Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Echec des deux jours de négociations des 5+1 avec le régime iranien et nécessité d’adopter une politique de fermeté

CNRI - Comme l’avait prévu la Résistance iranienne, après des mois de perte de temps et d’écran de fumée de propagande, les négociations de deux jours des 5+1 avec la dictature religieuse en Iran ont échoué  sans aucun résultat. La suspension des négociations jusqu’à la fin du mois de janvier à Istanbul qui est la seule conséquence, s’inscrit dans deux mois de perte de temps dont on sait à l’avance l’aboutissement.

A la fin de ces deux jours de négociations, Saïd Jalili, secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale des mollahs, a déclaré avec arrogance et démagogie que le régime « ne négociera pas et ne discutera pas à Istanbul sur l’enrichissement d’uranium si les pressions continuent ». Une autorité européenne a déclaré ne pas avoir décelé de progrès dans les discussions d’aujourd’hui et que « vu le passé, on ne peut avoir beaucoup d’espoir ». Une autorité du gouvernement américain a souligné elle aussi les difficultés rencontrées lors des débats, disant que les six avaient fait pression pour que le régime iranien cesse l’enrichissement d’uranium, ce qui avait été rejeté par Saïd Jalili (Reuters 7 décembre).

Le refus de Mme Ashton de participer à une conférence commune avec Jalili, les déclarations des responsables américains et européens, et les propos stupides du représentant des mollahs, viennent une fois de plus prouver que les pourparlers et la souplesse avec ce régime moyenâgeux ne font que lui donner le temps dont il a besoin pour obtenir la bombe atomique.

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, avait dit avant la réunion de Genève que cela ne mènerait à rien et que ce serait voué à l’échec. Le seul résultat sera uniquement de donner davantage de concessions à un régime voué au renversement et qui a plus que jamais besoin de la bombe atomique pour rester au pouvoir. Elle avait souligné que la solution définitive est un changement démocratique par le peuple iranien et sa résistance, pour se débarrasser du cauchemar intégriste armé de la bombe atomique et la seule manière de traiter correctement avec ce régime est d’adopter une politique de fermeté, notamment avec des sanctions générales et surtout pétrolières.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 7 décembre 2010

 

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés
;