Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Le projet de loi pour de nouvelles sanctions contre le régime des mollahs en raison de son programme balistique doit être appliqué sans délai et de tous azimuts

Le projet de loi pour de nouvelles sanctions contre le régime des mollahs en raison de son programme balistique doit être appliqué sans délai et de tous azimuts

Le projet de loi pour de nouvelles sanctions contre le régime des mollahs en raison de son programme balistique est un pas nécessaire pour contrer le terrorisme et le bellicisme et doit être appliqué sans délai et de tous azimuts
Le guide suprême Ali Khamenei et son bureau et la plupart des organes du gouvernement sont impliqués dans les projets balistiques

La Résistance iranienne se félicite de l’adoption par la chambre des représentants des Etats-Unis, du projet de loi concernant le renforcement des sanctions contre le régime des mollahs et ses dirigeants, en raison du programme de production et de prolifération des missiles balistiques de ce régime.

Le programme balistique des mollahs qui est totalement sous contrôle du Corps des Gardiens de la révolution (CGRI), n’a d’autre objectif que le bellicisme et la domination des mollahs dans la région. Le dictature religieuse a consacré un budget important à ce programme alors que la majorité du peuple iranien vit en dessous du seuil de pauvreté. Ce programme est uniquement destiné à la survie du régime et va à l'encontre des intérêts les plus élémentaires du peuple iranien.

Le régime des mollahs dépense des milliards de dollars pour son programme de missiles alors que des villes iraniennes ont été le théâtre de manifestations d'une population indignée dont les richesses ont été pillées par le CGRI et d'autres entités répressives ou leurs salaires minima n'ont pas été payés depuis plusieurs mois. Les manifestants scandent "oubliez la Syrie, pensez à nous". 

La «Loi sur les missiles balistiques iraniens et l'application des sanctions internationales» autorise le gouvernement des États-Unis à imposer des sanctions à toute «agence ou un instrument du gouvernement iranien(... ) qui assiste à développer, acquérir des biens, des services ou des technologies qui contribuent concrètement aux efforts du gouvernement iranien concernant des matières, des services et des technologies liés au programme de missiles balistiques. » Selon cette loi, toute personne étrangère ou une agence ou un organisme d'un État étranger qui fournit sciemment un soutien matériel au régime iranien où une personne étrangère qui selon le président des États-Unis contribue sciemment à une transaction importante pour ces objectifs devrait être soumis à des sanctions.

Mettre l'accent sur le projet de missiles, en particulier sur la production et la prolifération des missiles balistiques, est l'une des priorités du CGRI par le biais de sa force aérospatiale, l'une des cinq branches du CGRI. Hassan Rohani a réitéré, le 13 octobre 2017, que le régime mettra davantage l'accent pour avancer son programme de missiles.

La mise en œuvre immédiate et complète de cette loi après son adoption par le Congrès américain et l'imposition de sanctions à tous les individus, entités, institutions et sociétés affiliés au programme de missiles du régime constituent un impératif urgent pour la paix et la tranquillité dans la région. En plus du CGRI, Khamenei, son bureau et la plupart des entités étatiques sont impliqués dans le programme de missiles du régime.

La législation visant à empêcher le Hezbollah libanais d'accéder au financement international qui a également été adoptée par la Chambre des représentants rend encore plus pressante la nécessité d'imposer des sanctions financières globales au CGRI, le Hezbollah faisant partie du CGRI et étant totalement contrôlé par lui. Dans un discours prononcé en juin 2016, Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, a reconnu que le groupe recevait tous ses fonds du régime iranien. Il a dit: « Nous sommes ouverts au fait que le budget du Hezbollah, ses revenus, ses dépenses, tout ce qu'il mange et boit, ses armes et ses roquettes, proviennent de la République islamique d'Iran ... Tant que l'Iran a de l'argent, nous avons de l'argent. "
Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne - Le 26 octobre 2017

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés