mardi, novembre 30, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueLe mollah Rohani n’est pas le représentant du peuple iranien (Message de...

Le mollah Rohani n’est pas le représentant du peuple iranien (Message de Maryam Radjavi au manifestant devant l’ONU)

Message de Maryam Radjavi au manifestant devant l’ONU : Le mollah Rohani n’est pas le représentant du peuple iranien

Des milliers d’irano-américains se sont rassemblés lundi 28 juin près du siège de l’Organisation des Nations Unies à New York où le président des mollahs, Hassan Rohani devait prendre la parole. Les manifestants ont condamné les violations des droits de l’homme en Iran et tout particulièrement l’exécution de deux milles personnes durant les deux années de pouvoir de Rohani.

Maryam Radjavi, la présidente élue de la Résistance iranienne s’est adressée aux manifestants par message vidéo, dénonçant Rohani et son régime comme des assassins du peuple iranien et causes principale de la crise dans la région du Moyen-Orient.

Voici le texte de ce message :

« Chers compatriotes, Amis de la Résistance iranienne,

Je vous salue de loin, vous tous qui vous êtes rassemblés pour protester contre la présence aux Etats-Unis et à l’ONU du président du régime illégitime et inhumain des mollahs.

En ce moment des dizaines de millions de nos compatriotes en Iran entendent dans votre clameur leurs voix et leurs cris étouffés. Ils vous rendent hommage à vous qui criez haut et fort que ce régime a usurpé la souveraineté populaire en Iran, qu’aucun de ses représentants n’ont de légitimité et qu’il doit être exclu des instances internationales.

Rohan fait partie d’un régime dont la survie dépend des exécutions quotidiennes, de la torture des prisonniers, de la répression des femmes, du pillage des biens du pays, du terrorisme et de la destruction au Moyen-Orient.

Même s’il dispute sa part de pouvoir à l’autre faction du régime, il faut savoir que dans le domaine des exécutions de jeunes en Iran dont le nombre a atteint les 700 pour le premier semestre de cette année et celui de l’exportation du terrorisme, Rohani est derrière Khamenei.

Sous son mandat qu’il prétend modéré, les exactions ont augmenté dans tous les domaines. Les manifestations des enseignants et des ouvriers reçoivent pour toute réponse des arrestations et des licenciements. Les avocats, les défenseurs des droits humains, les blogueurs, les journalistes, les musulmans sunnites, les chrétiens, les prêtres, les juifs, les derviches, les bahaïs, les Kurdes, les Baloutches et les Arabes sont emprisonnés, les femmes et les jeunes voient chaque jour leurs droits piétinés. Sous ce mandat, l’ingérence du régime au Moyen-Orient avec son lot de massacres d’innocents en Irak, en Syrie et au Yémen s’est bien amplifiée. Il y a quelques jours, Rohani n’a pas hésité à dire avec morgue que ces interventions étaient une aide à la lutte contre le terrorisme tout en promettant d’intervenir dans d’autres pays.

C’est pourquoi nous déclarons à la communauté internationale et à tous les dirigeants réunis actuellement à l’ONU que le mollah Rohani n’est pas le représentant du peuple iranien. Lui et son régime sont des assassins du peuple iranien et la cause principale de la crise dans la région. Le peuple iranien, qui veut renverser ce régime et instaurer la liberté et la démocratie, détient la solution du problème de l’Iran et de la région.

La population excédée qui proteste encore et toujours dans tout l’Iran, développant sa résistance, ne veut qu’une chose : la chute de ce régime.

Ce n’est pas sans raison si les mollahs ont d’un côté intensifié les exécutions et la répression dans le pays et de l’autre multiplié les intrigues contre l’OMPI et la résistance en Iran et à l’étranger, surtout contre les résistants au camp Liberty en Irak. Le régime moribond des mollahs considère plus que jamais cette alternative démocratique comme une menace à son existence.

Chez notre voisin, en Irak, les manifestations des jeunes et des déshérités, surgies des cendres de la répression et de la trahison, réclament justement de chasser ce régime et d’écarter ses hommes de main.

Le peuple syrien est plongé dans le malheur en raison du génocide et des destructions commis par les mollahs. Sans le soutien sans répit de ce régime, ni la dictature sanguinaire en Syrie n’aurait survécu jusqu’à ce jour, ni nos sœurs et frères de Syrie ne connaitraient le dénuement de l’exode et ne se mettraient en danger pour atteindre l’Europe. La raison principale des souffrances des réfugiés syriens et de tout le peuple syrien, sont Khamenei et Bachar Assad. Les peuples de Syrie, d’Irak et d’Iran ont un ennemi commun et c’est pour cela qu’ils sont unis et amis malgré toutes les difficultés et les expériences amères.

Aujourd’hui de la Syrie au Yémen, le régime des mollahs est sur le déclin et le moyen pour mettre fin à la crise, à la guerre et à l’insécurité, c’est d’en chasser ce régime.

De même, la lutte contre Daech, dans laquelle la coalition internationale et les autres sont dans une impasse, ne pourra aboutir sans écarter le régime des mollahs et ses milices.

Permettez-moi ici de souligner que pour empêcher efficacement de manière permanente les mollahs de se doter de la bombe atomique, il n’existe qu’une solution : changer de régime.

Toute complaisance, toute faiblesse et donner de faux espoirs sur l’abandon par les mollahs de leur fabrication de l’arme nucléaire serait nuisible et relèverait de la trahison. C’est pourquoi il faut fermer toutes les voies pouvant permettre à ce régime trompeur d’en profiter pour se doter d’une bombe atomique. Et en même temps il faut reconnaitre la liberté, les droits humains et la résistance du peuple iranien pour un changement de régime ; une résistance qui a été jusqu’à ce jour la principale source de révélation du programme nucléaire funeste des mollahs et qui est pour l’avenir la seule garantie de l’empêcher de se doter de la bombe.

A ceux qui sont engagés dans des transactions commerciales avec cette dictature, je les avertis que traiter avec ce régime, revient à traiter avec Khamenei et les gardiens de la révolution, que cela ne fait que renforcer les entreprises et les banques qui leur appartiennent et qui financent la dictature de Bachar Assad, le Hezbollah au Liban et les milices criminelles en Irak, au Yémen et ailleurs dans le monde.

Je vais résumer. Si la communauté internationale, en particulier le Conseil de sécurité de l’ONU, veut vraiment la paix et la tranquillité dans la région et dans le monde, il faut :

1- que les représentants de ce régime illégitime soient chassés des instances internationales et que soient reconnus les droits du peuple iranien et de sa résistance à renverser ce régime et à instaurer les droits humains et la démocratie.

2- Annuler les concessions accordées au régime dans l’accord nucléaire et ne lui laisser aucune possibilité de fabriquer la bombe atomique.

3- Subordonner le commerce et les transactions avec ce régime à l’arrêt des exécutions.

4- Obligez le gouvernement irakien à lever le blocus inhumain du camp-prison de Liberty. Surtout il est nécessaire que les USA respectent leurs engagements en garantissant la protection des habitants de Liberty ou au moins qu’ils leurs rendent une partie de leurs armes individuelles pour qu’ils puissent se protéger face aux menaces de la force terroriste Qods et de ses milices.

Comme l’a dit Massoud Radjavi, le dirigeant de la Résistance iranienne, dans son message : le peuple iranien ne sera satisfait que par le renversement du régime du guide suprême et l’instauration de la liberté et de la souveraineté populaire.

La guerre de libération et le renversement du califat intégriste, des élections libres et la rédaction de la Constitution d’une nouvelle république dans une assemblée nationale constituante et législative sont des droits inaliénables du peuple iranien.

Vive le peuple iranien ! »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe