiles de Pasdarans début 2020 et la mort de 176 passagers innocents.
– sans oublier des dizaines de milliers de morts dus à la mauvaise gestion du Covid…
sont autant de marqueurs d’un régime qui continue de survivre par la terreur, engloutissant aussi des budgets faramineux dans les domaines balistiques et nucléaires.

Plus que jamais, le temps est venu pour la France et pour l’Europe dans son ensemble, de tourner la page !

Plus que jamais le temps est bien venu d’être, sans retenue, au côté du peuple iranien, à vos côtés, et pour un Iran démocratique.

 

Theresa Payton, PDG de Fortalice LLC, Cybersécurité et renseignement

« Nous pouvons changer l’avenir de l’Iran et du monde. Le régime des mollahs est à la pointe de la cyber-guerre et nous devons l’arrêter. Il utilise ce front et les activités terroristes pour mener sa politique et réprimer ses citoyens. L’Iran a attaqué les infrastructures essentielles des pays du monde entier. Il se cache derrière de fausses personnalités et des cyber-opérateurs.

« Le régime répand la désinformation et les fakes news sur les médias sociaux. L’objectif de Téhéran est de diffuser des nouvelles positives sur le régime dans le cyberespace. Ils souhaitent influencer les médias pour discréditer l’opposition, notamment l’OMPI. [Téhéran] promeut son programme nucléaire, essaie de présenter son intervention en Syrie et en Irak comme humanitaire.

« Téhéran bloque les sites web et les réseaux de médias sociaux tout en traquant les appareils mobiles. Le peuple iranien et les manifestants doivent désormais faire preuve de créativité et d’ingéniosité pour faire entendre leurs voix.

« Les États-Unis doivent s’engager à faire face à la cyber-menace de l’Iran. Nous ne trouverons jamais une solution sans nous consacrer à une nouvelle approche:

• Une stratégie globale pour permettre aux citoyens de l’Iran de parvenir à un Iran libre

• Soutien financier et conseils d’experts pour des campagnes de médias sociaux visant à contourner le régime des mollahs et à promouvoir un changement de régime par le peuple iranien

• Si le monde agit maintenant, l’Iran et le monde prendront une voie plus positive.

 

Martin Patzelt, membre de la Commission des droits de l’homme du Bundestag allemand

« Quarante ans de crimes contre l’humanité et de corruption, à tuer et torturer les meilleurs éléments du pays. Aujourd’hui, notre rassemblement montre clairement que le peuple iranien veut du changement, veut la démocratie et les droits humains, il aspire à la richesse économique.

« Une révolution s’annonce en Iran. Le peuple iranien ne veut pas des mollahs. Les mollahs ne peuvent pas apporter un changement. Les mollahs doivent partir si nous voulons que les conditions cruelles en Iran changent.

« Le régime voulait que le peuple oublie l’OMPI. Mais le rôle actif de l’OMPI a empêché que cela se produise. Nous sommes avec vous et nous disons au monde que le peuple d’Iran doit pouvoir vivre en liberté.

« L’Allemagne et l’Union européenne doivent soutenir les forces du changement à l’intérieur de l’Iran et à l’étranger. Une alternative pacifique est disponible. La présidente Maryam Rajavi a un plan en dix points qui exprime l’espoir pour l’avenir de l’Iran. Un Iran libre serait un havre de sécurité et de paix pour tous dans le monde. La pluie et la violence passeront et le soleil de la liberté et de l’humanité brillera sur votre pays.
3:00 H

Zohreh Akhiani, ancienne Secrétaire général de l’OMPI (MEK) :

Dans son discours d’ouverture de la conférence, Mme Akhiani a déclaré : « Votre soutien est inestimable pour la cause du renversement de la théocratie au pouvoir en Iran. Cette conférence exprimera son soutien aux Unités de résistance et à Mme Maryam Rajavi.

Le Secrétaire général adjoint Rabie Mofidi :

Nous saluons les participants des cinq continents. Cette conférence montre comment l’unité peut apporter un changement en Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe